Surtitre
Les filles de Thierry Uvenard reprennent l'entraînement ce jeudi 2 juillet

Le HAC à l'assaut du grand monde

Résumé

Eloignées des terrains pendant trois mois et demi ; pandémie de Covid-19 oblige, les Havraises entament une préparation marathon à partir de ce jeudi. Promues en D1 après être sorties vainqueurs in extremis de leur mano a mano avec Saint-Etienne, les filles de Thierry Uvenard ne comptent pas y faire de la figuration. D'ailleurs, déjà cinq recrues ont rejoint les « Ciel et Marine ». Encore deux ou trois autres sont attendues.

Image
Alors que le championnat de D1 féminin ne commencera que début septembre, les Havraises seront de retour à La Cavée Verte dès ce jeudi 2 juillet. ©Emmanuel Lelaidier
Alors que le championnat de D1 féminin ne commencera que début septembre, les Havraises seront de retour à La Cavée Verte dès ce jeudi 2 juillet. ©Emmanuel Lelaidier
Corps

Une saison tient parfois à trois fois rien. Les Havraises en savent quelque chose. Au coude-à-coude avec Saint-Etienne pour l'accession en D1, les coéquipières de Jesse McDonough n'ont devancé leur rivales que de 0,3 point après l'établissement du classement par quotient (critère retenu par la FFF pour départager des équipes ne comptant pas un nombre de matches identiques). "On aurait préféré gagner cette montée sur le terrain. Il restait six journées. On aurait pu vivre une fin de saison très intense", regrette Thierry Uvenard. D'autant plus que le 3 mai figurait au calendrier une affiche au Stade Océane entre les « Ciel et Marine » et les « Vertes ». Une sorte de finale de ce groupe B.

"Je l'ai déjà dit et je le répète, j'aurais aimé que Saint-Etienne monte également"

D'ailleurs, s'estimant floués par la décision de la Fédération française de prendre en compte le classement au 13 mars (marquant le début du confinement) les dirigeants de l'ASSE ont saisi le CNOSF. En vain. "Je l'ai déjà dit et je le répète, j'aurais aimé que les filles de Saint-Etienne montent également", se montre, fair-play, le coach havrais. "Maintenant, à l'arrêt du championnat, on était premiers avec trois points de plus par rapport à Saint-Etienne qui, certes, avait un match supplémentaire à disputer. Mais un match en retard n'est jamais gagné d'avance".

Pas question aux yeux de l'ancien défenseur de minimiser la performance de ses protégées. "On mérite largement cette montée", assure le technicien normand. Une accession forcément particulière que les Féminines du HAC n'ont pas pu célébrer ; la faute à ce maudit coronavirus. Pas de quoi, néanmoins, gâcher la satisfaction d'avoir rempli l'objectif initial fixé par Vincent Volpe. Quand Thierry Uvenard a pris les rênes de la formation féminine en 2017, le président havrais lui avait demandé d'atteindre la D1 d'ici 2020. Deux accessions plus tard, le contrat est parfaitement respecté. "Dès le départ, c'était un projet ambitieux", rappelle l'entraîneur qui a prolongé de deux années avec une troisième en option.

Marine Allez, future coordinatrice de l'équipe première

Un projet qui rentre maintenant dans une deuxième phase : "Titiller les meilleurs". Car même si elles s'apprêtent à découvrir l'élite du football féminin le 5 septembre (date de la reprise de la D1), ne comptez pas sur les « Ciel et Marine » pour jouer les faire-valoir. "On ne veut pas se contenter de la 10e place (synonyme de maintien). L'idée, c'est d'essayer de terminer dans la première partie de tableau, à partir de la sixième position", indique Thierry Uvenard qui sera, désormais, secondé par Samuel Fau. Un n°2 qui débarque en provenance d'Albi. "A la base, Samuel est préparateur physique. Il possède aussi son diplôme d'analyste vidéo. C'est un homme polyvalent".

"On attend encore deux-trois renforts. On veut presque doubler tous les postes"

Afin d'assouvir ses ambitions, le HAC a déjà enregistré cinq arrivées : la gardienne Olesya Arsenieva (22 ans, Albi, D2), appelée à être la doublure de Constance Picaud, la latérale Santana Sahraoui (20 ans, Orléans, D2), la milieu Elise Legrout (22 ans, UCF Floride, Etats-Unis) et la milieu offensive Lina Boussaha (21 ans, Paris SG, D1). Particularité de ces quatre jeunes femmes, elles sont toutes passées par les équipes de jeunes du PSG. L'attaquante Luce Ndolo Ewélé complète ce casting (28 ans, Thonon-Evian, D2). Cinq recrues qui se sont engagées pour une durée de deux ans.

Un mercato qui n'est pas encore terminé. "On attend encore deux-trois renforts, en attaque et au milieu. On veut presque doubler tous les postes", détaille le coach havrais. Dans le sens inverse, Laura Rueda, Léa Kergal et Ikram Adjabi ne poursuivent pas l'aventure sous le maillot « Ciel et Marine ». Idem pour Aurélie Gagnet qui a rejoint Nantes (D2). Un départ, sur la forme, qui n'a pas été spécialement du goût de Thierry Uvenard. Marine Allez a, elle, décidé de raccrocher les crampons. Toutefois, l'ex-capitaine du HAC ne devrait pas rester éloignée des terrains. "Je souhaite lui donner un rôle de coordinatrice de l'équipe première, notamment sur l'organisation des matches, les déplacements, la relation entre le staff et les joueuses".

DOSSIER SPÉCIAL SUR LES FÉMININES DU HAVRE, PROMUES EN D1, À RETROUVER DANS LE PROCHAIN NUMÉRO DE FOOT NORMAND. EN KIOSQUES COURANT JUILLET.

Le programme des matches de préparation des Havraises

> Samedi 1er août : Le Havre - Orléans (D2), lieu et horaire à déterminer

Samedi 8 août : Fleury (D1) - Le Havre en région parisienne

Mercredi 12 août : Le Havre - Guingamp (D1), lieu et horaire à déterminer

Samedi 15 août : Le Havre - Nantes (D2) à Argentan

Samedi 22 août : Issy (D1) - Le Havre en région parisienne

Samedi 29 août : Le Havre - Saint-Malo (D2) à Bayeux

Partager sur :