Surtitre
L2. J2 - Sochaux / Le Havre, samedi 31 juillet à 19H au Stade Gaston-Gérard à Dijon

Quentin Cornette assure qu'il a retenu la leçon

Résumé

Si, jusqu'à présent, le mercato havrais est extrêmement calme, Paul Le Guen attend énormément de ses recrues... de la saison dernière ! A commencer par Quentin Cornette. Après une première saison sous le maillot « Ciel et Marine » plombée par une irrégularité chronique, le milieu offensif assure avoir pris conscience de la nécessité de travailler plus, sur comme en dehors des terrains, pour mieux exploiter son potentiel.

Image
Avec la qualité de son pied droit, Quentin Cornette peut se montrer extrêmement dangereux sur coups de pied arrêtés. ©Damien Deslandes
Avec la qualité de son pied droit, Quentin Cornette peut se montrer extrêmement dangereux sur coups de pied arrêtés. ©Damien Deslandes
Corps

Il n'est jamais trop tard pour prendre de bonnes résolutions. Quentin Cornette (27 ans) en a eu la preuve la saison dernière. Alors qu'il se trouvait sur courant alternatif depuis le coup d'envoi du championnat, le milieu offensif formé à Montpellier a signé deux derniers mois beaucoup plus tranchants. La conséquence d'un changement de comportement sur et en dehors des terrains. "J'ai bossé plus, j'ai fait plus attention à moi", révèle le n°11 des « Ciel et Marine ». "Comme j'ai vu les résultats, ça m'a incité à continuer". Un travail invisible dont il n'était pas spécialement coutumier auparavant. "Pour être franc, je n'avais jamais rien fait dans ce domaine avant". Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir été prévenu. "On m'a toujours répété : « Quentin, à un moment, ça ne passera pas, Quentin, ça ne passera pas, Quentin, ça ne passera plus »".

"Ma non-convocation ? Quand ça t'arrive, tu te prends une petite claque. Ça a agi comme un déclic"

Ce jour-là est arrivé en janvier. A cause d'un rendement jugé insuffisant, Paul Le Guen ne l'a pas convoqué pour la réception de Guingamp. "Quand ça t'arrive, tu te prends une petite claque", reconnaît le principal intéressé. "Ça a agi comme un déclic. Je me suis dit qu'il fallait que je rattrape le temps perdu et que je me lance". Grâce, entre autres, à cette nouvelle approche de son métier, Quentin Cornette a signé 27 apparitions en Ligue 2, soit presque autant que sur les trois exercices précédents (30), pollués par deux graves blessures (entorse du genou, fracture du péroné). "Je suis content d'avoir disputé autant de matches même si j'espérais faire mieux au niveau du contenu. Je ne suis qu'à moitié satisfait".

Dans le prolongement d'une préparation aboutie, celui qui vient d'attaquer sa deuxième saison sous le maillot du HAC espère donner sa pleine mesure. "J'ai l'impression d'être plus frais, je me sens plus en jambe, capable de tenir plus longtemps", indique l'ancien amiénois qui a disputé les 90' contre Guingamp en ouverture du championnat. Toutefois, celui-ci se montre prudent. "L'année dernière aussi, la prépa s'était bien passée et au final, mes prestations ont été mitigées. Je faisais une bonne performance et puis derrière... Aujourd'hui, il faut que je m'inscrive sur la durée". Ce n'est qu'en devenant plus régulier que Quentin Cornette parviendra (enfin) à franchir un palier.

> L2. J2 - Sochaux (3e - 3 points) / Le Havre (12e - 1 point), samedi 31 juillet à 19 heures au Stade Gaston-Gérard à Dijon.

"Mbemba, Cornette, Alioui : on est convaincu qu'ils ont le potentiel pour faire mieux"

Au-delà du cas de Quentin Cornette, Paul Le Guen attend que ses recrues de la saison dernière affichent un visage différent de l'exercice précédent. "Ces trois joueurs doivent nous apporter plus. Ils ont un peu une revanche à prendre", estime le coach du HAC.

Partager sur :