Surtitre
L2. J12 - Valenciennes / Le Havre, lundi 28 octobre à 20H45 au Hainaut

Woyo Coulibaly, à la recherche d'un second souffle

Résumé

Même s'il marque le pas depuis plusieurs semaines, à l'image de son équipe, Woyo Coulibaly n'en reste pas moins la révélation de ce premier tiers de saison du côté des « Ciel et Marine ». Formé à La Cavée Verte où il est arrivé en 2012, le jeune défenseur (20 ans), lancé dans le grand bain par Paul Le Guen, incarne l'avenir du HAC au poste de latéral droit.

Image
Repéré par Franck Sale et Chico Malo lors d'un match U12 entre Sannois-Saint-Gratien et le PSG, Woyo Coulibaly a connu son baptême du feu chez les professionnels à l'occasion de la réception de Niort, début août.
Repéré par Franck Sale et Chico Malo lors d'un match U12 entre Sannois-Saint-Gratien et le PSG, Woyo Coulibaly a connu son baptême du feu chez les professionnels à l'occasion de la réception de Niort, début août.
Corps

Il est le dernier représentant de la formation made in le HAC en date à avoir percé. "Entre ma signature, la préparation et mes premières rencontres, tout s'est déroulé très vite", n'en revient toujours pas un Woyo Coulibaly au naturel réservé. En l'espace de deux mois, ce jeune homme d'origine malienne a paraphé son premier contrat professionnel (à la mi-juin, jusqu'en 2022), incorporé l'effectif de Paul Le Guen et effectué ses grands débuts en Ligue 2 (contre Niort, le 2 août). Ce soir-là, celui qui a pour sources d'inspiration Benjamin et Ferland Mendy, deux éléments qu'il a côtoyés à La Cavée Verte, a été aligné en tant qu'arrière gauche, lui le spécialiste du poste de latéral droit !

"Au départ, le havre était venu pour l'un de mes coéquipiers"

"J'avais déjà joué à cette place durant l'été", raconte le principal intéressé nullement atteint par la pression. "Je me suis très bien intégré au groupe. A la fin de la saison passée, je m'étais déjà entraîné avec lui. Et mes partenaires m'ont rapidement mis à l'aise : « Tu sais ce que tu as à faire. Fais comme d'habitude. Tout va rouler »". Une présence dans le onze de départ qui récompense un travail fourni dans l'ombre depuis sept ans.

Pour Woyo Coulibaly, son histoire d'amour avec Le Havre trouve son origine lors d'une opposition en U12 face au PSG, au Camp des Loges. A l'époque, le jeune Woyo évolue avec Sannois-Saint-Gratien après avoir tapé dans ses premiers ballons dans sa ville d'Ermont (Val-d'Oise). "J'ai été repéré par Franck Sale et Chico Malo (respectivement directeur du recrutement du centre de formation et responsable du recrutement en région parisienne pour le HAC). Au départ, ils étaient venus pour l'un de mes coéquipiers". Mais la prestation du nouveau n°26 des « Ciel et Marine » les fera changer d'avis. "Ils m'ont tout de suite sollicité pour passer des tests".

11e élément le plus utilisé par Paul Le Guen

Depuis ce baptême du feu contre les Chamois, huit autres apparitions en championnat ont suivi (dont six titularisations au total). "Je ne m'attendais pas à avoir du temps de jeu aussi vite (11e élément le plus utilisé par Paul Le Guen)". S'il a bénéficié de certaines circonstances favorables : recrutement tardif, suspension de Yacouba Coulibaly, c'est sur le terrain que Woyo Coulibaly a gagné sa place. "Je ne pense pas que le coach m'ait mis par défaut. Il a confiance en moi, il m'a dit que j'avais montré les qualités pour jouer. J'ai saisi ma chance quand elle s'est présentée".

"Quand je m'engage, peu d'adversaires me suivent"

Défenseur dans l'âme, le collègue de promotion de Pape Gueye, s'il veut franchir un palier, doit augmenter son apport offensif. "Les centres, les montées, les replis..., tout ça demande du cardio. Comme le coach me l'a répété, j'ai des qualités physiques. Quand je m'engage, peu d'adversaires peuvent me suivre. Je dois utiliser encore plus cette arme".

Plutôt convaincant lors de ses premières sorties sous le maillot « Ciel et Marine », Woyo Coulibaly connaît, néanmoins, un passage à vide depuis quelques semaines. A l'image d'une bonne partie de l'arrière-garde havraise, le Francilien, repositionné sur le flanc droit, est même passé à côté de son sujet face à Lorient, le week-end dernier (2-2). "Je n'ai pas réalisé une très bonne prestation", consent l'intéressé qui comme beaucoup de jeunes lancés dans le grand bain doit gagner en constance et en régularité. "C'est le plus dur. Sur ce point, il faut énormément que je progresse". Son équipe aussi.

> L2. J12 - Valenciennes (10e - 16 points) / Le Havre (6e - 17 points), lundi 28 octobre à 20 h 45 au Stade du Hainaut.

RETROUVER LE PORTRAIT DE WOYO COULIBALY DANS LE PROCHAIN NUMÉRO DU MAGAZINE FOOT NORMAND (N°23) EN KIOSQUES À PARTIR DE LA MI-NOVEMBRE.

Woyo Coulibaly

Woyo Coulibaly

> Né le 26 mai 1999 (20 ans) à Gonesse (Val-d'Oise). Franco-malien.

Latéral droit ou gauche. Droitier. 1,80 m pour 75 kg.

Formé au HAC (depuis 2012).

> Sous contrat jusqu'en 2022.

Partager sur :