Surtitre
Un joli défi se dessine pour une jeune technicienne plein d'ambition

À 23 ans, Océane Verrolle entraînera la réserve de Dives-Cabourg

Résumé

Au SU Dives-Cabourg, si Philippe Clément reste l'irremplaçable coach de l'équipe première, le club a fait le choix de suppléer Benjamin Delauney par une toute jeune entraîneure de 23 ans. Joueuse du club, ancienne de l'Avant-Garde, Océane Verrolle va ainsi se retrouver à la tête d'une équipe senior masculine pour la première fois de sa carrière, assistée dans son travail par Cyrille Lanois. Le début d'une aventure que la native de Caen espère remplie de succès même si elle a conscience que son statut de femme dans un monde d'hommes sera bien souvent pointé du doigt.

Image
Océane Verrolle, au centre avec le maillot flanqué du 8, pose ici aux côtés du président du SU Dives-Cabourg Jérôme Huché. Elle entraînera l'équipe réserve du SUDV à compter de la saison prochaine. ©OV
Océane Verrolle, au centre avec le maillot flanqué du 8, pose ici aux côtés du président du SU Dives-Cabourg Jérôme Huché. Elle entraînera l'équipe réserve du SUDV à compter de la saison prochaine. ©OV
Corps

À l'aube de la saison 2021-2022, l'équipe « B » du SU Dives-Cabourg s'est trouvée un nouveau ou plutôt une nouvelle guide, laquelle ne manque ni d'ambition ni de caractère. À tout juste 23 ans, Océane Verrolle a été nommée aux commandes d'un groupe de Régional 3 masculin, chose très rare à cet âge de nos jours, d'autant plus lorsqu'on est une femme. Une réalité qui n'effraie toutefois guère la jeune coach. "J'y vais sans appréhension", confit-elle avec assurance. "Les gars m'ont tout de suite mise à l'aise et dans leur tête, homme ou femme, ça ne fait pas de différence. Il y a pourtant des clubs, que je ne citerai pas, pour lesquels une femme coach c'est impossible et dans lesquels on ne m'aurait jamais laissé ma chance". Chose que le président Jérôme Huché et les autres décideurs du SUDC n'ont, eux, pas hésité à faire une seule seconde.

"J'ai vite su que je voulais faire ça de ma vie"

Le football, Océane Verrolle en est bercée depuis ses quatre ans, elle qui, à ses débuts, a simplement suivi son grand frère, ancien joueur ifois. "Après, c'est ma petite sœur qui m'a moi-même suivie, elle joue d'ailleurs encore aujourd'hui", sourit celle qui a pour sa part évolué successivement à l'AS Ifs, à Cormelles, à l'AG Caen en D2 féminine, à Ouistreham et donc dernièrement à Dives-Cabourg (R2).

Passionnée de football, si elle aime le terrain, c'est surtout le coaching qui l'a séduite au fil des saisons. "J'ai eu envie d'entraîner très vite, j'ai rapidement su que je voulais faire ça de ma vie", confie-t-elle. "J'ai entraîné toute sorte de publics, des U7, des U9, des U11, des U13 et des U15. Je n'ai jamais eu de U18, là, je vais entraîner la R3 de Dives-Cabourg directement. À part ça, je suis juste un peu intervenue auprès de la N3 avec Philippe Clément". Très à l'aise face à des jeunes, Océane Verrolle avait néanmoins le rêve de diriger des seniors et a rapidement vu ses vœux exaucés. Sans qu'il n'y ait de hasards là-dedans puisque la jeune femme a convaincu partout où elle est passée par sa science du jeu et sa détermination. Et devant les ambitions du club de la Côte Fleurie, elle ne tremble pas.

Le défi d'une femme coach d'un groupe senior masculin

Alors que l'équipe première a retrouvé le National 3 voilà un an, le SUDC souhaiterait dorénavant vite voir se rétrécir l'écart de divisions entre son équipe fanion et sa réserve. "L'objectif, c'est clairement la montée pour réduire cette différence de niveau, ça fait trois ans qu'ils essaient et je pense vraiment que cette année est la bonne", énonce Océane Verrolle qui se sait attendue d'emblée pour sa première saison sur le banc. Pour réussir sa mission, elle mènera normalement trois séances par semaine dont une commune à tous les seniors "afin de garder l'esprit familial" et pour voir tout le monde. Evidemment, la jeune technicienne récupérera sur certains week-ends des joueurs qui n'auront pas été convoqués par Philippe Clément. Un fonctionnement qui lui convient à merveille.

"J'ai reçu des messages privés où on me disait que c'est inadmissible"

Mener un groupe masculin sied par ailleurs davantage à la coach qu'encadrer une équipe féminine. Et elle ne s'en cache pas. "Coacher des filles, ça ne m'intéresse pas du tout", sourit-elle. "C'est peut-être bête mais je prends beaucoup plus de plaisir à entraîner un groupe de garçons. Un groupe de filles, ça peut vite être compliqué à gérer. Par contre, je regarde du foot féminin et je continuerai bien sûr à jouer pour Dives-Cabourg".

Si l'on jugera le travail d'Océane Verrolle à travers ses seuls résultats, l'ancienne éducatrice d'Ouistreham sait pertinemment qu'elle écumera des terrains souvent hostiles envers sa personne. Elle en a d'ailleurs déjà eu un triste et désagréable avant-goût. "J'ai reçu des messages privés où on me disait que c'est inadmissible, que la place de la femme est dans la cuisine, ce genre de choses". Pour l'intelligence des propos et le bon goût, évidemment, on repassera. "Je ne fais pas attention à tout ça", assure la coach. "Je sais qu'à l'extérieur, des gens diront : « Ouais, c'est normal, c'est une gonzesse », je m'attends à tout ça, j'y suis prête. J'ai déjà pris l'habitude en tant que joueuse". Elle poursuit en souriant : "On ne me supporte pas vraiment sur un terrain", affirmant sans détour que pas mal de ses adversaires n'ont pas gardé un grand souvenir de leur confrontation. Reste que si Dives-Cabourg l'a nommée entraîneure, c'est assurément parce qu'elle avait les qualités recherchées. Ni plus, ni moins.

23 ans et déjà une belle expérience

Dans le monde du coaching, si elle n'a que 23 printemps au compteur, la nouvelle coach de la réserve de Dives-Cabourg ne manque ni d'expérience ni de bagages. Après un bac dans le domaine de la santé et du social, Océane Verrolle s'est spécialisée dans le monde sportif et se trouve actuellement titulaire du BMF et d'un BPJEPS Sports Collectifs, mention foot. Par ailleurs, elle espère présentement obtenir son BPJEPS Activités Physiques pour Tous ainsi qu'une Certification Handicap mais ne compte pas s'arrêter en si bin chemin. "L'année prochaine, je vais aussi passer les tests d'entrée au BEF et en parallèle un certificat de préparation athlétique, je serai en apprentissage à Dives-Cabourg", détaille la jeune coach qui, dans sa singularité, marchera sur les pas d'Angèle Inesta, 31 ans (et quelques mois) et autre entraîneur féminin qui fut dernièrement en charge d'une équipe senior masculine. Celle du FC Rots Hastings (D1).

RENDEZ-VOUS LA SEMAINE PROCHAINE POUR DECOUVRIR UN AUTRE ENTRAÎNEUR NORMAND RÉCEMMENT INTRONISÉ.

À LIRE EGALEMENT :

► VILLERS-HOULGATE ENCLENCHE UN NOUVEAU CYCLE AVEC DRAMANE DILLAIN
► CEDRIC AMPTIL S'ATTAQUE AU MONDE DES SÉNIORS DU CÔTÉ DE PAVILLY
► OLIVIER JOBA DE RETOUR PAR LA PORTE BAYEUSAINE
► AVEC YANN HUG AUX MANETTES, BOLBEC ENTEND BIEN MONTER EN RÉGIONAL 1
► DUCEY-ISIGNY (R1) RENFORCE SON BANC AVEC L'ARRIVÉE DE LAURENT LESGENT
► VALENTIN CHAUFRAY PASSE DES FÉMININES DE BRIOUZE À CELLES DE L'AG CAEN
► KHALID FATMAOUI, NOUVEL HOMME FORT DE L'AL DÉVILLE-MAROMME

 

Aurélien RENAULT

Partager sur :