Surtitre
Coupe de France. 5e tour - ASPTT Caen (R1) / Verson (R2) 1-2

L'AS Verson a récidivé

Résumé

Unique club normand à avoir sorti un adversaire hiérarchiquement supérieur lors de ce 5e tour de la Coupe de France, l'AS Verson (R2) s'est payé le scalp avec l'ASPTT Caen d'une deuxième formation de R1 à l'extérieur, deux semaines après avoir déjà éliminé Bayeux. Désormais, le petit poucet régional (un statut qu'il partage avec Fécamp) n'aspire qu'à une seule chose : recevoir.

Image
Deux buts dans les 20 premières minutes de Loic Aublet (9') et Corentin Denieul (17') ont permis aux hommes de Nicolas Vrel de signer un nouvel exploit en Coupe de France.
Deux buts dans les 20 premières minutes de Loic Aublet (9') et Corentin Denieul (17') ont permis aux hommes de Nicolas Vrel de signer un nouvel exploit en Coupe de France.
Corps

Ils ont remis ça. Après avoir éliminé Bayeux au tour précédent (1-1, 5-4 tab), les Versonnais sont venus à bout d'une seconde écurie de R1 : l'ASPTT Caen, encore une fois à l'extérieur. Malgré une réaction des Postiers au retour des vestiaires matérialisée par la réduction du score d'Hugo Anger en fin de partie (81'), les hommes du président Samuel Lopez sont parvenus à préserver l'avantage construit dans les 20 premières minutes avec deux buts signés Loic Aublet (9') et Corentin Denieul (17'). "C'est un nouvel exploit, une belle perf'. Je suis fier de ce qu'ont réalisé les gars", ne boude pas son plaisir Nicolas Vrel (37 ans) dont la nuit de dimanche à lundi a plutôt été courte. "Je sais de quoi mon équipe est capable. On a su hisser notre niveau de jeu pour dominer des R1".

"La place de Verson est en R1. Notre projet est de l'atteindre à court terme"

Un coach qui, en parallèle de ses fonctions à l'ASV et de son emploi dans une société de transport, suit une formation pour obtenir son BEF (Brevet d'entraîneur de football). "Ce qui est marrant, c'est que tous mes collègues stagiaires encore engagés en Coupe de France se sont qualifiés : Valentin Sanson avec le FC Rouen, Axel Flucher avec Vire et Nicolas Denis avec Grand-Quevilly (tous les trois joueurs). J'avais la pression", plaisante l'intéressé qui a reçu de nombreux messages de félicitations.

Un parcours dans cette « Vieille Dame » mettant sous le feu des projecteurs ce club de l'agglomération caennaise qui ne cesse de progresser depuis la nomination de l'ex-défenseur de Bayeux sur son banc en 2017. "Quand je suis arrivé, on était en R3. On est montés dès la première saison avant de terminer quatrième la suivante en R2. On n'est pas passés loin d'une deuxième montée consécutive. Ça s'est joué sur deux-trois détails. Cette année, on ambitionne de décrocher un meilleur classement (soit au minimum sur le podium). A court terme, notre projet est de rejoindre le R1. C'est la place de Verson", ne cache pas Nicolas Vrel.

Un 7e tour en l'an 2000 contre Le Havre

Nullement rassasiés par leurs deux exploits antérieurs, les partenaires de Loic Aublet rêvent d'imiter leurs glorieux aînés de l'an 2000. Cette saison-là, l'ASV avait atteint le 7e tour. Un stade de l'épreuve où ils avaient accueilli le HAC, pensionnaire de L2 (avec une élimination 4-0 à l'époque). "C'est la première fois que le club parvient jusqu'au 6e tour depuis ce fameux match contre Le Havre. On veut le franchir. On veut aller le plus loin possible. On n'est plus qu'à un tour de l'entrée des équipes de Ligue 2", en salive d'avance l'entraîneur calvadosien.

"depuis le début de la saison, on n'a joué qu'à une seule reprise à domicile"

Un technicien qui n'a jamais dépassé durant sa très longue et très riche carrière de joueur (formé au Stade Malherbe, il a évolué successivement à Dives puis à Bayeux) ce cap en Coupe de France. Au-delà de l'identité de son futur adversaire, l'un des deux petits poucets normands (avec Fécamp) entend surtout recevoir. Et pour cause, depuis le début de leur campagne, les Versonnais se sont déplacés à quatre reprises... en quatre rencontres disputées !

"C'est bien simple, depuis le début de la saison, on n'a joué qu'à une seule reprise à domicile (en championnat, pour une défaite 2-1 contre Alençon, leur rencontre face à Falaise ayant été reportée)", rappelle Nicolas Vrel. Son vœu, sauf catastrophe, devrait être exaucé puisque son équipe possède 14 chances sur 15 d'accueillir au Stade Jules-Rimet(1). "Notre unique possibilité de nous déplacer, c'est à Fécamp et ce n'est vraiment pas ce que je souhaite", prévient l'entraîneur de l'ASV. Réponse samedi à partir de 13 heures(2).

(1)Ayant accueilli au tour précédent, Déville-Maromme et Dives-Cabourg, évoluant en R1, se déplaceront automatiquement s'ils affrontent Verson, qui, lui, s'est déplacé, comme le prévoit le règlement de la Coupe de France.

(2)Le tirage au sort du 6e tour de la Coupe de France sera effectué samedi 19 octobre, à partir de 13 heures, à l'hippodrome de Caen.

Les 16 qualifiés normands pour le 6e tour

> N1 : Avranches, Quevilly-Rouen

> N2 : Granville, FC Rouen

> N3 : Alençon, AG Caen, Cherbourg, Dieppe, Evreux, Gonfreville, Grand-Quevilly, Vire

> R1 : Déville-Maromme, Dives-Cabourg

> R2 : Fécamp, Verson

Partager sur :