Surtitre
N1. J18 - Quevilly-Rouen / Le Mans, vendredi 15 janvier à 18H au Stade Robert-Diochon

De Caen à Quevilly-Rouen, Mathéo Remars trace sa route

Résumé

Non conservé par le Stade Malherbe avant même de pouvoir signer professionnel en 2019, Mathéo Remars a réussi à prouver sa valeur ailleurs. Après onze apparitions en National sous le maillot de QRM, le Caennais de naissance s'est attiré la confiance du coach Bruno Irles. S'il lui reste bien évidemment beaucoup de travail à accomplir, le jeune milieu offensif (21 ans) a réalisé un premier grand objectif le mois dernier : parapher un contrat de footballeur professionnel. 

Image
Non retenu il y a deux ans au Stade Malherbe, le milieu offensif Mathéo Remars a déjà su rebondir puisqu'il a signé le 21 décembre son premier contrat professionnel avec QRM. ©Damien Deslandes
Non retenu il y a deux ans au Stade Malherbe, le milieu offensif Mathéo Remars a déjà su rebondir puisqu'il a signé le 21 décembre son premier contrat professionnel avec QRM. ©Damien Deslandes
Corps

Pour certains heureux élus, ils sont presque servis sur un plateau. Pour d'autres, les obtenir demande de l'abnégation et un brin de réussite. On parle là bien sûr des contrats de footballeur professionnel. Celui que Mathéo Remars, 21 ans, a signé le 21 décembre avec Quevilly-Rouen a ainsi une vraie saveur pour le natif de Caen. "C'est vraiment satisfaisant vu le court délai (un an et demi) qu'il m'a fallu attendre", savoure le milieu offensif. "Maintenant, il faut à tout prix que je gagne du temps de jeu sinon la suite va être compliquée". Pour l'heure, le contrat signé par l'ancien Mondevillais couvre le reste de la saison 2020-2021. QRM ne pouvait pas proposer davantage au regard du règlement en vigueur : redescendu de Ligue 2 fin 2018, le club seinomarin perdra au printemps son statut professionnel (et par ricochets la possibilité de faire signer des contrats de ce type) s'il ne retrouve pas le deuxième échelon en fin d'exercice.

"maintenant, il faut à tout prix que je gagne du temps de jeu", Mathéo Remars 

La question du statut de QRM viendra plus tard ; ce qui compte en première instance pour Mathéo Remars, c'est d'avoir su si brillamment rebondir. À l'issue d'une fin de saison 2018-2019 bouleversante à tous les étages, le Stade Malherbe ne l'avait en effet pas conservé. Là où des Evens Joseph, Godson Kyeremeh, Jad Mouaddib ou encore Johann Lepenant aux destins si contrastés s'étaient vus offrir un contrat professionnel, l'actuel joueur de QRM, resté à quai, n'avait pas eu cette chance. 

"Après Caen, avec mes agents, on a fait le choix que j'aille à Rodez", raconte le joueur. "Ils me voulaient pour le National 3 en me disant que je devais faire mes preuves pour la Ligue 2". L'antichambre de la Ligue 1, Mathéo Remars ne la découvrira cependant jamais sous les couleurs ruthénoises malgré un statut indéboulonnable en réserve. L'été dernier, QRM débarque dans son champ de vision et l'enrôle alors au plus près de son équipe fanion. "C'est un joueur que je ne connaissais pas et que j'ai appris à découvrir", ne cache pas Bruno Irles. "Sur la passerelle entre l'équipe première et la réserve, il fait partie de ceux qui sont restés. Il a un potentiel intéressant, il a une fougue, il est capable de mettre de la vitesse dans son jeu et de répéter les efforts. Mais il doit aussi progresser dans de nombreux domaines". Ce qui n'a évidemment rien d'aberrant lorsqu'on parle d'un joueur qui n'a soufflé sa 21e bougie que le 14 mai dernier.

Un contrat pro qui appelle une confirmation

À l'arrivée, alors que le collectif quevillais apparaît rôdé et s'est paré cet été de quelques pierres précieuses déjà aguerries au haut niveau, notamment devant (Andrew Jung, Manoubi Haddad), Mathéo Remars fait partie des belles surprises dans la rotation instaurée par Bruno Irles. Alors que le National est resté plafonné à trois changements par match seulement, l'ex-joueur de Dives cumule  tout de même onze apparitions dont une titularisation (J7. 0-0 contre Laval). "J'avais toujours l'idée de faire le meilleur parcours mais j'ai été un peu surpris d'avoir autant de temps de jeu", reconnaît le milieu de terrain. "Maintenant, je me sens assimilé au groupe, ce n'est que du positif". Du positif à entretenir toutefois car touché par la Covid-19 en novembre, Mathéo Remars a connu une fin d'année 2020 sans relief. "Ses dernières entrées et ses dernières prestations n'étaient pas satisfaisantes pour moi", estime Bruno Irles. "Ça n'a évidemment pas remis en cause son contrat mais ce n'est pas moi qui lui offrirai du temps de jeu en National, c'est lui qui ira le chercher !"

"Ce n'est pas moi qui lui offrirai du temps de jeu en National, c'est lui qui ira le chercher",
Bruno Irles

En écoutant Bruno Irles parler de son jeune joueur, on perçoit une relation mentor-élève que ne renie d'ailleurs pas l'ex-Monégasque. "Avec lui, je suis plus dans un rôle de formateur que d'entraîneur, ça fait partie de ce que je sais faire, mais je ne me comporte pas qu'en tant qu'entraîneur, il doit passer des paliers encore et je suis là pour l'accompagner". Le joueur, pour sa part, semble adhérer à la méthode : "Le coach est plus derrière que moi que derrière les autres, il est plus exigeant techniquement et tactiquement, plus que ce que j'avais connu. J'écoute et j'apprends, il dit tout haut ce qu'il pense tout bas, il n'y a pas de langue de bois avec lui".

Sur le chemin du mieux après les conséquences du coronavirus, Mathéo Remars aspire à poursuivre sa progression, lui qui eu la satisfaction d'être du voyage à Bastia lundi soir et de disputer sept minutes à Furiani (J17. défaite 2-1). "En 2021, je souhaite la santé à tout le monde. Personnellement, j'aspire à plus de temps de jeu et j'aimerais décrocher mon deuxième contrat", confie le jeune homme. Si d'aventure, le Normand réussit une belle carrière professionnelle, il n'aura pas de problème pour se trouver une base de supporters. L'annonce de sa signature a ainsi déferlé sur les réseaux sociaux, preuve que l'ancien joueur à la fois de l'ASPTT Caen, de l'Avant-garde caennaise, de l'US Dives-Cabourg, du SM Caen et de l'USON Mondeville a laissé une vraie trace dans ses clubs à chacun de ses passages. "J'ai reçu énormément de messages de gens de Caen au moment de ma signature", témoigne-t-il. "Après, c'est une bonne petite ville où tout le monde se connaît, il y a une bonne communauté autour de moi, c'est  très plaisant". Aucun de ses anciens clubs n'a ainsi manqué de le féliciter pour son passage vers le monde professionnel. Et celui qui a fait la fierté du football caennais le mois dernier n'espère clairement pas s'arrêter en si bon chemin.

> N1. J18 - Quevilly-Rouen (2- 31 points) / Le Mans (5e - 25 points), vendredi 15 janvier à 18 heures au Stade Robert-Diochon.

Mathéo REMARS

> Né le 14 mai 1999 (21 ans) à Caen.

> Milieu offensif. Sous contrat avec QRM jusqu'en juin 2021.

> Parcours jeune : ASPTT Caen, AG Caen, Mondeville, SM Caen.

> Parcours : SU Dives-Cabourg (2015-2017), SM Caen (2017-2019, N3), Rodez (2019-2020, N3), Quevilly-Rouen (2020-2021, N1).

> Cette saison  : onze matches avec Quevilly-Rouen, 1 titularisation, 1 passe décisive.

Aurélien RENAULT

Partager sur :