Surtitre
L'ancien Malherbiste a décidé de poursuivre sa progression au Stade Brestois

Pour Robin Legendre, le maillot a changé mais pas les ambitions

Résumé

Alors que s'ouvre ce week-end la saison de National 3 sur l'ensemble du territoire, le championnat breton va découvrir un petit nouveau en la personne de Robin Legendre. Le désormais ex-Caennais a laissé derrière lui la réserve malherbiste et le National 2 pour poursuivre son histoire avec le Stade Brestois. Sous les ordres d'un certain Bruno Grougi, le natif de Rennes espère enfin réussir à s'inviter chez les « pros ».

Image
Robin Legendre, ici, brassard au bras, a livré une belle préparation qui l'a conduit à retrouver la réserve malherbiste en amical, à la mi-août. ©Aurélien Renault
Robin Legendre, ici, brassard au bras, a livré une belle préparation qui l'a conduit à retrouver la réserve malherbiste en amical, à la mi-août. ©Aurélien Renault
Corps

Comme beaucoup de ses partenaires de la réserve caennaise, l'attaquant Robin Legendre a dû se trouver un nouveau point de chute lors de l'intersaison. Non-conservé par son club formateur, le jeune homme de 20 ans n'a pas mis trop longtemps à trouver chaussure à son pied puisque c'est désormais du côté de la « B » du Stade Brestois entraînée par un certain Bruno Grougi qu'il compte terroriser les défenses adverses. "Le coach Grougi m'a contacté", confie-t-il. "Il m'a expliqué son projet et lorsqu'on a eu un rendez-vous à Brest, avec le directeur du centre de formation et le directeur du recrutement, le feeling est tout de suite bien passé". Retour en Bretagne à l'arrivée pour le natif de Rennes qui s'apprête à retrouver le niveau National 3 qu'il n'a connu que de manière très brève en 2019-2020. Il reste sur une saison à six buts au quatrième échelon.

"Savoir que Robin a eu un échec à Caen, ça m'a aussi plu car je sais que je récupère un garçon revanchard", Bruno Grougi

Du point de vue du Stade Brestois, l'arrivée de Robin Legendre au sein de l'équipe réserve répond à un véritablement besoin en termes de profil mais pas seulement. "J'ai eu un vrai coup de cœur pour ce joueur quand je suis allé voir la N2 de Malherbe à Vannes l'année dernière (J2. 0-0, le 14 août 2022)", raconte Bruno Grougi qui s'est alors mis à surveiller l'ex-attaquant de Villers-Bocage via des vidéos. "Ce genre d'attaquants, j'aime bien, ils permettent d'avoir de l'ancrage devant, dos au jeu, c'est très intéressant. Ils font des courses, ils sont généreux, c'est un profil qui me plaisait vraiment". À un tel point que le jeune attaquant a rapidement trouvé sa place dans le onze de la « B » bretonne.

"Savoir que Robin a eu un échec à Caen, ça m'a aussi plu car je sais que je récupère un garçon revanchard", expose l'entraîneur brestois qui s'est vite attelé à accompagner son joueur pour le remettre en selle. Il faut dire qu'après huit ans passés au Stade Malherbe et une progression linéaire, voir la porte se refermer brutalement au printemps n'a pas été simple à digérer pour un attaquant qui avait disputé un match avec le groupe professionnel voilà dix mois en Coupe de France, lors d'une triste élimination contre Dinan-Léhon (7tour. 1-1, 4-3 tab, le 13 novembre 2021). "J'ai ressenti un peu de déception, forcément", reconnaît l'attaquant. "Quand tu es là depuis huit ans et qu'on t'annonce comme ça que c'est fini, ça fait un peu mal. Mais bon, c'est le jeu, c'est le foot, ça arrive à tout le monde. Je vais savoir me relever, c'est ce que je suis déjà en train de faire avec Brest".

L'objectif de la saison : devenir professionnel à Brest

Parti "en bons termes" du Stade Malherbe, Robin Legendre sait se montrer aussi clinique face aux buts adverses que dans sa compréhension de la réalité du football actuel. "Dans les clubs, il y a des décisions à prendre, moi, je les respecte et j'avance". S'il a troqué le quotidien du National 2 pour la division inférieure, au même titre que Luca Boudonnet avec Vire par exemple, le joueur de 20 ans n'a pas mis ses ambitions en berne, bien au contraire. "L'objectif pour moi, ça reste de signer pro, je l'ai dit lors des réunions donc au club, ils le savent", révèle-t-il. "Le niveau s'élève par rapport à Caen car le groupe pro évolue en Ligue 1 mais ce sera à moi de montrer que j'en suis capable et montrer au coach du dessus que je peux être là si besoin".

"L'objectif pour moi, ça reste de signer pro, je l'ai dit lors des réunions donc au club, ils le savent",
Robin Legendre

S'il aspire évidemment à voir ses joueurs réussir au mieux leur carrière, Bruno Grougi connaît trop bien le football professionnel pour tirer des plans sur la comète. "Aux joueurs, moi, je ne leur promets rien sinon un accompagnement pour les emmener au haut niveau mais je ne peux pas leur garantir qu'ils y goûteront un jour". Il précise toutefois concernant Robin Legendre que "des choses permettent d'y croire" et l'ancien milieu du Stade Malherbe a déjà vu sa recrue convoquée avec le groupe « pro » cet été pour se livrer à une opposition. "C'était un premier jet et j'espère qu'il y retournera. Michel Der Zakarian (l'entraîneur de la L1) prend fréquemment des joueurs de la réserve et ils ont intérêt à être bien sur leurs appuis car ça peut aller très vite".

Ce samedi (28 août), face à la réserve du Stade Briochin, Robin Legendre ouvrira tout à la fois sa saison de National 3 avec Brest et le nouveau chapitre de sa jeune histoire. Et s'il existe parfois des moyens détournés pour devenir professionnel, notamment en s'exilant dans des pays ou divisions plus exotiques, l'option n'avait rien de séduisant pour le désormais ex-Malherbiste. "J'ai dû refuser des propositions d'autres clubs pros ayant leur réserve en N2 et mon agent n'a pas du tout ouvert la porte à l'étranger, ce n'était pas du tout ce que je recherchais. Je veux rester en France pour le moment et si ça ne marche pas avec Brest, peut-être que j'y réfléchirai, mais ce n'est pas du tout l'objectif". Ce qui ne marcherait pas à Brest, ce serait tout simplement de ne pas être professionnel en fin de championnat. "C'est vraiment l'objectif de ma saison !", martèle l'attaquant, avide de réussite. Rendez-vous dans dix mois.

Partager sur :