Surtitre
Match de préparation. Quevilly-Rouen (N1) - Versailles (N2), jeudi 23 juillet à 18H

Formé au Stade Malherbe, Mathéo Remars tente sa chance à QRM

Résumé

Alors que Bruno Irles compose pour le moment avec un effectif limité en quantité, notamment en attaque, plusieurs jeunes de la réserve de QRM ont intégré le groupe professionnel. Parmi eux, Mathéo Remars (21 ans) passé par le centre de formation du Stade Malherbe. Une opportunité que le milieu offensif entend faire fructifier pour percer en National 1.

Image
Contre le Stade Malherbe, samedi, Mathéo Remars a disputé 73', soit le temps de jeu le plus important de l'effectif de Quevilly-Rouen. ©Damien Deslandes
Contre le Stade Malherbe, samedi, Mathéo Remars a disputé 73', soit le temps de jeu le plus important de l'effectif de Quevilly-Rouen. ©Damien Deslandes
Corps

En arrivant, samedi, sur l'annexe 3 du complexe de Venoix, sous les couleurs de QRM, il n'a pas été dépaysé. Et pour cause. Ancien pensionnaire du centre de formation du Stade Malherbe, Mathéo Remars a retrouvé un terrain qu'il connaît dans les moindres recoins, même si à son époque, la tribune n'était pas encore érigée. "C'est là qu'on s'entraînait avec la réserve et les U19. On a aussi disputé des matches". Après un premier passage au SMC, au sein de l'école de foot, le milieu offensif y a effectué son retour en 2017. Entre les deux, il a fait le bonheur du SU Dives-Cabourg pendant plusieurs saisons.

"A Rodez, je n'ai pas eu l'occasion d'intégrer le groupe professionnel"

C'est certainement sous le maillot « Rouge et Bleu » qu'il a vécu l'une de ses plus grandes émotions de footballeur. Le 27 mai 2018, celui qui porte, désormais, la tunique de Quevilly-Rouen avait inscrit l'unique but en demi-finale du championnat de France aux dépens d'Auxerre. En croisant ce week-end Marvin Golitin, Hugo Vandermersch et Herman Moussaki, les souvenirs ont resurgi. "Ça donne le sourire de les revoir". Mais contrairement à ses potes de la promotion 1999, qui ont également participé à cette aventure, il n'a pas été conservé par son club formateur.

Laissé libre à l'issue de son contrat stagiaire à l'été 2019, Mathéo Remars a alors rebondi à Rodez. Une première expérience loin du cocon familial pour ce Normand pure souche. "C'est vrai que j'étais en autonomie mais ça s'est très bien déroulé. Je me suis très bien acclimaté. C'est une région chaleureuse". Sur le plan sportif, l'ex-Caennais a, par contre, dû se contenter de la réserve (N3). "Je n'ai pas eu l'occasion de rejoindre le groupe professionnel ou même de faire un banc en Ligue 2 (le promu ruthénois a obtenu son maintien en terminant à la 16e place)". Pour autant, l'intéressé ne regrette pas son séjour dans l'Aveyron.

Sous licence amateur avec Quevilly-Rouen

"J'ai eu du temps de jeu en N3, j'ai pris de l'expérience, le club comptait sur moi pour la réserve". Quand les compétitions se sont définitivement arrêtées suite à la pandémie de Covid-19, il a fallu faire un choix entre rester ou revenir à la maison. C'est la seconde option qui l'a emporté. "Rodez voulait me conserver pour son équipe de N3 mais à ce niveau, il y a ce qu'il faut en Normandie. Et puis, ça ressource de revenir dans la région". Par l'intermédiaire de ses agents, Mathéo Remars a posé ses valises à QRM où il s'est engagé sous licence amateur. Destiné initialement à intégrer la « B », il réalise, depuis la reprise le 6 juillet, la préparation avec les hommes de Bruno Irles.

"A Mathéo de progresser, au contact de ses coéquipiers et à travers mes conseils"

Compte tenu de son effectif restreint (seulement 17 éléments à ce jour), le nouveau coach des « Jaune et Rouge » a promu cinq jeunes au sein de son effectif. "Comme je ne les connaissais pas encore, c'est William (Louiron, son adjoint) qui a choisi ces garçons. Ils devaient juste répondre à deux critères : avoir l'état d'esprit requis et une qualité technique suffisante. Ils peuvent rester toute la saison comme repartir avec la réserve demain et être remplacés par d'autres*. En tout cas, la passerelle existe", détaille l'ancien formateur de l'AS Monaco.

Bien qu'il avoue une préférence pour une position d'électron libre, Mathéo Remars a été aligné face à Caen dans un rôle d'avant-centre inédit pour lui dans une équipe privée de n°9 en première période ; ce qui ne l'a pas empêché de s'illustrer. Remuant, il se trouve notamment à l'origine de la meilleure situation quevillaise. "Mathéo doit prouver qu'il peut être décisif". Car Bruno Irles prévient, le chemin est encore très long avant de s'installer définitivement dans le groupe N1. "Aujourd'hui, il n'a pas le niveau pour évoluer dans ce championnat. A lui de progresser, au contact de ses coéquipiers et à travers les conseils que je peux lui transmettre". L'opportunité lui en est donnée. A commencer par cet après-midi contre Versailles (N2).

*Durant toute cette saison 2020-2021, quatre-cinq joueurs de la réserve, pas forcément les mêmes, compléteront le groupe professionnel de QRM. "J'aurai un œil sur la formation. Elle sera valorisée si elle le mérite. Les joueurs de la réserve auront leur chance. A eux de la saisir", avait indiqué Bruno Irles lors de sa présentation aux médias, début juillet.

Partager sur :