Surtitre
N1. J22 - Chambly / Quevilly-Rouen, jeudi 14 février à 20 h 30

Avec Moussiti-Oko et Araujo, QRM a choisi la formule offensive

Résumé

En déplacement à Chambly, l'actuel troisième du classement, Quevilly-Rouen (5e) - qui possède huit points de retard sur la formation picarde - abat une carte importante dans la course à la montée en Ligue 2. Pour espérer recoller au podium, le club normand pourra notamment s'appuyer sur ses deux recrues du mercato hivernal : l'attaquant Bevic Moussiti-Oko et le milieu offensif Alexis Araujo. Deux renforts qui se sont rapidement adaptés à leur nouvel environnement.

Image
Arrivés lors du mercato hivernal, Bevic Moussiti-Oko et Alexis Araujo n'ont pas tardé à justifier leur recrutement. Alors que l'ex-avant-centre du Havre a déjà scoré à deux reprise, le milieu offensif qui appartient au Gazélec a offert le succès à QRM face à Lyon-Duchère.
Arrivés lors du mercato hivernal, Bevic Moussiti-Oko et Alexis Araujo - qui ont déjà marqué trois buts à eux deux - n'ont pas tardé à justifier leur recrutement.
Corps

Depuis quelques saisons, le mercato d'hiver est devenu une spécialité du côté de QRM. Il y a deux ans, Oumar Pouye - prêté par Strasbourg - avait largement contribué à l'accession en Ligue 2 (cinq buts en 15 apparitions). Lors de l'exercice passé, s'il n'avait pu empêcher la relégation en National, Lamine Ndao - arrivé libre - avait permis aux « Rouge et Jaune » de croire au maintien jusqu'au bout (sept réalisations en 12 matches). Cette saison encore, c'est dans le secteur offensif que le club du président Michel Mallet a réalisé son marché. Il faut dire qu'avec 16 buts en 17 journées dont quatre sur ses sept dernières sorties avant Noël, Quevilly-Rouen ne possédait que la 11e attaque du championnat à la trêve.

Rédhibitoire pour un candidat à la montée. "On avait des manques", ne cache pas Manu Da Costa. Pour essayer de combler cette carence, le Père Noël lui a offert "deux beaux cadeaux" avec les prêts de Bevic Moussiti-Oko et Alexis Araujo, respectivement en provenance du HAC et du Gazélec Ajaccio (tous les deux pensionnaires de L2). "C'étaient mes priorités. Ce sont deux profils qui nous faisaient défaut. Ils nous apportent également de la concurrence. Ça correspond exactement à ce que j'attendais. J'ai la chance d'avoir un président (Michel Mallet) qui me fait confiance à 200 %".

Déjà coéquipiers à Dunkerque en 2016-2017

Déjà coéquipiers à Dunkerque en 2016-2017 et tous les deux en recherche de temps de jeu dans leur club précédent*, Bevic Moussiti-Oko et Alexis Araujo permettent au technicien franco-portugais de disposer d'une palette offensive beaucoup plus large. "Bevic est un avant-centre puissant, rapide, agressif devant le but. Il est capable de fixer une défense. Et ses appels de balle sont d'une grande qualité", détaille Manu Da Costa. "J'espère pouvoir faire aussi bien, voire mieux, que lors de ma deuxième partie de saison à Dunkerque il y a deux ans (sept réalisations et plusieurs penalties provoqués en 2017, en N1)", lance l'ex-Havrais.

"Alexis, lui, est un accélérateur de jeu. Il est performant dans les petits périmètres. Il percute, il obtient des coups de pied arrêtés, il fait des passes décisives. Contre des adversaires qui se présentent avec un bloc bas, notamment à Diochon, il nous sera très utile", ajoute l'entraîneur normand. Un milieu offensif de poche (1,59 m) qui n'a pas débarqué en terre inconnue. "En plus de Bevic, j'étais au centre de formation avec Valère Pollet à Lille et j'ai joué avec Lucas Daury à Boulogne-sur-Mer".

Sur les tablettes de nombreuses clubs de N1 cet hiver

Deux garçons que le coach de QRM convoitait depuis un certain temps. "Pour Bevic, je m'étais déjà renseigné en mai. J'avais gardé le contact. On échangeait régulièrement. Pour Alexis, ça fait deux ans que je lui cours après". Une persévérance qui a porté ses fruits. Car cet hiver, les candidats pour s'attacher les services de ces deux éléments étaient légion. Alors que Bevic Moussiti-Oko aurait pu effectuer son retour à Dukerque, son ancienne équipe, Alexis Araujo était pisté par une demi-douzaine d'écuries de National 1 et non des moindres : Le Mans, Laval, Tours…

Pour ne rien gâcher, les deux joueurs ont posé leurs valises à La Ferme dès les premiers jours du mois de janvier, quasiment pour la reprise de l'entraînement. "Notre objectif était de les avoir pour le début de la phase retour", se félicite Manu Da Costa. Et les deux « petits nouveaux » n'ont pas tardé à justifier leur recrutement. Alexis Araujo a marqué l'unique but de la victoire aux dépens de Lyon-Duchère (J18. le 11 janvier) tandis que Bevic Moussiti-Oko a déjà scoré à deux reprises contre Cholet (J19. 1-2 ; Une rencontre au cours de laquelle il aurait pu signer un doublé puisqu'il a manqué un penalty !) et lors du succès face à Marignane il y a une semaine (J21. 3-1).

*Depuis le début de cette saison 2018-2019, Bevic Moussiti-Oko, avec Le Havre, n'avait effectué que huit apparitions toutes compétitions confondues dont la moitié comme titulaire pour un but inscrit en Coupe de la Ligue. De son côté, Alexis Araujo avait réalisé, sous les couleurs du Gazélec Ajaccio, 12 apparitions pour seulement trois titularisations.

> N1. J22 - Chambly / Quevilly-Rouen, jeudi 14 février à 20 h 30 au Stade des Marais. En direct sur Foot +.

Bevic Moussiti-Oko

Né le 28 janvier 1995 (24 ans) à Brazzaville (Congo). Franco-congolais.

1,84 m pour 89 kg. Attaquant. Droitier.

Parcours : Dunkerque (2015-2017, N1), Le Havre (2017-décembre 2018, L2), Quevilly-Rouen (janvier 2019-…, N1).

International congolais.

Alexis Araujo

Né le 7 décembre 1996 (22 ans) à Tourcoing (Nord). Franco-portugais.

1,59 m pour 53 kg. Milieu offensif. Droitier.

Parcours : Lille (jusqu'en 2015, formation-L1), Boulogne-sur-Mer (janvier-juin 2016, N1), Dunkerque (2016-2017, N), Gazélec Ajaccio (2017-décembre 2018, L2), Quevilly-Rouen (janvier 2019-…, N1).

International U16 français et U17 portugais.

Partager sur :