Surtitre
L'international belge a connu son baptême du feu en Ligue 2 à 16 ans et dix moi

Avec Malherbe, Norman Bassette a pris rendez-vous pour plus tard

Résumé

Avec Nassim Tlemcani et Tidiam Gomis, il fait partie de cette génération d'attaquants caennais qui fait trembler les filets dans les catégories de jeunes. Contre Pau, samedi soir, Norman Bassette (17 ans le 9 novembre) a franchi une sacrée étape dans sa carrière naissante en devenant le deuxième plus jeune joueur de l'histoire du Stade Malherbe à évoluer chez les « pros ». S'il a bénéficié de circonstances favorables avec cette hécatombe touchant le secteur offensif, l'international belge U18 connaît une ascension fulgurante.

Image
Après avoir été mis à l'essai durant l'exercice 2020-2021, Normand Bassette s'est officiellement engagé avec le Stade Malherbe au mois de mai en paraphant un contrat stagiaire de deux ans. ©Damien Deslandes
Après avoir été mis à l'essai durant l'exercice 2020-2021, Normand Bassette s'est officiellement engagé avec le Stade Malherbe au mois de mai en paraphant un contrat stagiaire de deux ans. ©Damien Deslandes
Corps

En effectuant son apparition sur la pelouse de d'Ornano à la 85', il est rentré dans les annales du Stade Malherbe. Du haut de ses 16 ans et dix mois (il soufflera sa 17e bougie le 9 novembre), Norman Bassette est devenu le deuxième plus jeune joueur de l'histoire du club normand à évoluer chez les professionnels ; la palme de la précocité dans les rangs « Rouge et Bleu » revenant toujours à M'Baye Niang, lancé dans le grand bain par Franck Dumas en 2011 à 16 ans et quatre mois. Pourtant, au coup d'envoi de la saison, rien ne prédestinait cet international belge U18 a fêté son baptême du feu en Ligue 2 si tôt. Il faut dire qu'il ne s'agissait, toutes catégories confondues (U17-U19-N2), que de sa deuxième apparition en match officiel avec le SMC ! Mais la cascade de blessures qui frappe l'effectif caennais (Kélian Nsona, Yoann Court, Steve Shamal, Nuno Da Costa et désormais Benjamin Jeannot) ajouté à la suspension d'Alexandre Mendy a modifié la donne.

D'ailleurs, au moment de le convoquer, que ce soit pour le déplacement à Nîmes (où il était resté sur le banc) ou pour la réception de Pau, samedi soir, Stéphane Moulin n'en faisait aucun mystère : il ne le connaissait pas particulièrement. Et pour cause, retenu pendant la trêve de septembre par sa sélection, l'attaquant n'a participé à sa première séance sous les ordres de l'ex-technicien angevin que vendredi après-midi ! "C'est une expérience dont on se passerait bien (référence à cette intégration tardive la veille de la confrontation contre les Béarnais). J'ai hâte de le voir à l'entraînement", ironisait presque le coach du SMC en conférence de presse. Toutefois, sa présence dans les « 18 », si elle a été anticipée par les circonstances, ne doit rien au hasard.

Un buteur avant tout

Depuis ses premiers essais au cours de l'exercice 2020-2021 (lire encadré ci-dessous), Norman Bassette, officiellement licencié au Stade Malherbe depuis le 1er juillet de cette année, un contrat stagiaire jusqu'en 2023 à la clé, séduit tous ses éducateurs. "Norman possède des qualités athlétiques naturelles. Il va vite et il est puissant pour son âge. Il fonce, il ne se pose pas de questions, il est très généreux. Je le compare un peu à Andreas Hountondji même si Norman est un joueur d'axe à 80%", souligne Fabrice Vandeputte qui l'a promu avec son groupe d'entraînement avec la réserve depuis un mois. "C'est un gros travailleur, il a une grande capacité à courir, avec ou sans ballon, à chasser, à épuiser son adversaire avec un important travail défensif", ajoute Matthieu Ballon à l'origine de sa venue en Normandie. 

Mais le Belge ne se distingue pas uniquement par son potentiel physique. "Norman sent bien le jeu. Pour le niveau N2, il est déjà mature", lâche Fabrice Vandeputte. En atteste sa titularisation face à Saint-Pryvé-Saint-Hilaire (J3. le 21 août). Malgré la défaite de la jeune garde « Rouge et Bleu » (2-0), l'avant-centre caennais avait livré une copie plus qu'aboutie. Mais ce qui le caractérise le mieux, c'est son sens du but. "Il a beaucoup marqué la saison dernière (dans des matches amicaux). Il est doté d'un bon jeu de tête, d'une bonne frappe et il est adroit devant le but", énumère Fabrice Vandeputte. "Il est attiré par le but. Il a cette faculté à prendre la profondeur", précise Matthieu Ballon, le responsable des U17. Même s'il devrait plus régulièrement fréquenter la « B », voire les U19, dans les prochaines semaines, une fois que tous les blessés seront de retour, quelque chose nous dit qu'on va encore entendre parler de Norman Bassette.

Une vidéo, des essais, un confinement : l'histoire d'une signature

A61I2106_0.jpg

Norman Bassette a fêté son baptême du feu chez les « pros » samedi soir contre Pau. ©Damien Deslandes

Comment un joueur belge âgé de 15 ans, qui évoluait au Royal Excelsior de Virton dans son pays natal a-t-il atterri au Stade Malherbe ? Tout commence en juin 2020 avec la réception d'une vidéo. "L'une de mes connaissances me l'a envoyé en me disant : « C'est un petit qui me semble assez intéressant ». C'était un attaquant, né en 2004. On cherchait ce profil pour ce poste. Bien sûr, des sollicitations comme celles-ci, on en reçoit souvent mais là, il y avait quelque chose de particulier. Et puis j'ai énormément confiance dans la personne qui me l'a recommandé. Il a un œil avisé. Rien n'est dû au hasard", raconte Matthieu Ballon.

Après validation de Stéphane Nado et Djibi Diao, respectivement directeur du centre formation à l'époque et responsable du recrutement à la formation, et alors que la concurrence se fait de plus en plus pressante dans ce dossier, Norman Bassette effectue un premier essai au mois d'août. "Rapidement, on a été séduits. On a creusé un peu pour s'assurer que ce ne soit pas un feu de paille mais il a marqué à de nombreuses reprises sur les matches amicaux", se souvient l'éducateur des U17 du club caennais.

Supervisé en personne par le président Olivier Pickeu et le directeur sportif Yohan Eudeline

Toutefois, derrière, il a fallu se montrer patient avant de le faire signer ; la réglementation internationale stipulant qu'un garçon étranger résidant dans l'Union européenne ne peut parapher un contrat (peu importe la nature : aspirant, stagiaire ou professionnel) avant la saison de son 16e anniversaire. "Il est reparti chez lui jusqu'en octobre. On l'a fait revenir une semaine à la Toussaint. Il devait rester mais le confinement nous a stoppés", développe Matthieu Ballon. Sans club, Norman Bassette s'entretient en disputant des rencontres non officielles avec des U18 et des seniors.

Finalement, le Belge pose définitivement ses valises au centre de formation début janvier 2021 où il suit également des cours à l'internat. Sur le terrain, les promesses entrevues quelques mois auparavant se confirment. Durant les matches entre centres de formation, autorisés par le ministère des Sports pendant la crise sanitaire, le jeune attaquant enquille les buts dont un quadruplé contre Lens. Seul un arrachement osseux au niveau de la hanche le freine dans son ascension. Peu importe, du côté de l'Etat-major du SMC, la décision est prise. Supervisé en personne par le président Olivier Pickeu et le directeur sportif Yohan Eudeline, convaincus eux aussi par le potentiel de ce grand espoir, Norman Bassette s'engage, via un contrat stagiaire, avec le club caennais jusqu'en 2023. Une simple étape avant vraisemblablement un contrat « pro » d'ici quelques années.

Partager sur :