Surtitre
Conséquence de l'épidémie de coronavirus et des mesures de confinement

"On leur a suggéré de remplacer les haltères par des packs d'eau"

Résumé

Au Stade Malherbe, confinement ne rime pas avec vacances. Bien au contraire. Privés de séances collectives à cause de l'épidémie de coronavirus comme tous leurs homologues de Ligue 1 et de Ligue 2, les partenaires de Jonathan Rivierez doivent respecter un programme particulièrement riche et dense. Alors que leurs joueurs ne disposent pas du matériel habituel, les deux préparateurs physiques du club normand ont dû faire preuve d'imagination. La composition de ces séances à domicile, un groupe responsabilisé, la future reprise..., Jean-Marc Branger, en poste au SMC depuis 2007, nous dévoile les grandes lignes de cette organisation si particulière.

Image
Privés de séances collectives depuis une semaine comme tous leurs homologues de Ligue 1 et de Ligue 2, les Caennais doivent respecter un programme de préparation individualisée durant la durée du confinement.
Privés de séances collectives depuis une semaine comme tous leurs homologues de Ligue 1 et de Ligue 2, les Caennais doivent respecter un programme de préparation individualisée durant la durée du confinement.
Corps

Une organisation forcément particulière

"Au moindre signe, les joueurs doivent contacter l'un de nos deux docs"

"La priorité, c'est la santé des joueurs. Notre cellule médicale les suit de très près. S'ils ressentent le moindre signe, des courbatures ou de la fièvre, ils doivent immédiatement contacter l'un des deux docs (Hervé Schulc et Cyril Bellot)*. De notre côté, on a préparé des séances individualisées qui respectent, bien entendu, les mesures de confinement. Avant de les envoyer à tous nos joueurs, on a obtenu l'accord du club et de l'UNFP (Union nationale des footballeurs professionnels, le syndicat des joueurs). Après, comme on ne sait pas combien de temps cette situation va durer, on fonctionne semaine après semaine. Pour ces programmes à domicile, il faut prendre en compte plusieurs facteurs. Est-ce que les joueurs ont du matériel chez eux ? Est-ce qu'ils habitent en ville, en campagne ? On doit s'adapter".

*Parmi l'effectif professionnel du SM Caen, aucun cas de coronavirus n'a été détecté jusqu'à présent.

Les programmes

"On a pris des photos et des vidéos. Baptiste a fait tous les montages"

"On propose des séances avec des contenus individualisés : renforcement, gainage, musculation. Il y a aussi du travail d'aérobie, du fractionné à haute intensité, des appuis, de la vitesse, de la coordination... C'est un programme quotidien avec deux entraînements par jour. La difficulté, en l'absence de matériel spécifique, c'est de trouver des idées. Il faut être inventif. Par exemple, sans haltères ni charges, et sachant que le poids de corps ne suffit pas pour des sportifs de haut niveau, on a suggéré de les remplacer par des packs d'eau. Personnellement, j'ai pris des pierres de 3-4 kg mais tout le monde n'en a pas forcément chez soi en fonction d'où il vit. Avec Baptiste (Hamid, le SMC comptant deux préparateurs physiques), on se téléphone où on s'entretient par Skype tous les jours. On a testé tous les exercices et derrière, on s'est fait un retour. On a pris des photos, des vidéos avec des explications les plus précises possibles. Baptiste a fait tous les montages. Il a réalisé un super boulot. C'est un excellent metteur en scène (sourire)".

Un groupe responsabilisé

"D'habitude, les joueurs sont assistés à 100%. Là, ils vont devoir se prendre en main"

"Dans cette situation, le risque, c'est de se laisser aller. On se couche plus tard, donc on se lève plus tard. C'est pourquoi au-delà du programme à respecter, c'est primordial pour les joueurs de garder le même rythme que s'ils s'entraînaient normalement avec deux séances quotidiennes, à des heures fixes (à 10 heures et à 16 heures), avec un petit-déjeuner et un repas le midi, une heure de coucher raisonnable. L'alimentation est également très importante. En temps normal, les joueurs sont assistés à 100%. Ils sont accompagnés pour tout. Avec ce confinement, il va falloir qu'ils se prennent en main. Ça va constituer un excellent révélateur. A la reprise de l'entraînement, le professionnalisme des garçons fera la différence. Bien sûr, on va rester en contact avec eux régulièrement. Avec les autres membres du staff, on va les appeler tous les deux jours. Plus le confinement va durer, plus il faudra être présent à leurs côtés".

Et à la reprise...

"Ce qui va leur manquer, c'est le football, la tactique, les automatismes"

"Quand un joueur coupe une dizaine de jours, il perd plus de 50% de ses capacités physiques. C'est pourquoi ils ne peuvent pas rester inactifs. On ne peut pas anéantir presque huis mois de travail, surtout qu'on était arrivés à un haut niveau d'exigence en termes de musculation. Surtout qu'on ne sait pas de combien de temps on disposera pour s'entraîner quand ça reprendra. Mais s'ils respectent à la lettre le programme qu'on leur envoie, ça leur fait de bonnes journées et une semaine bien remplie. Et ils pourront se concentrer sur le ballon à la reprise. Car c'est ça qui va leur manquer, le football, la tactique, les automatismes, les repères collectifs..., même si ça pourrait revenir rapidement".

Partager sur :