Surtitre
L2. J35 - Sochaux / SM Caen, samedi 24 avril à 20H à Bonal

A Sochaux, le Stade Malherbe n'a plus de joker

Résumé

Ne disposant plus d'aucun matelas de sécurité sur la zone rouge, le Stade Malherbe, désormais premier non-relégable, pourrait glisser en position de barragiste s'il ne s'impose pas à Bonal. Après leur piètre prestation fournie contre Dunkerque il y a quatre jours, certains joueurs (Alexandre Mendy, Caleb Zady Sery...) doivent une revanche à leur club, à leurs supporters et aussi à eux-mêmes. Les choix de Fabrice Vandeputte sont également attendus.

Image
Après avoir brillamment assuré l'intérim dans les cages suite à l'expulsion de Rémy Riou, Benjamin Jeannot pourrait retrouver une place de titulaire en attaque. ©Damien Deslandes
Après avoir brillamment assuré l'intérim dans les cages suite à l'expulsion de Rémy Riou, Benjamin Jeannot pourrait retrouver une place de titulaire en attaque. ©Damien Deslandes
Corps

Sous la menace de la place de barragiste

Neuvième avec dix points d'avance sur le 18e au soir de son succès aux dépens de Niort lors de la 25e journée (1-0, le 13 février), le Stade Malherbe, avant son déplacement à Sochaux, n'a plus aucune marge de manœuvre sur la zone rouge. Après son résultat nul contre Dunkerque (1-1), conjugué à la victoire de Guingamp face à Chambly dans le même temps (1-0, sur un but de l'ex-Caennais Ronny Rodelin), le club normand a dégringolé à la 17e place avec une « petite » unité d'avance sur le barragiste ; une position actuellement occupée par l'USLD. Toutefois, il convient de noter que le succès de l'En Avant constitue peut-être la seule bonne nouvelle de la soirée de mardi pour les « Rouge et Bleu ».

"Il faudrait être un doux rêveur pour ne pas penser au barrage. C'est une option qu'on a inclus dans notre réflexion"

Premiers relégables, les Camblysiens sont repoussés à six longueurs avec une différence de buts nettement défavorable (- 23 contre -12). En dépit de leur dynamique catastrophique (lanterne rouge à égalité avec Châteauroux sur la phase retour avec neuf points engrangés sur 45 possibles), difficile de croire que le SMC se fasse rattraper lors des quatre dernières journées avec un tel écart. A l'inverse, la menace de la 18e place est plus prégnante que jamais. En fonction des résultats de la 35e journée, les partenaires de Jonathan Rivierez pourraient se réveiller dimanche matin en position de barragiste ! Et si cela ne se produit pas ce week-end, il ne faut pas oublier que Dunkerque dispose d'un match en retard, face à Amiens (9e), fixé au 28 avril.

"Il faudrait être un doux rêveur pour ne pas penser au barrage", convient Fabrice Vandeputte qui a coché les dates sur son calendrier (les 19 et 22 mai). "Par rapport aux derniers résultats, c'est une option qu'on a inclus dans notre réflexion". Si Rodez et Le Havre, crédités de 40 points, ne sont pas encore tirés d'affaires, Pau, Niort, Guingamp et Dunkerque, en plus du SMC, sont les plus en danger. Dans cette lutte pour le maintien, pas évident de savoir qui bénéficie du calendrier le plus favorable ? Ce jugement se révélant essentiellement subjectif. Est-il plus difficile d'affronter un candidat au Top 5 qu'un concurrent direct ? Pas certain. Et il ne faut surtout pas croire que les formations qui n'ont plus rien à craindre ni à espérer, comme Sochaux, le prochain adversaire de Caen, constitueront des proies faciles. Dans son histoire récente, le Stade Malherbe est bien placé pour le savoir. Souvenez-vous de Bordeaux en 2019.

CALENDRIER DES CONCURRENTS DIRECTS POUR LE BARRAGE L2/N1
Classement J35 (24 avril) J36 (1er mai) J37 (8 mai) J38 (15 mai)
14. Pau (39 pts / -7) ✈️ Toulouse (3e)(2) 🏠 Ajaccio (11e) ✈️ Chambly (19e) 🏠 Valenciennes (10e)
15. Niort (38 pts / - 22) ✈️ Valenciennes (10e) 🏠 Rodez (12e) ✈️ Amiens (9e) 🏠 Guingamp (16e)
16. Guingamp (37 pts / - 9) 🏠 Paris FC (5e) ✈️ Amiens (9e) 🏠 Châteauroux (20e) ✈️ Niort (15e)
17. SM Caen (37 pts / - 12) ✈️ Sochaux (7e) 🏠 Auxerre (6e) ✈️ Toulouse (3e) 🏠 Clermont (2e)
18. Dunkerque (36 pts / - 11)(1) ✈️ Auxerre (6e) 🏠 Sochaux (7e) ✈️ Troyes (1er)

🏠 Toulouse (3e)

Alexandre Mendy et Caleb Zady Sery ont-ils encore du crédit ?

Depuis qu'il a succédé à Pascal Dupraz il y a un mois, Fabrice Vandeputte a aligné 24 joueurs dont trois jeunes lancés dans le grand bain (Brahim Traoré, Andreas Hountondji et Ilyes Najim) ! Un nombre qui grimpera à 25 samedi soir ; Sullivan Péan étant appelé à pallier la suspension de Rémy Riou dans les cages caennaises. "Tout le monde est important mais personne n'est indispensable", a pendant longtemps martelé un coach normand pour résumer sa philosophie. En quatre sorties, l'entraîneur intérimaire a composé autant de compositions différentes même s'il convient de souligner qu'il tente, parfois, de s'adapter au style de jeu de ses adversaires comme face à Troyes, par exemple (J33. défaite 1-0). Toutefois, de l'extérieur, pas toujours évident de dégager une ligne directrice. Fabrice Vandeputte assure, lui, y voir plus clair dans l'articulation de son équipe.

"Je peux comprendre que parfois, on ne fasse pas un match très abouti. Ça peut arriver à tout le monde"

D'ailleurs, le technicien a laissé entendre qu'il réduirait son groupe "en détachant 17-18 joueurs (de champ) d'ici la fin de saison pour terminer la mission". Si cela reste à confirmer sur la pelouse de Bonal, l'ex-responsable de la réserve du SMC semble s'appuyer sur un 4-3-3 avec une défense composée d'Hugo Vandermersch, Jonathan Rivierez, Anthony Weber et Steeve Yago. Dans le cœur du jeu, les blessures de Johann Lepenant et, vendredi après-midi, d'Alexis Beka Beka, l'obligent à opérer des changements même si les deux Jessy, Pi et Deminguet, constituent des hommes de base.

Mais ce sont surtout ses choix en attaque qui seront scrutés. Après leur prestation difficilement qualifiable contre Dunkerque, Alexandre Mendy, qui à-peu-près raté tout ce qu'il a entrepris il y a quatre jours, et Caleb Zady Sery, fantomatique depuis des mois, bénéficieront-ils toujours de la confiance de Fabrice Vandeputte ? "Je peux comprendre que parfois, on ne fasse pas un match très abouti. Ça peut arriver à tout le monde", les défend le coach malherbiste. Sauf que pour ces deux éléments, ce type de production insipide se répète un peu trop souvent. S'ils étaient amenés à figurer de nouveau dans le onze de départ caennais, nul doute qu'ils seraient attendus au tournant par les supporters « Rouge et Bleu ». En les alignant, leur entraîneur aussi.

> L2. J35 - Sochaux (7e - 48 points) / SM Caen (17e - 37 points), samedi 24 avril à 20 heures au Stade Bonal.

Partager sur :