Surtitre
N1. J13 - US Avranches / Dunkerque, vendredi 8 novembre à 18H à Fenouillère

Les Titis parisiens ont pris leurs quartiers à Avranches

Résumé

Pendant le mercato, l'US Avranches s'est fait remarquer en engageant notamment trois ex-pensionnaires du centre de formation du Paris Saint-Germain : Lorenzo Callegari, Samuel Essende et Alec Georgen. Un recrutement auquel Hicham M'Laab, qui les a déjà côtoyés avec la réserve du PSG, est loin d'être étranger. Avant la réception du leader dunkerquois, focus sur ces trois Titis parisiens qui tentent de s'imposer dans le club manchois.

Image
Grâce, entre autres, à Hicham M'Laab qui leur a loué les qualités du projet de jeu de l'entraîneur Frédéric Reculeau, Samuel Essende, Lorenzo Callegari et Alec Georgen ont accepté la proposition avranchinaise.
Grâce, entre autres, à Hicham M'Laab qui leur a loué les qualités du projet de jeu de l'entraîneur Frédéric Reculeau, Samuel Essende, Lorenzo Callegari et Alec Georgen ont accepté la proposition avranchinaise.
Corps

► ISSU DU MAGAZINE. Révélée le 1er août, l'annonce a fait du bruit dans le monde du ballon rond, bien au-delà des frontières normandes. Décrit comme l'une des plus grandes promesses du Paris Saint-Germain il y a encore trois ans, Lorenzo Callegari (21 ans) a signé un contrat de deux saisons avec Avranches. Dans la foulée, deux autres anciens pensionnaires du centre de formation du PSG ont rejoint le sud-Manche : Samuel Essende (21 ans) et Alec Georgen (20 ans). Alors qu'ils se trouvaient toujours liés avec leur club formateur (respectivement pour deux et un an), l'avant-centre et l'arrière droit se sont engagés jusqu'en 2022. Comment l'USAMSM a-t-il pu attirer ces trois éléments ?

Un entremetteur nommé Hicham M'Laab

Pour recruter Lorenzo Callegari, Samuel Essende et Alec Georgen, le président Gilbert Guérin a pu compter sur un VRP de luxe en la personne d'Hicham M'Laab (29 ans). Un joueur considéré par ses jeunes coéquipiers comme un grand frère. Arrivé à Avranches en janvier, lors du mercato d'hiver, le Franco-marocain les connaît particulièrement bien. Et pour cause, ils ont tissé des liens d'amitié durant la saison qu'ils ont vécue ensemble (en 2017-2018), à l'époque où le milieu offensif avait été enrôlé pour encadrer la relève du PSG, au sein de la réserve (en CFA). "Je savais qu'ils recherchaient un nouveau projet. Je leur ai simplement dit, qu'à un moment, il faut jouer. On leur a collé une étiquette de grand espoir mais aujourd'hui, ils doivent gagner le respect dans le monde des seniors. Et un passage en National (N1) n'est absolument pas rédhibitoire pour faire une carrière. On l'a vu avec Sadio Mané, Franck Ribéry, Laurent Koscielny…* Ils n'ont pas été insensibles à ce discours", rapporte Hicham M'Laab.

"Mais derrière, ce sont eux qui ont décidé de venir ici. Je les ai juste mis en relation avec le président et le coach. Certes, ça a bien sûr facilité les choses que je sois là""Hicham connaît nos qualités. Il nous a fortement conseillé de venir à Avranches. Il a pensé que ça serait intéressant pour nous comme pour le club", lance Alec Georgen. "Hicham nous a ouvert les yeux", ajoute Lorenzo Callegari qui a montré le chemin vers la Normandie à ses deux coéquipiers. "Même si ce ne fut pas la seule raison, savoir qu'Hicham et Lorenzo jouaient déjà dans l'équipe a pesé dans la balance (Alec Georgen a signé en dernier)", avoue Samuel Essende.

*Evoluant actuellement à Liverpool, Sadio Mané a disputé trois matches de N1 à l'été 2012 sous les couleurs du FC Metz avant d'être transféré chez les Autrichiens du Red Bull Salzboug. Entre 2001 et 2004, Franck Ribéry a réalisé trois saisons à ce niveau avec autant de clubs différents : Boulogne, Alès et Brest. Laurent Koscielny, une seule, en 2007-2008, sous les couleurs du Tours FC.

Lancer (enfin) leur carrière

Trois ex-Titis parisiens qui sortent tous d'une expérience pour le moins contrastée à l'étranger. A peine débarqué au Genoa (Serie A) en 2018 où un contrat de quatre ans l'attendait (il est parti libre du PSG), Lorenzo Callegari fut prêté à Ternana, en Serie C italienne (équivalent du N1), pour un temps de jeu laissant à désirer. Prêté à Eupen en Belgique la saison passée, Samuel Essende n'a pas rencontré beaucoup plus de réussite sous les ordres de Claude Makélélé. Après avoir connu cinq mois délicats, entre janvier et mai 2018, à l'AZ Alkmaar aux Pays-Bas où il était prêté également, Alec Georgen reste, lui, sur une saison quasi-blanche ; la faute à une blessure au genou droit. Conséquence, ces trois joueurs ne sont guidés que par un unique but : "se relancer, disputer un maximum de matches, acquérir de l'expérience".

Séduit par le projet de jeu de Frédéric Reculeau

Si Lorenzo Callegari, Samuel Essende et Alec Georgen ont choisi Avranches, Frédéric Reculeau n'y est pas pour rien. Bien au contraire. La réputation du technicien d'origine vendéenne l'ayant précédé. "On est tombés sur un club qui possède un projet de jeu. Ce n'est pas évident en National", souligne Lorenzo Callegari. Un projet de jeu dont Hicham M'Laab (encore lui) s'est chargé d'assurer la promotion. "Avec Hicham, on a les mêmes conceptions sur le plan du foot. Quand il m'a confirmé les propos que m'avait tenus le coach, je n'ai pas hésité", souffle le milieu défensif. "Si j'ai accepté la proposition avranchinaise, c'est pour ce projet", abonde Alec Georgen.

"On pratique le beau jeu que j'ai toujours connu avec les équipes de jeunes du PSG, qui aime avoir la possession, qui aime distribuer les ballons", décrit Samuel Essende. Et peu importe si le cadre de Fenouillère n'est pas aussi prestigieux que celui du Camp des Loges (avec tout le respect qu'on doit à l'enceinte avranchinaise). "C'est certain que les structures ne sont pas les mêmes mais on n'est pas venus pour ça", évacue Alec Georgen. "Ça nous permet de revenir à l'essentiel", estime Lorenzo Callegari. "On est là pour jouer au foot", martèle Samuel Essende. Avec pourquoi pas l'espoir un jour de revenir au PSG avec un tout autre statut.

Avec la suppression de la réserve du PSG, aucune perspective

Essende Toussaint_0.jpg

A la fin de la saison dernière, la direction parisienne a décidé de supprimer sa réserve, qui évoluait en N2, laissant de nombreux joueurs sans perspective d'avenir avec le club de la Capitale.

Le choc fut brutal. Le 24 mai, le PSG, via Antero Henrique, son directeur sportif à l'époque, officialisait la suppression de son équipe réserve, évoluant en N2. Une décision confirmée quelques semaines plus tard par Leonardo, son successeur. "Après avoir longtemps analysé les performances de ses différentes équipes du centre de formation, le club a constaté que l'environnement de sa réserve n'offrait plus les conditions souhaitables pour le développement de ses jeunes talents", justifiait le club parisien dans un communiqué.

Si Lorenzo Callegari parti un an plus tôt n'a pas été concerné, Samuel Essende et Alec Georgen ont vu leurs perspectives d'avenir à court terme considérablement réduites. "Au PSG, pour nous, les portes se sont refermées. Ils ont vraiment réduit les effectifs. La préparation n'a pas été facile. On a été un peu mis à l'écart", confirme le nouveau latéral droit de l'US Avranches.

Partager sur :