Surtitre
Match de préparation. Guingamp « B » (N2) / Granville (N2), samedi 23 juillet à Pabu

Sylvain Didot à l'aube de sa deuxième saison avec l'US Granville

Résumé

Alors que l'US Granville lance, ce week-end, sa campagne de matches de préparation contre la réserve de Guingamp, l'entraîneur Sylvain Didot est déterminé à faire mieux cette saison que la précédente. Pour son premier exercice dans la Manche, malgré le maintien arraché, son équipe n'avait jamais vraiment réussi à décoller du bas de tableau.

Image
Sylvain Didot estime que son groupe est mieux armé pour les joutes de National 2 à venir qu'il ne l'était voilà un an à son arrivée en Normandie. ©Aurélien Renault
Sylvain Didot estime que son groupe est mieux armé pour les joutes de National 2 à venir qu'il ne l'était voilà un an à son arrivée en Normandie. ©Aurélien Renault
Corps

Réforme des championnats oblige, l'US Granville sera en danger lors du futur championnat de N2. Comme l'ensemble de ses 15 concurrents, sa marge de manœuvre sera réduite alors que cinq voire six formations, sur un total de 16, seront happées par la relégation en fin d'exercice. "Ça va bagarrer dur", prédit l'entraîneur des Corsaires Sylvain Didot. "C'est assez incroyable car quand on regarde les 16 équipes et qu'on se dit qu'il faut en mettre cinq derrière, c'est vraiment énorme, difficile de savoir qui va se retrouver tout en bas. Cinq pour 16, c'est dur à entendre pour les clubs, pour les présidents". C'est pourtant la nouvelle réalité dans laquelle il faudra évoluer. Souvent au bord du précipice la saison dernière avant de conclure avec panache, l'USG avait su laisser six équipes derrière elle. Peu ou prou, un scénario identique en 2022-2023 aurait le mérite de sauver l'institution au quatrième échelon national.

"J'avais plus d'incertitudes il y a un an, là on sera plus armé en termes de qualité et de maturité"

Pour autant, c'est mal connaître Sylvain Didot que d'imaginer qu'il se contenterait de revivre le même championnat. L'ancien joueur du Toulouse FC veut avancer, progresser et la préparation doit servir "à mettre en place le projet de jeu". Pour lui, l'an 2 dans la Manche commence et alors que la saison sera ponctuée par sa formation au BEPF (diplôme permettant d'exercer chez les « pros »), hors de question de faire table rase du passé. Pour faire mieux qu'en 2021-2022, il faudra avant tout comprendre ce qui n'a, parfois, pas fonctionné ces derniers mois. "On devra être très attentif et percutant dès le départ mais pour ne pas refaire le même début de saison, il s'agira de savoir pourquoi on l'a fait l'année dernière".

Roi du match nul la saison passée (14 en 30 journées), Granville n'a pour ainsi dire jamais "raté" de match de championnat dans les grandes largeurs sous les ordres de Sylvain Didot. Et l'équipe n'a finalement que très peu perdu (huit défaites). "Sur les cinq saisons du club à ce niveau, c'est le championnat où l'équipe a été la moins battue et le deuxième en nombre de points. La seule fois où sous Johan Gallon elle a eu plus de points, c'est avec Christopher Ibayi devant qui leur avait marqué 12 buts". Cette saison, malgré les départs de Franck Héry (Saint-Malo, N2) et de Loïc Gagnon (Chartres, N2) notamment, l'USG a eu le nez creux en engageant Vincent Créhin, Théo Barré ou encore Mamadou Magassouba. "La saison dernière, j'ai eu beaucoup de jeunes à faire débuter, là ce sera un peu différent", analyse le technicien. "J'avais plus d'incertitudes il y a un an, là, on sera plus armé en termes de qualité et de maturité. Pour des questions de budget, j'ai d'ailleurs dû restreindre le groupe à 15-16 joueurs aguerris au N2". Un adage dit que le plus est souvent l'ennemi du mieux.

> Match de préparation. Guingamp (N2) / US Granville (N2), samedi 23 juillet à 19 heures au Pro Park à Pabu (Côtes-d'Armor).

Aurélien RENAULT

Partager sur :