Surtitre
Mercato. Ligue 2

Au Havre, Karim El Berkaoui se fait désirer

Résumé

A la recherche d'un attaquant depuis le début du mercato, le HAC a bien cru finaliser la semaine dernière le recrutement du Marocain Karim El Berkaoui avant "qu'un problème administratif" ne vienne faire capoter l'affaire..., pour le moment. En attendant qu'un renfort ne débarque (enfin), tout le peuple « Ciel et Marine » prie pour qu'il n'arrive rien à Jamal Thiaré.

Image
Pour renforcer l'attaque havraise, Karim El Berkaoui constitue l'une des (la) priorités de Paul Le Guen. Sous contrat jusqu'en 2021, l'indemnité de départ est estimée autour de 500 000 €. ©DR
Pour renforcer l'attaque havraise, Karim El Berkaoui constitue l'une des (la) priorités de Paul Le Guen. Sous contrat jusqu'en 2021, l'indemnité de départ est estimée autour de 500 000 €. ©DR
Corps

"Recruter un joueur le 25 septembre, ce n'est pas notre projet initial". Début juillet, Pierre Wantiez affirmait ne pas vouloir attendre les derniers jours du mercato (dont la date de clôture est fixée au 5 octobre) pour engager cet avant-centre tant espéré du côté de la cité Océane. Le marché des transferts n'étant plus à un rebondissement près, le directeur général va peut-être être contraint de revoir ses plans. De là à patienter jusqu'à cette fameuse date du 25 ? Toujours est-il qu'à l'heure actuelle, le HAC n'a pas encore déniché le successeur de Tino Kadewere. La semaine passée, les dirigeants havrais ont bien cru toucher au but ; Karim El Berkaoui (24 ans), l'une des priorités de Paul Le Guen (la priorité) à ce poste, a été à deux doigts de poser ses valises en Normandie.

"On avait considérablement avancé. On avait même pris les billets", révèle le coach breton. "Mais parfois, les choses ne dépendent pas que de vous. Encore une fois, on essaye de faire les choses bien en ne tombant pas dans le piège des négociations". Pourquoi l'attaquant d'Hassania Agadir (sous contrat jusqu'en 2021) n'a-t-il pas signé HAC ? La faute "à un problème administratif", dixit Paul Le Guen. Alors que les mouvements internationaux sont devenus compliqués à cause du contexte sanitaire limitant les déplacements, l'international olympique marocain avait pourtant obtenu ses papiers pour rallier la France. "Il avait son laisser-passer", confirme le technicien havrais. "Mais il en souhaitait un deuxième pour une personne qui l'accompagnait".

Pendant ce temps-là, Jamal Thiaré assure

Ce contretemps est-il de nature à remettre en cause la volonté du club doyen de l'enrôler ? "Ça reste une espérance, un choix. J'ai envie que ça se fasse. Mais il faut qu'il y ait une volonté commune", lance l'ex-entraîneur du PSG. En parallèle, l'état-major du HAC ne cache pas qu'il a activé d'autres pistes. "On serait idiots de ne pas penser à autre chose". Evoluant à Bursaspor, l'ancienne équipe dirigée par Paul Guen qui fréquente, aujourd'hui, la D2 Turque, Kubilay Kanatsizkus (23 ans) en fait-il partie ? "J'ai discuté avec ses représentants il y a peu de temps. C'est un joueur qu'on connaît bien. Après, il est sous contrat (jusqu'en 2022)".

En attendant de renforcer la ligne d'attaque havraise, Jamal Thiaré tient le navire à flot. Et plutôt bien comme en atteste son doublé face à Guingamp, ce week-end ? "On n'est pas non plus dans une situation d'urgence tant que Jamal est en bonne forme, et il l'est vraiment. ", se montrait rassurant le technicien avant la confrontation dans les Côtes-d'Armor. "On a aussi des garçons pouvant jouer en soutien. Si on récupère tout le monde, on a quand même un effectif qui a de l'allure. Il faut faire confiance aux joueurs qui sont là, y compris aux jeunes. Je crois qu'ils le ressentent. C'est aussi une marque de confiance de ne pas paniquer, de ne pas s'énerver. Ils savent qu'on cherche quelqu'un mais ils voient qu'on n'est pas aux abois". Toutefois, du côté du Stade Océane, personne ne dirait non à une ou deux recrues supplémentaires.

Partager sur :