Surtitre
L2. J5 - Le Havre / Niort, samedi 21 août à 19H au Stade Océane

Et si le HAC ne recrutait... personne

Résumé

Alors que seul le défenseur Thierno Baldé, sous la forme d'un prêt, a renforcé le groupe havrais jusqu'à présent, le HAC, exsangue financièrement, pourrait ne recruter aucun autre joueur durant ce mercato. A dix jours de la clôture du marché des transferts, ce scénario n'a pas été exclu par Paul Le Guen.

Image
Faute de renforts, Paul Le Guen martèle qu'il maintient sa confiance à sa jeune garde qui a fait plus que pointer le bout de son nez depuis le début de la saison. ©Damien Deslandes
Faute de renforts, Paul Le Guen martèle qu'il maintient sa confiance à sa jeune garde qui a fait plus que pointer le bout de son nez depuis le début de la saison. ©Damien Deslandes
Corps

La stat, dénichée par Benoît Donckele, notre confrère de Paris-Normandie, fait trembler bon nombre de supporters « Ciel et Marine ». Avec Saint-Etienne, le HAC possède la particularité de n'avoir, pour le moment, recruter, au sens strict du terme, aucun nouveau joueur durant ce mercato. L'unique mouvement répertorié concerne le jeune défenseur Thierno Baldé (19 ans), seulement prêté par le PSG. Un statu quo qui pourrait se prolonger jusqu'au 31 août, date de la clôture du marché des transferts. "Si on doit être les seuls, on le sera", assume Paul Le Guen. "Peut-être qu'on n'accomplira pas de miracle mais au moins, on ne commettra pas de bêtise. Parfois, j'ai l'impression que c'est marqué dans le règlement : recrutement obligatoire. Il ne faut pas qu'on soit obsédé par ça".

"Bien sûr, je ne dirais pas non à un complément offensif, un apport supplémentaire"

Alors que certains observateurs du club doyen qualifient cette approche de (trop) prudente, celle-ci est dictée par des impératifs économiques selon les dirigeants normands. "On a une feuille de route qui consiste à garder notre compétitivité sportive tout en diminuant la masse salariale", rappelle le coach breton qui, en parallèle, renouvelle sa confiance à sa jeune garde : Arouna Sanganté, Isaak Touré, Abdoullah Ba, Amir Richardson... "Ce n'est pas un discours de façade. On montre qu’on va aller jusqu’au bout. Certes, il faut qu'elle soit bien encadrée, bien accompagnée, bien aidée mais ça ne m'intéresse pas de prendre quatre-cinq joueurs dans les prochains jours".

Toutefois, le technicien havrais ne ferme pas la porte à une ou deux arrivées, notamment en attaque ; un secteur qui a affiché des signes préoccupants lors des quatre premières journées (avec deux buts marqués en quatre sorties). "Bien sûr, je ne dirais pas non à un complément offensif, un apport supplémentaire, quelqu'un capable de nous amener quelque chose de différent", confirme-t-il. En coulisse, l'Etat-major certifie s'activer pour dénicher la perle rare. "N'avoir fait signer personne ne signifie pas qu’on est resté inactif. Pas mal de gens sur le marché peuvent en témoigner. Cette semaine, on a encore échangé avec trois-quatre joueurs, soit directement ou via leur agent ou leur club".

Pendant ce temps-là, Umut Meras est toujours là

Au regard de la situation financière du HAC, si des renforts débarquent, ce sera de nouveau sous la forme de prêts. Problème, avec ce type de transaction, les « Ciel et Marine » n'ont pas la main. "Aujourd'hui, sur le marché des transferts, on n'est pas en position de faire des choses (sous-entendu des transferts payants). Si on refuse de nous prêter un joueur, on ne peut pas l'acheter pour 2-3 M€. On n'en a pas les moyens. Du coup, on est dépendant de certains clubs qui attendent, eux-aussi de leur côté, des recrues avant de bouger et également de la volonté des joueurs qui gagnent souvent plus. Il faut trouver des arrangements", détaille Paul Le Guen qui prévient qu'en cas d'arrivée(s), certains (Josué Casimir) devront effectuer le chemin inverse. "Je ne veux pas garder la semaine un garçon qui n’a aucune chance d’être dans les 13-14 qui participent au match le week-end".

"Avec le retour des cadres, je pense qu'on aura un effectif plus armé, une colonne vertébrale plus stable"

Au rayon des départs justement, pas grand-chose à signaler non plus. Régulièrement cité dans la colonne des partants, Umut Meras, de retour de suspension, devrait être titulaire pour la réception de Niort, samedi soir. "Un jour, c'est oui, un autre, peut-être et puis finalement, non", résume l'entraîneur havrais à propos de la situation de l'international turc. "S’il y avait une opportunité intéressante, Umut serait intéressé. On n’en a pas été loin parfois". Cette incertitude autour de son avenir immédiat ne semble pas perturber le latéral gauche. "L’avantage, c’est qu’il conserve une très bonne mentalité de travail, il joue sans état d’âme. Dans sa relation avec ses coéquipiers, il est vraiment impeccable".

Avec Umut Meras mais sans recrue, ou presque, pour le moment, à quoi peut prétendre Le Havre ? "Juste de faire du mieux possible", répond l'ex-coach de Lyon qui attend avec impatience le retour des blessés : Mathieu Gorgelin, Pierre Gibaud (qui seront dans le groupe pour le déplacement à Bastia dans une semaine) et Fernand Mayembo (opérationnel après la trêve internationale en septembre). "Avec les retours de ces cadres, je pense qu’on aura un effectif plus armé, une colonne vertébrale plus stable. Et d'ici là, on aura peut-être gagné deux-trois joueurs potentiellement de niveau Ligue 2", lance Paul Le Guen en référence aux jeunes qui font plus que pointer le bout de leur nez en ce début de saison. Suffisant pour se mêler à la lutte au Top 5 ? Certainement pas mais pour une place dans la première moitié du classement, pourquoi pas. En attendant des joueurs meilleurs, le HAC et ses supporters doivent s'en contenter.

> L2. J5 - Le Havre (10e - 5 points) / Niort (7e - 7 points), samedi 21 août à 19 heures au Stade Océane.

Partager sur :