Surtitre
L2. J18 - Le Havre AC / AC Ajaccio, samedi 11 décembre à 15H au Stade Océane

Le HAC va savoir s'il est taillé pour le Top 5

Résumé

Avec la réception de l'AC Ajaccio, le HAC attaque une série de quatre rencontres contre des concurrents directs au Top 5. De cette série dépend certainement une grande partie des ambitions des hommes de Paul Le Guen cette saison.

Image
Depuis les incidents survenus en 2018 lors du match de barrage d'accession, les confrontations entre le HAC et l'AC Ajaccio revêtent toujours un caractère singulier. ©Damien Deslandes
Depuis les incidents survenus en 2018 lors du match de barrage d'accession, les confrontations entre le HAC et l'AC Ajaccio revêtent toujours un caractère singulier. ©Damien Deslandes
Corps

L'AC Ajaccio (2e - 32 points) ce samedi, l'AJ Auxerre (4e - 30 points) dans dix jours, le FC Sochaux (3e - 31 points) au retour de la trêve de Noël puis pour finir le Paris FC (5e - 30 points). Lors des quatre prochaines journées, le HAC va défier les quatre formations qui le précèdent au classement, soit autant de concurrents directs pour le Top 5. "Il faut qu’on arrive à se placer à leur niveau, qu’on soit en situation de les challenger, de les bousculer… Je pense qu’on n’en est pas très loin", estime Paul Le Guen. Qu'ils soient joueurs, dirigeants ou supporters, tous les membres de la famille « Ciel et Marine » ont hâte d'y être. "On a travaillé depuis le début de la saison pour disputer ce genre de matches. Tous les footballeurs en rêvent", confirme le capitaine Victor Lekhal. Son de cloche identique chez son entraîneur.

"On sait ce qu'il y a en jeu, il ne faut pas que ça nous bloque. Au contraire, ça doit nous stimuler"

"On en envie de jouer ces matches. On veut rester au contact de ces équipes qui mènent la course depuis le début. Il ne faut pas qu'on se fasse décrocher". Avant le coup d'envoi de cette 17e journée, les Havrais (6e - 29 points) se trouvent à portée de fusil de ce mini-groupe ; tout ce joli petit monde se tenant en trois « malheureuses » unités. "Les positions sont très resserrées. Certaines équipes qui sont à moins de six points (Niort, 9e, compte 24 points) ne sont pas définitivement écartées. Le championnat est encore si long... Ce ne sont pas forcément les six équipes en tête aujourd'hui qui finiront en mai aux six premières places", prévient le coach breton.

D'ailleurs, le leader, le Téfécé (33 points) n'est pas encore parvenu à s'échapper, même si comme le fait remarquer Paul Le Guen : "Même quand il perd, on voit que Toulouse est meilleur que son adversaire". Toujours est-il que du côté du Stade Océane, tout le monde est bien conscient de l'importance des échéances à venir. "On sait ce qu'il y a en jeu, il ne faut pas que ça nous bloque. Au contraire, ça doit nous stimuler et nous rendre conquérants. Notre devoir, c'est d'être ambitieux", affirme l'ex-technicien du PSG. Premier rendez-vous figurant au calendrier : la réception de l'ACA. Une affiche toujours particulière depuis les incidents survenus en Corse en 2018 lors du barrage d'accession*. "On ne peut pas passer outre la rivalité entre les deux clubs", rappelle le coach havrais. "Même si je n’étais pas au club quand ça s’est produit, quasi-impossible d'y échapper".

Le duo Boutaïb - Ba doit répondre présent

Toutefois, malgré le passif entre les deux camps, le contexte devrait être nettement moins tendu samedi qu'à l'époque et les duels se concentrer à l'aire de jeu. Cette confrontation pourrait se révéler être un tournant pour les « Ciel et Marine ». "Ce match revêt une importance particulière, soit on revient à hauteur d'Ajaccio, soit on est relégué à six points", résume Paul Le Guen. Une rencontre qui opposera les deux défenses les plus imperméables de Ligue 2 : dix buts encaissés côté HAC, huit pour les Ajacciens. "Cela nous a demandé beaucoup d'efforts. Pour eux, j'imagine aussi. Ce n'est pas une performance qu'on atteint par hasard. C'est le fruit d'un véritable travail. C'est une équipe très bien organisée, qui donne très peu à son adversaire".

"soit on revient à hauteur d'Ajaccio, soit on est relégué à six points"

Encore privé de Jamal Thiaré (dont la date de retour est toujours indéterminée après sa blessure à un genou, mi-octobre), le club doyen - qui récupérera, par contre, Jean-Pascal Fontaine - aura besoin de ses attaquants au meilleur de leur forme pour forcer le couvre-feu corse. Problème, Khalid Boutaïb et Pape Ibnou Ba sont respectivement bloqués à trois et deux réalisations en championnat. Mais fidèle à sa ligne de conduite, Paul Le Guen défend son compartiment offensif.

"Khalid travaille beaucoup pour l'équipe. Il perd pas mal de force dans ces combats. On ne peut pas le juger que sur ses stats", souligne-t-il. Concernant l'ex-avant-centre de Niort, recruté contre un million d'euros cet été, l'entraîneur croit en un déclic. "Je sens que ça va venir. Certes, ça prend un peu de temps à se mettre place. Il y a différentes raisons. Certaines sont liées à mes choix car il n'y a pas de continuité dans mes titularisations mais ce qu'il fait à l'entraînement me laisse espérer des jours meilleurs". Dès samedi après-midi ? Les 8 000 supporters « Ciel et Marine » attendus à Océane en rêvent. Et dans tous les cas, il reste toujours les coups francs de Quentin Cornette.

> L2. J18 - Le Havre AC (6e - 29 points) / AC Ajaccio (2e - 32 points), samedi 11 décembre à 15 heures au Stade Océane.

*Reporté une première fois en raison du comportement de pseudos « supporters »  corses qui avaient bloqué le car des Havrais tout en proférant des insultes à caractère raciste et en les menaçant physiquement, le match de barrage pour la montée en Ligue 1 entre l'AC Ajaccio et Le Havre s'était déroulé deux jours plus tard dans un contexte particulièrement tendu ; le président Vincent Volpe avait notamment reçu un coup de pied dans les tribunes. Marqué par deux expulsions de chaque côté, le match avait vu l'ACA finalement s'imposer à l'issue de la séance des tirs au but.

Partager sur :