Surtitre
Match de préparation. US Avranches (N1) - Le Havre (L2) 5-4 : le debrief

Nabil Alioui, les cinq buts encaissés, la blessure de Quentin Cornette...

Résumé

Les grands débuts de Nabil Alioui sous le maillot « Ciel et Marine », la défense qui prend l'eau en l'absence de son patron Pierre Gibaud, la blessure aux adducteurs de Quentin Cornette qui rejoint une infirmerie déjà bien remplie..., retrouvez le debrief de l'avant-dernier match de préparation du HAC. Une confrontation face à Avranches (N1) qui s'est soldée par une défaite 5-4.

Image
Entre le baptême du feu de Nabil Alioui, la blessure de Quentin Cornette, les cinq buts encaissés par sa défense..., Paul Le Guen n'a pas manqué de sujets de réflexion. ©Damien Deslandes
Entre le baptême du feu de Nabil Alioui, la blessure de Quentin Cornette, les cinq buts encaissés par sa défense..., Paul Le Guen n'a pas manqué de sujets de réflexion contre Avranches. ©Damien Deslandes
Corps

Un homme dans le match

Des débuts prometteurs pour Nabil Alioui

Il n'était pas prévu qu'il débute aussi tôt. Mais les circonstances du match avec la blessure de Quentin Cornette (lire ci-dessous) en ont décidé autrement. Arrivé lundi soir porte Océane avec un contrat de quatre ans à la clé, Nabil Alioui (21 ans) a été lancé dans le grand bain avant le quart d'heure de jeu, en remplacement de l'ex-Amiénois, touché aux adducteurs. "Ça lui permet de s'intégrer. Je voulais le voir", commente Paul Le Guen à propos d'un garçon formé à l'AS Monaco (où il était lié jusqu'en 2023). Et le coach havrais n'a pas été déçu. "Ce qu'il a réalisé est très encourageant. Il a du talent. Il faut qu'il trouve ses automatismes avec ses coéquipiers mais je suis confiant".

Moins de dix minutes après son entrée sur la pelouse de Fenouillère, le Franco-marocain se signalait déjà. A l'origine d'une magnifique remontée de balle, l'international français dans les catégories de jeunes (26 sélections des U16 aux U20) effectuait un une-deux avec Himad Abdelli avant de servir Jamal Thiaré dont la frappe en pivot était sauvée sur sa ligne par le Manchois Julien Anziani (24'). Positionné dans le couloir gauche de l'attaque du HAC, le natif de Toulon s'est montré particulièrement percutant. Alors que les dirigeants normands recherchent toujours le successeur de Tino Kadewere (le dossier Karim El Berkaoui est en stand-by), le recrutement de Nabil Alioui offre une option supplémentaire à Paul Le Guen. "Nabil peut aussi jouer en pointe, associé à un autre attaquant. C'est une vraie belle option". Que les supporters « Ciel et Marine » ne demandent qu'à découvrir.

La décla

"On a franchi des paliers au niveau de notre jeu"

Alors que son équipe était clairement Tino Kadewere dépendante la saison dernière (20 buts, quatre passes décisives, impliqué directement dans 60% des réalisations havraises en championnat), Paul Le Guen poursuit l'objectif "d'équilibrer son potentiel offensif" après le départ à Lyon de l'attaquant zimbabwéen. Pour l'entraîneur du HAC, son collectif se trouve sur bonne voie. "C'est une vraie volonté de notre part d'améliorer notre façon de jouer. Notre jeu de passe est très intéressant. Je continue d'être confiant".

Il faut dire qu'entre Jamal Thiaré, Alexandre Bonnet, Quentin Cornette, Himad Abdelli, Jean-Pascal Fontaine et le petit dernier Nabil Alioui sans oublier qu'une révélation n'est pas à exclure chez la jeune garde « Ciel et Marine » (Godwin Bentil, Ylan Gomes, Elies Mahmoud...), Paul Le Guen ne manque pas d'arguments. En attendant peut-être un ultime renfort sur le front du mercato. 

Le chiffre

5

Ce n'est certainement pas un hasard si le soir où Pierre Gibaud est absent (déchirure à un mollet), le HAC a encaissé quasiment autant de buts que sur ses quatre sorties précédentes (1-1 contre QRM, défaite 3-0 face à Reims, succès 3-1 aux dépens de Lens et Angers). Sans celui qui est appelé à en devenir le patron, la défense havraise a pris l'eau, dans des proportions assez inquiétantes. Toutefois, l'indisponibilité de l'ex-Grenoblois ne peut pas expliquer à elle seule cette fragilité. A chaque offensive avranchinaise, l'arrière-garde « Ciel et Marine » s'est retrouvée en danger. "J'ai eu la même sensation et c'est extrêmement désagréable", pointe Paul Le Guen. "On s'ouvre trop et on donne des possibilités à l'adversaire".

Pour nuancer ce tableau, il convient de préciser que sur les cinq réalisations adverses, l'une est consécutive à un penalty pour une main totalement involontaire d'Umut Meras (même si l'arbitre n'a fait qu'appliquer le règlement) tandis qu'une autre est peut-être entachée d'une position de hors-jeu. Pas de quoi consoler le technicien normand. "Il faut prendre autant de plaisir à défendre qu'à attaquer", rappelle-t-il. "Ce n'est pas seulement sur ce match mais depuis le début de la préparation. Ce n'est pas dans les duels que nous péchons mais dans notre façon collective de défendre. Avoir la volonté d'imposer son jeu dans le camp de l'adversaire, c'est bien mais il ne faut pas que ça soit suicidaire. Néanmoins, il y a des éléments qui me laissent à penser qu'on sera une équipe dure à jouer". Mieux vaut l'espérer.

Infirmerie

Quentin Cornette (adducteurs) privé de la 1re journée de Ligue 2 ?

Au-delà de la défaite et des cinq buts encaissés, ce qui préoccupait le plus Paul Le Guen, mercredi, c'est la sortie prématurée de Quentin Cornette. Touché aux adducteurs, l'ex-Amiénois a quitté la pelouse de Fenouillère dès la 10', remplacé quatre minutes plus tard par Nabil Aliou. Une blessure qui s'ajoute à celles de Pierre Gibaud (déchirure à un mollet) et Ayman Ben Mohamed (entorse à une cheville) contractées à l'entraînement. "Ce qui m'embête le plus, c'est d'avoir perdu Pierre, Ayman et Quentin", ne cache pas le coach havrais. "Les voir s'arrêter après une bonne préparation, c'est mon sujet d'inquiétude du soir plus que tout le reste".

Si l'espoir de récupérer l'international tunisien pour le déplacement à Troyes, en ouverture du championnat (lundi 24 août), demeure, le défenseur central et le milieu offensif sont, eux, presque assurés d'être forfaits. "Bien sûr, on va faire des soins mais vous avez des délais de récupération qui sont quasiment incompréhensibles", explique un Paul Le Guen qui va devoir corriger quelque peu ses plans. "J'espère qu'on va les récupérer le plus vite possible car ce sont des joueurs importants dans notre groupe. Avec eux, on dispose d'une belle ossature. Quand on s'éloigne de celle-ci, aujourd'hui, c'est un peu plus compliqué".

Partager sur :