Surtitre
Match de préparation. Le Havre (L2) - Paris SG (L1), dimanche 12 juillet à 19 heures

Dimanche, tous les regards seront braqués sur le Stade Océane

Résumé

Quatre mois après l'arrêt prématuré de la Ligue 1 et de sa petite sœur la Ligue 2 à cause de la pandémie de Covid-19, des matches de football avec du public vont être organisés, ce week-end, en Normandie. Une première en France depuis la mi-mars ! Alors que le Stade Malherbe ouvrira le bal, samedi, contre le Paris FC, le HAC organise, le lendemain, une rencontre de gala face au PSG.

Image
Si certaines voix se sont élevées contre une tarification jugée excessive, la billetterie a été prise d'assaut. Les 4 000 places mises en vente sont parties comme des petits pains.
Si certaines voix se sont élevées contre une tarification jugée excessive, la billetterie a été prise d'assaut. Les 4 000 places mises en vente sont parties comme des petits pains.
Corps

Quasiment quatre mois, jour pour jour, après sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions, le PSG va de nouveau disputer un match de football. Et c'est en Normandie, et plus précisément au Stade Océane, que les hommes de Thomas Tuchel reviennent sur le devant de la scène. "Dès qu'on a su que Paris souhaitait affronter une écurie de Ligue 2, on s'est positionnés. On a activé nos contacts. On a la chance d'entretenir de bonnes relations avec nos homologues parisiens", souligne Pierre Wantiez, le directeur général du HAC. Avant les deux finales de coupes nationales lors de la deuxième quinzaine de juillet(1) puis le Final 8 de la C1 à Lisbonne en août(2), ce rendez-vous, bien qu'amical, est loin d'être anodin dans la préparation du club de la Capitale.

"Notre objectif prioritaire était de rouvrir la page du football, d'organiser un événement positif"

Sous les yeux d'Edouard Philippe, l'ex-Premier ministre redevenu maire de la cité Océane dimanche dernier, cette confrontation revêt forcément un caractère symbolique. Depuis que la pandémie de Covid-19 a éclaté, il s'agit de l'une des premières avec du public dans tout l'ouest de l'Europe ! "Notre objectif prioritaire était de rouvrir la page du football, d'organiser un événement positif dans la ville, de ramener un peu de gaieté", rappelle le DG des « Ciel et Marine ». "On est très contents que le PSG ait choisi Le Havre. Aujourd'hui, c'est tout simplement la meilleure équipe en France. Elle est championne en titre, elle remplit les stades".

D'ailleurs, cette affiche, retransmise par les caméras de beIN Sports, suscite un certain engouement. En témoignent, le nombre de demandes d'accréditations médias (environ 70 plus une petite vingtaine de photographes). "C'est comparable avec la Coupe du Monde féminine (il y a un an, le Stade Océane avait accueilli sept matches de cette compétition). On a des journalistes locaux, nationaux et internationaux avec notamment des Brésiliens", rapporte Gauthier Malandain, le directeur marketing et communication du club doyen. Cette semaine, Pierre Wantiez a également été sollicité par des journaux britanniques. Des demandes qui ne seront pas toutes satisfaites ; la capacité de la tribune de presse ayant été réduite de moitié.

La jauge du Stade Océane limitée à 5 000 personnes

Comme l'imposent les directives gouvernementales en cette période de crise sanitaire, la jauge de l'enceinte havraise a été limitée à 5 000 personnes tout compris (délégations des deux équipes, supporters, médias...). Alors que quelques voix se sont élevées sur les réseaux sociaux contre une tarification jugée excessive, les 4 000 places mises en vente sont parties comme des petits pains. "Si on avait voulu en faire une opération financière, on aurait pu démarrer avec des billets à 50€ pour finir à 150€", se défend le dirigeant du HAC. "On a fait le choix, qu'on assume pleinement, de privilégier nos abonnés". Pendant deux jours, ces derniers étaient prioritaires tout en bénéficiant d'un tarif préférentiel (avec par exemple une place à 15€ dans le kop au lieu de 30 pour le grand public). Les gens résidant en Normandie ont aussi été favorisés.

"Personnellement, peu importe que ce soit le PSG ou niort en face, je suis juste content de revoir mon équipe"

Coronavirus oblige, un dispositif spécial a été instauré. A la demande du PSG, toutes les personnes accédant aux vestiaires ont été dépistées au Covid-19 par écouvillons. Pour les spectateurs, le port du masque sera obligatoire afin de pénétrer dans le stade, des bornes de gel hydroalcoolique seront à disposition à toutes les entrées, des buvettes supplémentaires seront ouvertes pour favoriser la fluidité de la circulation... Les groupes (amis, famille) venus ensemble pourront s'asseoir côte à côte mais la distanciation sociale sera respectée entre chaque « tribu ».

Des mesures qui n'ont pas refroidi les supporters inconditionnels des « Ciel et Marine ». "Enfin", lâche Johan Vattier, le président des Barbarians havrais, pourtant, pas spécialement fan des matches amicaux. "Ça fait plaisir de revenir au ballon. Ça fait tellement longtemps. Surtout que le championnat ne commence pas tout de suite (le 22 août). On ressent de l'excitation. C'est un besoin vital. C'est comme une drogue. Et personnellement, peu importe que ce soit le PSG ou Niort en face, je suis juste content de revoir mon équipe". Quelque chose nous dit que les partenaires d'Alexandre Bonnet seront également heureux de renouer avec leur public.

(1)Le Paris Saint-Germain disputera la finale de la Coupe de France le 24 juillet contre Saint-Etienne avant de défier une semaine plus tard Lyon (le 31) en finale de la Coupe de la Ligue.

(2)Suspendue à la mi-mars par la pandémie de Covid-19, la Ligue des Champions reprendra ses droits du 12 au 23 août mais avec une nouvelle formule. A partir des quarts de finale, les traditionnelles confrontations aller-retour laisseront place à des matches secs, à élimination directe. Idem en demies et, bien entendu, pour la finale. Ces rencontres se dérouleront toutes à Lisbonne, au Stade de la Luz (celui de Benfica) et au Stade José Alvalade (celui du Sporting) où seront réunies les huit équipes qualifiées dont le PSG.

Samedi, le Stade Malherbe ouvrira le bal

Nouvelle tribune 1_0.jpg

Le Stade Malherbe ouvrira sa campagne de matches de préparation sur l'annexe 3 du complexe de Venoix  (ici, lors de son inauguration cet hiver) devant environ 150 spectateurs.

Habitué à délocaliser une bonne partie de ses matches amicaux dans la région, le Stade Malherbe a, cet été, concentré toute sa préparation à domicile. Conséquence indirecte de la pandémie de Covid-19. Il faut dire que lorsque le planning de ces rencontres a été constitué, les dirigeants caennais ne possédaient aucune assurance de pouvoir accueillir du public. Pour ce premier rendez-vous face au Paris FC (le 11 juillet, coup d'envoi à 18 heures), la préfecture du Calvados a limité la capacité d'accueil de l'annexe 3 du complexe de Venoix à 300 personnes maximum (délégation des deux équipes, salariés du club, journalistes accrédités...).

des billets distribués gratuitement pour tous les matches de préparation

Le SMC a offert tout ce qui lui restait, soit environ 150 places ; ce qui a forcément fait quelques déçus. Car si l'affiche n'est, certes, pas autant prestigieuse que celle du voisin havrais, l'enthousiasme est tout aussi présent chez les supporters « Rouge et Bleu ». En atteste, la file d'attente qui s'est formée devant la boutique du club, mardi matin, pour récupérer les précieux sésames. Des billets distribués gratuitement. Et il en sera ainsi pendant toute la campagne de préparation, y compris à d'Ornano contre le HAC (le 1er août) et Amiens (le 8 août).

Même si elles ne seront pas extrêmement nombreuses samedi après-midi, toutes les personnes qui pénétreront sur l'annexe 3 de Venoix devront respecter un certain nombre de règles sanitaires avec notamment le port du masque obligatoire du début à la fin. Comme au Stade Océane, les amis et les familles venus ensemble pourront s'installer côte à côte, en tribune ou autour de la main courante, mais la distanciation sociale devra être respectée entre chaque groupe. Toujours à cause de ce contexte de Coronavirus, les joueurs ne seront pas autorisés à signer des autographes et à prendre des selfies avec leurs fans. Des « sacrifices » indispensables pour espérer un retour à la normale à moyen terme.

Partager sur :