Surtitre
En tête de la poule B, le club seinomarin a le National 3 dans le viseur

Invaincu, le Grand-Quevilly FC lance son sprint final en Régional 1

Résumé

Redescendu cruellement de National 3 en raison des dommageables quotients appliqués à l'arrivée de la Covid-19, le Grand-Quevilly FC retrouvera peut-être le 5e échelon national dès le mois de mai prochain. S'il reste un peu de distance à parcourir, le club de la banlieue rouennaise est présentement le mieux placé de sa poule alors qu'un duel contre Yvetot, ce samedi 12 mars, lancera une ultime série de 7 matchs pour conclure la saison. Invaincu et alors que bien des voyants sont au vert, l'entraîneur David Fouquet ne s'enflamme pas.

Image
Il y a beaucoup de joie cette saison au Grand-Quevilly FC, le seul club de Normandie aligné en R1 qui n'a toujours pas connu la défaite en 2021/2022. ©Boris Malsard
Il y a beaucoup de joie cette saison au Grand-Quevilly FC, le seul club de Normandie aligné en R1 qui n'a toujours pas connu la défaite en 2021/2022. ©Boris Malsard
Corps

Le plus dur quand on chute, c'est parfois de se relever. C'est d'autant plus vrai en football où la science du rebond, lorsqu'une équipe glisse d'une division vers un niveau inférieur, n'est pas toujours infuse. Ejecté cruellement du National 3 par le biais des quotients en 2019/2020, sans avoir donc pu défendre ses chances, le Grand-Quevilly FC est en bonne position pour prendre sa revanche sur l'histoire. Il est en effet pour l'heure premier de la poule B de Régional 1 "Je ne vais pas être plus royaliste que le roi, on est satisfait, on reste invaincu", observe David Fouquet, l'ex-entraîneur qui a débarqué à la tête de l'équipe de Bois-Guillaume lorsque Grand-Quevilly a retrouvé le Régional 1. "Dans l'ensemble je suis plutôt satisfait de l'investissement des garçons". Lancés dans une lutte à quatre pour le gain de la première place qui ne devrait concerner que Pacy-Ménilles, Mont-Gaillard et éventuellement Le Mesnil-Esnard, Ayoub Belabes et les siens sont en pôle, leur destin bien en main.

"le fait que la saison ne reprenne pas, ça m'a un peu rendu service"

Comme David Fouquet l'avait expliqué sur notre site au début de la saison 2020/2021, il a vite fallu faire table rase du passé lorsqu'est survenue la descente. "On avait dû renouveler 80% de l'effectif et c'est quasiment avec ce groupe qu'on a commencé la saison", explique-t-il. "On a juste fait venir 3 joueurs de plus, un jeune que j'ai récupéré à la fac et deux joueurs avec lesquels j'avais déjà travaillé. Je n'ai eu aucun départ l'été dernier, j'ai eu la chance de garder l'intégralité de mon groupe".

Cette saison 2021/2022 dont l'issue apparait de plus en plus prometteuse au fil des semaines, quelques signes avant-coureurs permettaient en réalité de la voir arriver. Lors du précédent pseudo-championnat, le Grand-Quevilly FC avait en effet connu un départ canon. Covid oblige, le championnat n'avait duré que...3 rencontres mais le club de la couronne rouennaise les avait toutes remportées. "Au niveau de ce championnat-là, c'est vrai qu'on a connu une toute petite expérience mais dès qu'on a eu la possibilité de s'entraîneur par la suite, même sans contact, on a pu consolider l'esprit de groupe et mettre des choses en place", fait valoir David Fouquet. L'ancien du FC Rouen va même plus loin puisqu'il estime que la période de flottement liée à la pandémie lui a en quelque sort simplifié les choses. "Dans notre malheur, j'avais tellement de mutés que le fait que la saison ne reprenne pas, ça m'a un peu rendu service. Peut-être que sans ça, on serait allé trop vite".

A 7 matchs de la ligne d'arrivée, les voyants sont au vert

C'est donc un groupe plus mûr, plus sûr de lui et au projet de jeu davantage peaufiné qui s'est élancé dans la grande aventure de 2021/2022, le 12 septembre dernier. Comme le coach se plaît à le dire, son équipe est "un mélange de joueurs expérimentés qui apportent leur sérénité et de jeunes joueurs qui apprennent et continuent à progresser". Dans sa logique de développement, David Fouquet donne une importance cruciale à la future génération. "On a énormément de gamins de qualités dans la région, il faut s'appuyer sur ce vivier !" Et pour le plus grand bonheur du club seinomarin, les préceptes de jeu et les idées offensives du coach fonctionnent idéalement. Elle n'est par ailleurs pas invaincue pour rien, elle qui repousse la défaite comme un aimant, à l'image de son nul au FC Rouen (J13. 2-2, le 15 décembre 2021) avant les fêtes. "Ce jour-là, on était menés 2-0 et dans les dernières minutes, on a trouvé les ressources physiques et mentales pour décrocher quelque chose. On aurait même pu gagner le match sur le fil", relate la coach.

"Il a fallu digérer cette descente qui n'était pas simple et qui a laissé beaucoup de traces"
 

Cette équipe au caractère bien trempé s'est désormais fixée ses propres objectifs. Si elle ne se considère bien entendue par comme arrivée, elle est inévitablement devenue la cible à abattre et logiquement le grand favori de la poule quant à la montée en N3. "On ne se cache pas", assume David Fouquet quand on lui parle de montée. "Maintenant les équipes nous attendent, elles ne sortent plus. Ça va être à nous de sortir de notre zone de confort pour contrer ce qui nous attend". C'est précisément ce schéma que risquent de retrouver les deux frères  Loppy, Damien et Fidel, ainsi que leurs partenaires ce samedi 12 mars (19h) contre Yvetot (8e).

La réception des Yvetotais sera d'ailleurs premier rendez-vous d'une série de sept matchs finaux où les "Orange et Noir" croiseront notamment le fer avec leurs deux poursuivants au classement pour des matchs qui s'annoncent décisifs. "Jusqu'alors, on ne s'était pas occupé des autres, on ne se concentrait que sur nous-mêmes, là on vient de faire deux matchs nuls de suite, on commence forcément à regarder autour. Il faudra qu'on passe sans encombre le déplacement à Pacy et la réception de Mont-Gaillard", clame David Fouquet qui n'imagine d'ailleurs pas l'invincibilité de ses joueurs tenir jusqu'au bout. Qu'à cela ne tienne, quand on lui parle de projection, le club ne sait que trop bien d'où il vient et ce qu'il a dû endurer ces 24 derniers mois pour faire des plans sur la comète. "Ce qui s'est passé administrativement, c'est le reflet de ce qui s'est passé sportivement. Il y a eu un renouveau, l'arrivée de nouvelles personnes, avec un vrai projet. Il a fallu digérer cette descente qui n'était pas simple et qui a laissé beaucoup de traces. Il a fallu panser les plaies et repartir". Le club n'a en tout cas jamais été aussi proche de réussir un splendide rebond.

> R1. J21 - Grand-Quevilly FC (1e - 37 points) / Yvetot AC (8e - 19 points), samedi 12 mars à 18 heures  au Stade du Chêne-à-Leu.

Aurélien RENAULT

Exemple_0.jpg

Partager sur :