Surtitre
N1. J10 - US Avranches / Quevilly-Rouen 4-1

Yassine Bahassa, symbole d’une Normandie conquérante

Résumé

Surclassé 4-1 par l'US Avranches, mardi soir, à Fenouillère alors qu'il se présentait en leader, Quevilly-Rouen réalise, malgré tout, un très bon début de championnat (4V-3N-2D). Evénement rarissime : les deux représentants régionaux sont d'ailleurs provisoirement premier et deuxième de National. L'occasion de revenir avec Yassine Bahassa, ex-Avranchinais désormais à QRM, sur l'entame de championnat de son club et sur ce que le football normand lui offre depuis maintenant deux saisons.

Image
Lors de la dernière fenêtre de transferts, Yassine Bahassa, ici, sur la pelouse de Fenouillère, mardi soir, est passé d'Avranches à Quevilly-Rouen. ©JLR
Lors de la dernière fenêtre de transferts, Yassine Bahassa, ici, sur la pelouse de Fenouillère, mardi soir, est passé d'Avranches à Quevilly-Rouen. ©JLR
Corps

C’est malheureusement par un mardi soir d’automne pluvieux, presqu’anonymement, que la Normandie du football a livré son premier temps fort de la saison. Le duel 100% régionaux entre l’US Avranches et Quevilly-Rouen était en effet tout simplement le sommet du monde amateur français ; un sommet remporté par les Manchois sur le score large grâce à des buts signés Steven Séance, Jordan Kassa, Alexis Busin et Samuel Loric (4-1) auquel l'ailier droit Yassine Bahassa a assisté aux premières loges non pas sous un maillot « Bleu » mais sous une tunique « Jaune ». "C’est un match qui laisse des regrets", confie le vaincu du jour. "On a été avertis pourtant mais on a eu un manque de concentration et de rigueur par rapport à d’habitude".

"Parler d'une montée maintenant, ce serait un peu prétentieux. C'est beaucoup trop tôt"

Avant de se déplacer dans la Baie du Mont-Saint-Michel, le QRM à la sauce Brunos Irles était l’équipe en forme de N1, dominant d’une courte tête le classement. Un peu grâce aux matches reportés de certains rivaux, beaucoup grâce à un collectif retrouvé. "Franchement, si j’avais su ça avant… Bon, j’aurais signé quand même !", sourit un Yassine Bahassa qui s'est bien adapté en Seine-Maritime. "Dans l’ensemble, j’ai été très bien accueilli, on vit un bon début de saison. Avant Avranches, on n’avait plus perdu depuis la première journée". En outre, Quevilly-Rouen restait sur trois victoires de suite que son revers à Avranches ne saurait remettre en cause.

"Au niveau de mon entente avec mes partenaires, ça va de mieux en mieux, ça se voit de plus en plus après un temps d’adaptation", confie Yassine Bahassa, accélérateur du jeu au sein d’un quatuor offensif imaginé par Bruno Irles comportant également Ottman Dadoune, l’intenable Manoubi Haddad et surtout mené par le surprenant Andrew Yung, auteur, à René-Fenouillère, de son neuvième but en autant de sorties. "J’espère que ça va continuer à évoluer dans le bon sens", poursuit l’ancien Avranchinais de 28 ans qui reste cependant mesuré sur le potentiel à long terme de sa nouvelle équipe. "On n’est qu’à la 10e journée, parler d'une montée en ce moment, ce serait un peu prétentieux, c’est beaucoup trop tôt. Comme tout compétiteur toutefois, on souhaite évidemment jouer le haut de tableau".

Pendant 48 heures : Avranches, premier, QRM, deuxième

Qu’Avranches ait fait tomber de leur nuage Romain Padovani et ses partenaires n’est à l’arrivée pas une si mauvaise affaire pour le football normand. Ce dernier s’offre ainsi le luxe de truster pendant 48 heures les deux premières places du National, Avranches (avec un match de plus) devançant QRM. Sur courant alternatif depuis août, le club du président Gilbet Guérin n’en demeure pas moins, cette saison encore, une place forte du troisième échelon du football français. "Moi, c’est le club qui m’a donné ma chance en National, j’en garderai de bons souvenirs", souligne Yassine Bahassa, ravi de son retour malgré le revers. "Mardi, ça m’a fait un petit truc, c’est toujours bizarre de jouer son ancien club mais c’était agréable. Rejouer sur cette pelouse m’a rappelé certains matches de la saison dernière."

"Il y a de
très bons joueurs dans cette région Normandie"

Seule région de France avec la Corse et le Centre-Val-de-Loire à ne compter aucun club en Ligue 1, la Normandie reste une terre de football compétitive. Et attractive. "Il y a vraiment du potentiel ici, les clubs sont suivis et les supporters sont réellement passionnés", juge Yassina Bahassa, désormais détenteur d’un point de vue élargi. "Il y a de très bons joueurs dans cette région Normandie, j’en ai vu beaucoup depuis cet été à QRM ou même lors de mes passages en réserve à Avranches".

Si la domination des deux clubs normands n’est qu’une chimère passagère, Quevilly-Rouen et l’US Avranches donnent cependant des garanties quant à une suite de saison chantante. "J’espère que notre relâchement mardi sera le seul de la saison", prévient Yassine Bahassa qui compte également sur la Coupe de France et l’entrée en lice de QRM à Dives-Cabourg, ce week-end, pour booster son équipe. Qu’à cela ne tienne, l’ancien du Stade Bordelais fait son petit bonhomme de chemin dans cette Normandie qu’il a vite adopté. Si le statut professionnel offre à Quevilly-Rouen d’être "plus structuré sans manquer de respect à Avranches", les deux clubs permettent assurément à de nombreux footballeurs de franchir des paliers. Yassine Bahassa en est le parfait exemple. Et qui sait, QRM et Avranches, à leur échelle, en franchiront peut-être aussi un d'importance en mai prochain.

Aurélien RENAULT

Partager sur :