Surtitre
N2. J2 - FC Rouen / Poissy, samedi 29 août à 18H au Stade Robert-Diochon

Le FC Rouen va devoir apprendre la patience

Résumé

Au regard de son formidable parcours la saison dernière, tant en championnat qu'en Coupe de France, le FC Rouen est régulièrement cité parmi les favoris pour l'accession en N1. Mais alors que son effectif a pratiquement été renouvelé de 50%, le coach David Giguel, même s'il demeure toujours aussi ambitieux, en appelle à la prudence. D'ailleurs, la défaite d'entrée à Plabennec (1-0) résonne comme un avertissement.

Image
Six mois après la dernière sortie de leurs protégés en championnat, les supporters du FCR vont retrouver Diochon pour un match officiel. L'équipe de David Giguel qui cherchera à allier solidité défensive et créativité offensive.
Six mois après la dernière sortie de leurs protégés en championnat, les supporters du FCR vont retrouver Diochon pour un match officiel. L'équipe de David Giguel qui cherche à allier solidité défensive et créativité offensive.
Corps

Tous les observateurs qui suivent le N2 s'accordent sur un point : les quatre poules qui forment ce championnat étant particulièrement homogènes, les « petits clubs » n'existent pas. N'importe quelle formation peut accrocher à son tableau de chasse une « grosse » cylindrée. Battus sur la pelouse du promu plabennécois (1-0) le week-end passé, les Rouennais en ont fait l'expérience. Bien entendu, il ne s'agit que d'un match, que d'une défaite, qui plus est en ouverture de la saison. Mais au FCR, plus qu'ailleurs à ce niveau, la pression est forte et la patience n'est pas forcément la qualité n°1 des milliers de supporters des « Diables Rouges ». Surtout que depuis deux ans, ses fans ont été, pour le moins, gâtés.

""Il faut que tout le monde garde raison, reste lucide et apprenne à ne pas paniquer"

Championne du groupe normand de N3 en 2019, l'équipe de David Giguel a occupé le fauteuil de leader à dix reprises sur 21 journées lors de l'exercice précédent (personne n'a fait mieux). Encore premiers à la mi-février, les partenaires de Nicolas Burel ont calé juste avant l'arrêt prématuré des compétitions (quatre rencontres de suite sans victoire, 2N-2D) pour cause de pandémie de la Covid-19. Leur parcours impressionnant en Coupe de France n'y est certainement pas étranger (élimination en 1/16e de finale contre Angers après avoir dominé Avranches, N1, Orléans, L2, et Metz, L1).

"C'est très bien qu'il y ait du monde derrière nous, de la ferveur, de l'enthousiasme... Les performances des joueurs ont permis de remettre un coup de projecteur sur le club. Mais il faut que tout le monde garde raison, reste lucide et ne panique pas après deux ou trois mauvais résultats. A l'inverse, pas question non plus de s'enflammer si on se trouve, à un moment, en tête du classement", prévient le coach rouennais parfaitement conscient que son collectif "sera plus attendu que la saison dernière". "Déjà, à la fin, on a senti qu'on nous accordait plus de crédit qu'au début", souligne le technicien rappelant au passage la « jeunesse » de ce nouveau projet.

Apporter une touche de créativité supplémentaire

"On est un club historique, certes, mais un club neuf". C'est pourquoi David Giguel estime que la structure a encore besoin de grandir. "On a des paliers à franchir. On doit continuer de bosser, de construire pour ne plus jamais se retrouver en danger. Peut-être qu'il nous faudra un ou deux ans supplémentaires avant d'accéder au National (N1)". D'autant plus qu'avec Chartres, Fleury, Vannes, Granville, Saint-Malo sans oublier les réserves professionnelles (Caen, Guingamp, Lorient), la concurrence s'annonce féroce. "Même si l'oseille ne fait pas tout, tu as au moins cinq-six clubs qui possèdent un budget supérieur au nôtre", pointe l'entraîneur des « Diables Rouges ». "Quand tu vois les moyens déployés par des équipes comme Chartres ou Fleury, tu te dis, qu'à un moment, ça va leur sourire".

"accepter de prendre plus de risques en se déséquilibrant un peu plus"

Toutefois, ne croyez surtout pas que le coach rouennais entend jouer les faire-valoir. "On a constitué un groupe pour bien figurer dans ce championnat, pour essayer d'être tout en haut. Comme tous les ans, tu auras cinq-six équipes qui se tiendront dans un mouchoir. On devra être suffisamment réguliers pour en faire partie". Avec neuf recrues et alors que parmi les éléments régulièrement utilisés en 2019-2020 seuls Fred Dembi et Kader N'Chobi sont partis, le FCR semble assez armé pour intégrer le Top 5 (au minimum).

Si sa formation a toujours été réputée pour la solidité de son bloc défensif, David Giguel a souhaité apporter une touche de créativité supplémentaire dans son animation offensive. "On a constaté certains manques. On a donc voulu ramener du sang neuf avec des garçons qui ont d'autres qualités que celles qu'on a déjà (avec les renforts notamment de Kapit Djoco, Arthur Dallois et Jérémy Grain)". Pour autant, pas question d'oublier les fondamentaux. "Chez nous, tout le monde est concerné par la récupération du ballon. Ça doit rester notre ADN. Mais il faut aussi parfois accepter de prendre plus de risques en se déséquilibrant un peu plus". Une équation loin d'être simple.

RETROUVER UNE PRÉSENTATION COMPLÈTE DE LA SAISON DU FC ROUEN DANS LE PROCHAIN NUMÉRO DE FOOT NORMAND, EN KIOSQUES MI-SEPTEMBRE.

Le mercato du FC Rouen

> Arrivées : Jeffrey Baltus (Granville, N2), Saidou Sam (Evreux, N3), Arthur Dallois (Vire, N3), Malik Abdelmoula (Concarneau, N1), Kapit Djoco (Chartres, N2), Jérémy Grain (Lyon-Duchère, N1), Djibi Banor (Lyon-Duchère, N1), Baïdy Sall (Le Puy, N1), Maël Haise (Lens, N2).

Départs : Fred Dembi (Cholet, N1), Kader N'Chobi (Cholet, N1), Jason Gibon (Oissel, N3), Théo Gabé (Gueugnon, N3), Archi Fataki (Schiltigheim, N2), Alexandre Vincent (Concarneau, N1), Orhan Sertoglu (Dieppe, N3), Quentin Stockley (Dieppe, N3), Anthony Rogie (Chartres, N2), Louckmane Ouedraogo (Sannois-Saint-Gratien, N2), Clément Jolibois (Oissel, N3), Kévin Saint-Luce, Nils Bazin, Erwan Drais.

Partager sur :