Surtitre
National 3. J5 - Le debrief

Confirmation pour l'AG Caen et Dives-Cabourg, la frustration viroise, le 0-0 de Dieppe, le premier point de Bayeux, Evreux à la relance

Résumé

L'AG Caen et le SU Dives-Cabourg qui ne faiblissent pas au sommet, les regrets de l'AF Virois qui s'estime lésée, la fin de série pour le FC Dieppe contre Saint-Lô, le soulagement du Bayeux FC de Victor Guerrier, la victoire au courage d'Evreux contre la réserve avranchinaise... Retrouvez le debrief de la cinquième journée de N3.

Image
Alors que l'AGC a réussi à prendre le dessus sur des Virois frustrés, Victor Guerrier (Bayeux FC) et les joueurs d'Evreux font partie des joueurs comblés ce samedi. Dieppe et Saint-Lô se sont, eux quittés sur un score nul et vierge.
Alors que l'AGC a réussi à prendre le dessus sur des Virois frustrés, Victor Guerrier (Bayeux FC) et les joueurs d'Evreux font partie des joueurs comblés ce samedi. Dieppe et Saint-Lô se sont, eux quittés sur un score nul et vierge.
Corps

La course à la montée

L’Avant-Garde garde la tête, Dives-Cabourg s’accroche

De l’aveu même du coach de l’AG Caen Julien Le Pen, la bonne entame de championnat de son équipe était imputable à la qualité de ses joueurs, certes, mais aussi au pedigree de ses adversaires, le club de la ville aux 100 clochers ayant notamment battu les deux derniers du classement, QRM « B » et Bayeux. En recevant Vire à Venoix, c’est donc un test grandeur nature qu’ont passé Léo Hamel et ses partenaires contre un adversaire dur à appréhender mais réduit à dix avant la pause (lire plus bas). "C’est un début de match bizarre. Ce sont eux qui prennent le rouge alors que ça aurait aussi pu être dans l’autre sens", note Julien Le Pen dont le collectif s'est imposé 2-0. "On a su en profiter, tant mieux et en deuxième période, on a pu maîtriser". Buteur sur corner et passeur décisif, Morgan Hardoin savoure : "Tout m’a réussi ce soir, je suis content, c’est de bon augure pour la suite".

Avec 12 points, l’AG Caen reste au sommet mais n’a guère de marge de manœuvre sur son plus proche poursuivant : le promu Dives-Cabourg. Irrésistible en ce début de saison, le club calvadosien constitue la bonne surprise du groupe normand de N3 avec 12 unités également au compteur. Ce week-end, Sylvestre Guyonnet et ses partenaires ont disposé de la lanterne rouge, la réserve de Quevilly-Rouen (aucun point après cinq rencontres) 1-0, bien aidés dans leur entreprise par l’exclusion précoce d’Albin Demouchy (19’) après l'unique but signé Mathis Clément (11'). "Sur ce match-là, il n'y a pas eu photo entre les deux équipes", expose l'entraîneur divais Philippe Clément. "Sans faire de fausse modestie, on n'aurait pas pensé avoir quatre victoires en cinq matches d'autant qu'on était voué à jouer de bonnes équipes. Maintenant, tant mieux, les joueurs nous surprennent agréablement".

Le fait de jeu

Le Caennais Samy Naïly épargné, pas le Virois Guram Enukidze

Que se serait-il passé si le Caennais Samy Naïli avait été exclu à la 37' lors du duel mettant aux prises l’AG Caen et l’AF Virois ? On ne le saura jamais mais il semble évident à chacun des deux camps, pour une fois, que l’ancien joueur de l’ASPTT Caen méritait un second avertissement pour avoir volontairement accroché Dorian Charlier et annihilé une contre-attaque bocaine. Au final, c’est l'AFV qui se retrouvait réduit à dix quelques instants plus tard, la faute au carton rouge récolté par Gurami Enukidze pour contestation (42’). "C’est frustrant, on fait 30 très bonnes minutes et l’arbitre doit mettre ce deuxième jaune pour Samy Naïli", regrette le président Christophe Lécuyer. "Tout le monde reconnaît qu’il s’est trompé, ses assistants, les délégués, le contrôleur de l’arbitre".

Alors qu’il aurait dû évoluer en supériorité numérique, le groupe virois s’est retrouvé à dix contre onze et n’a rien pu faire pour contrecarrer les plans d’un leader sûr de son jeu. C’est incontestablement cette fin de première période qui aura marqué les esprits. "Je suis déçu pour les garçons car on était bien en place, notre plan de jeu fonctionnait", confie le coach Cédric Hoarau, emboîtant le pas à son président. "Et il y a ce double fait de jeu qui change complètement la donne". Vire devra construire la suite de sa saison autour de sa première demi-heure cohérente et aura à un déplacement chez la lanterne rouge QRM « B » à bien négocier dans deux semaines.

Le chiffre

Le FC Dieppe n'avait plus connu de 0-0 en N3 depuis 29 matches

On était en droit d’attendre du spectacle à Jean-Dasnias à l’occasion du duel Dieppe - Saint-Lô qui mettait aux prises deux équipes en réussite dans ce début de saison. À l’arrivée, les 765 spectateurs massés dans l’antre des Harengs n’ont pas vu de but pour la première fois depuis le 2 mars 2019 (0-0 contre Alençon). En tout et pour tout, l’équipe de Seine-Maritime restait sur une série de 29 rencontres de National 3, à cheval sur trois saisons, sans le moindre score nul et vierge. À défaut de marquer, le défenseur Alexander Borja et ses partenaires ont su museler une formation saint-loise qui avait su marquer à cinq reprises contre Romilly voilà 15 jours.

À l’arrivée, les deux formations restent collées l’une à l’autre à quatre unités des deux co-leaders avec huit points au compteur (tout comme Cherbourg et Alençon qui ont fait match nul 1-1 dans le Cotentin). Le FCD pour sa part s’est offert le confort de maintenir à flot son invincibilité à Dasnias, ce que relève l’entraîneur Guillaume Gonel sur les réseaux sociaux du club : "Nous avons manqué de réalisme, on pêche dans la finition, ce qui génère beaucoup de frustration ce soir. Points positifs : nous n’avons pas encaissé de but et sommes toujours invaincus à domicile". C’est en effet la première fois de la saison que les Harengs gardent leur cage inviolée. Toujours bon à prendre.

Le but du week-end

Victor Guerrier soulage le Bayeux FC

Certes, ce n’était qu’un penalty mais il pourrait changer bien des choses dans le destin du Bayeux FC cette saison. Encore une fois mal servi par le déroulement des événements sur sa pelouse contre Oissel, mené 2-1 à l’entame du temps additionnel, le BFC a enfin inscrit son premier point en championnat. Après quatre revers de rang, cette unité fait évidemment du bien. Devant au score dès la 10' grâce à Romain Guillotte, le club du Bessin s’était pourtant fait une nouvelle fois renverser suite à un doublé plein de panache de l’ancien joueur de Gonfreville Stive Mendy (11’, 28’). Jusqu’à cette 92'. "Sur un centre qui vient de la droite, il y a faute sur Paul Aubel", raconte Victor Guerrier. "Paul fait son contrôle, il y a une charge dans son dos, l’arbitre siffle penalty".

Vient alors un tournant forcément important dans la saison du promu. Pour Victor Guerrier, il ne faut surtout pas le manquer. "J’en ai tiré quelques-uns des penalties", confie l’ancien joueur de l’AG Caen. "Mais là… Je prends le ballon dans les mains, il y a un arrêt de jeu, j’ai l’impression que ça dure une éternité. Pendant trois, quatre minutes, j’ai le temps de me dire que vu le contexte, si je le rate, fait ch…, ça va être très dur le lendemain matin". Et malgré la pression adverse, malgré le bon plongeon du portier oisselien, le buteur bayeusain transforme en tirant à droite. Score final : 2-2 et voilà Bayeux lancé dans ce championnat. "En retournant à l’entraînement avec ce point, on va pouvoir travailler plus sereinement !", souffle Victor Guerrier. La chasse à la première victoire peut dès lors commencer pour Matthias Le Gall et ses hommes.

 

Le geste du week-end

Jonathan Bétin voit rouge et préserve le succès d'Evreux

Le concept de faute intelligente a pris tout son sens sur le terrain synthétique d’Evreux ce samedi soir. En stoppant irrégulièrement l’Avranchinais Martin Expérience qui filait au but à deux minutes du terme, le défenseur ébroïcien Jonathan Bétin savait qu’il récolterait, a minima, un deuxième carton jaune, synonyme d’exclusion. C’était somme toute le prix à payer pour sécuriser le court succès 1-0 des siens, devant depuis le but de Jean-Paul N’Djoli à la 10'. "Il se sacrifie sur une erreur de jeunesse au départ, il n’a pas le choix de retenir l’adversaire", observe son coach Romaric Bultel. "Il reste peut-être 30 mètres derrière ainsi qu’un face-à-face avec notre gardien, on ne sait pas ce qui peut se passer derrière". Dominatrice, la réserve avranchinaise qui alignait bon nombre de joueurs habitués au National 1 (Réjis Kouakou, Bryan Jean-Baptiste, Diakari Diarra...), est donc restée muette dans l’Eure, subissant son troisième revers en autant de sorties.

Résumer la performance de l’EFC 27 au seul geste de Jonathan Bétin ne serait toutefois pas rendre hommage à la prestation courageuse de Kévin Giboyau et des siens. "Ça a été un match particulier, on avait à cœur de prendre des points à domicile après deux rencontres perdues chez nous", rappelle Romaric Bultel. "On ouvre le score assez vite dans la rencontre et on décide d’être costauds, d’être moins dans l’utilisation du ballon. On s’est certainement mis une pression supplémentaire. Face à un adversaire de très grande qualité, on a su ne pas prendre de but et rendre une copie relativement propre". Après trois revers en quatre matches, Evreux a donc relevé la tête et pointe au neuvième rang. Outre l’exclusion de Jonathan Bétin, deux autres nouvelles viennent toutefois assombrir le tableau : Jean Gomis et Jean-Paul N’Djoli ont en effet eu le malheur de sortir sur blessure.

N3. J5_0.jpg

Aurélien Renault

Partager sur :