Surtitre
Après l'arrêt définitif des championnats régionaux et départementaux

La Ligue va devoir trancher

Résumé

Le Mesnil ou Romilly directement promu en N3 ? Dives sera-t-il désigné meilleur deuxième de R1 ? Les féminines du Stade Malherbe seront-elles privées d'accession ? Autant de questions auxquelles la Ligue de Normandie va devoir répondre. Une mission loin d'être évidente. La faute à des règlements manquant incontestablement de clarté (pour ne pas dire plus).

Image
Auteurs d'un parcours sans fausse note en championnat, les féminines du Stade Malherbe pourraient voir leur montée en R1 remise en cause par un texte de la FFF.
Auteurs d'un parcours sans fausse note en championnat, les féminines du Stade Malherbe pourraient voir leur montée en R1 remise en cause par un texte de la FFF.
Corps

Malgré l'arrêt définitif des championnats (du N2 aux Districts) prononcé il y a déjà une semaine et les critères édictés quelques jours plus tard pour départager les équipes (avec notamment l'application du quotient du nombre de points sur le nombre de matches disputés), certains clubs normands se trouvent toujours dans l'expectative concernant leur avenir sportif. La faute à des règlements, fédéraux et régionaux, se contredisant. Focus sur trois cas litigieux que le Comité directeur de la LFN (composé de 19 membres) devra trancher dans les prochaines heures.

Le Mesnil ou Romilly : qui montera directement en N3 ?

Classement R1

Les réserves évoluant en R1 ne pouvant accéder à l'étage supérieur (à moins que leur équipe première ne fréquente, au minimum, le N1), l'US Granville et le FC Rouen, en tête des deux poules de l'élite régionale après l'établissement du classement par quotient de points, n'ont pu prétendre à la montée. Conséquence, dans le groupe A, le billet en N3 est revenu à Bayeux ; la formation « éligible » la mieux placée (2e). Dans le groupe B, l'équation est un brin plus complexe ; Le Mesnil-Esnard/Franqueville et Romilly-Pont-Saint-Pierre se trouvant à égalité (avec un quotient de deux). Comment, dès lors, départager ces deux clubs ? C'est là toute la question.

Car en fonction du règlement appliqué, celui de la FFF ou de la LFN, ce n'est pas la même « écurie » qui sera promue. Après les confrontations directes et la différence de buts particulière (à condition que les matches aller et retour aient été tous les deux disputés), la Fédération a instauré un troisième critère se basant sur un rapport entre le nombre de déplacements et le nombre total de rencontres ! Pour résumer, l'équipe ayant effectué le plus de matches à l'extérieur serait favorisé. Du jamais-vu de mémoire dans les Commission des compétitions.

Reste à savoir si ce critère sera pris en compte par la Ligue de Normandie. Ses propres règlements prévoyant eux, à ce stade, de départager deux formations à égalité selon la différence de buts générale (mais conçus pour des championnats allant à leur terme). Le procès-verbal de la FFF lui en laisse la possibilité sans lui imposer. Avec le règlement fédéral, c'est Le Mesnil-Esnard/Franqueville qui évoluera en N3 ; avec le régional, c'est Romilly-Pont-Saint-Pierre qui décrochera le ticket.

La réserve de Vire ou Thaon-Bretteville en R2 ?

Un critère du nombre de matches à l'extérieur qui pourrait également impacter le groupe C de R3 où la réserve de Vire et Thaon-Bretteville se partagent la tête (avec un quotient de deux). Avec le règlement de la Ligue, c'est l'équipe du président Christophe Lécuyer qui composterait son billet en R2. A l'inverse, avec celui de la Fédération, c'est celle de son homologue Claude Peronne qui prendrait l'ascenseur.

Dives, Le Mesnil ou Romilly, qui sera le meilleur 2e ?

De l'identité du promu « direct » dans le groupe B de R1 (lire ci-dessus) dépend aussi celui du meilleur deuxième des deux poules qui l'accompagnera en N3. Encore une fois, en fonction du règlement appliqué, ce troisième ticket reviendra soit à une équipe, soit à une autre. La Fédération prévoit un mini-championnat entre le « deuxième » et les cinq autres formations les mieux classées de la poule "à l’exclusion des équipes inéligibles à l’accession (les réserves de Granville et Saint-Lô dans la poule A, celles du FC Rouen et de Oissel dans la poule B)". La Ligue, elle, s'appuie également sur un mini-championnat mais incluant les équipes classées de la première à la cinquième de la poule (y compris les réserves). Une méthode de calcul différente qui change complètement le résultat.

En se basant sur le règlement fédéral, c'est Romilly-Pont-Saint-Pierre qui serait sacré meilleure deuxième. Avec celui de la LFN, c'est le SU Dives-Cabourg, deuxième « éligible » de la poule A. Conséquence, le club eurois, que ce soit en tant que première équipe éligible du groupe B ou meilleur deuxième, devrait fréquenter, pour la première fois de son histoire, le cinquième échelon du football français.

Les féminines du Stade Malherbe privées de R1 ?

Huit victoires en autant de sorties, 64 buts marqués pour seulement quatre encaissés..., malgré ce bilan sans fausse note, les féminines du Stade Malherbe pourraient être privées de la montée en R1. En cause, un texte de la Fédération mentionné dans le dernier PV du Comex stipulant qu'il n'y aurait « aucune accession ni relégation » pour les championnats se déroulant sur plusieurs phases. Une description qui correspond à ce R2 féminin. Deuxième, le Foot 50 se retrouve dans un cas de figure identique. Si le Comité directeur de la LFN s'est exprimé à l'unanimité pour la promotion de ces deux équipes en R1, ce critère de la FFF pourrait tout remettre en cause ; ce qui constituerait un énorme coup dur pour les filles d'Anaïs Bounouar, la section féminine des « Rouge et Bleu » ayant été créée l'été dernier avec l'ambition à moyen terme d'atteindre la D2.

A NOTER QUE TOUTES LES MONTÉES ET LES DESCENTES DEVRONT ÊTRE VALIDÉES APRÈS L'EXAMEN DE TOUTES LES COMMISSIONS (CRCG, DISCIPLINE, INFRASTRUCTURES, STATUT DE L'ÉDUCATEUR ET DE L'ARBITRAGE...).

Partager sur :