Surtitre
L2. J19 - SM Caen / Clermont, vendredi 20 décembre à 20H à d'Ornano

Alexis Beka Beka dans le grand bain

Résumé

Depuis son arrivée au Stade Malherbe, Pascal Dupraz n'hésite pas à lancer des jeunes. Dernier exemple en date avec Alexis Beka Beka (18 ans). Devant composer sans trois titulaires habituels au milieu de terrain (Jessy Pi, Jessy Deminguet et Anthony Gonçalves, tous les trois suspendus), le coach savoyard a annoncé en conférence de presse qu'il allait aligner l'international U19 dans le cœur du jeu contre Clermont.

Image
Après Nicholas Gioacchini et Kélian Nsona, Pascal Dupraz va faire débuter un nouvel espoir issu du centre de formation du Stade Malherbe avec Alexis Beka Beka.
Après Nicholas Gioacchini et Kélian Nsona, Pascal Dupraz va faire débuter un nouvel espoir issu du centre de formation du Stade Malherbe avec Alexis Beka Beka.
Corps

Il n'a pas tenté de tourner autour du pot ou d'éluder la question. "On va ôter le suspense. Alexis va faire ses premiers pas", n'a pas hésité à confirmer Pascal Dupraz. Confronté à une cascade d'absences au milieu de terrain (Jessy Pi, Jessy Deminguet et Anthony Gonçalves, tous les trois suspendus, Durel Avounou blessé) et alors que Baisama Sankoh ne semble pas rentrer dans ses plans, le coach savoyard a décidé d'intégrer Alexis Beka Beka dans son onze de départ. Issu de l'école de foot du Stade Malherbe qu'il a rejoint dès les U9 en provenance de Verson, le jeune caennais sera aligné dans le cœur du jeu aux côtés de Prince Oniangué dans un dispositif en 4-4-2.

"Même quand notre effectif sera au complet, on verra Alexis. J'ai confiance en lui"

Si les circonstances ont précipité cette titularisation, le patron technique du SMC l'assure : l'international U19, déjà convoqué à quatre reprises dans les « 18 » mais sans rentrer en jeu, aurait eu sa chance dans tous les cas dans un avenir proche. "Même quand notre effectif sera au complet, on verra Alexis. J'ai confiance en lui. Je suis très heureux de le faire débuter", se félicite un Pascal Dupraz ayant déjà lancé dans le grand bain plusieurs espoirs du club normand comme Nicholas Gioacchini et Kélian Nsona ou relancer certains à l'image d'Hugo Vandermersch.

Pourtant, l'ex-boss de Toulouse se défend de tout jeunisme. "Ce n'est pas un gage de talent. Les garçons que je vais faire jouer demain (ce vendredi soir), ce sont tout simplement les meilleurs du moment, ceux qui ont le plus gros potentiel, la plus grande marge de progression", explique le technicien même s'il reconnaît que "les jeunes sont hyper motivés, avec le club chevillé au corps et au cœur, avec l'envie de défendre ses couleurs". Alexis Beka Beka sera donc le prochain sur la liste. Un joueur qui a tapé dans l'œil de Pascal Dupraz dès son arrivée en Normandie, le convoquant immédiatement dans son groupe d'entraînement.

Attaquant reconverti défenseur lancé au milieu

"Quand je regarde ses stats athlétiques : il jump, il est puissant, il peut courir à l'infini, il a une vitesse d'exécution importante. Quand on y ajoute ses qualités techniques avec un très bon pied...", énumère  le coach caennais. "Bien sûr, il manque un peu d'expérience sur certains coups". Attaquant jusqu'en préformation avant d'être reconverti en défenseur polyvalent par Jeff Péron (arrière central, latéral droit ou gauche), celui qui se trouve sous contrat stagiaire jusqu'en 2021 fêtera son baptême du feu en milieu défensif ; un poste où il n'a jamais évolué avant que Pascal Dupraz ne pose ses valises à Venoix.

"Un box-to-box, un joueur d'impact, capable de cadrer un adversaire sur deux-trois mètres"

"Je n'ai pas la science infuse. Peut-être qu'il se fixera en charnière centrale même s'il accuse un petit déficit de taille ou en latéral où il a toutes les prédispositions pour s'imposer, mais ce n'est pas plus mal de voir autre chose dans sa formation". Avant d'ajouter : "Alexis possède les caractéristiques que je veux voir au milieu et que je ne vois pas forcément chez tout le monde. Un box-to-box, un joueur d'impact, capable de cadrer un adversaire sur deux-trois mètres, de récupérer des ballons dans les pieds... J'en manque".

Pour le principal concerné, l'ascension est express, lui qui n'a lancé sa saison que fin septembre ; la faute à une chute sur un rocher, mi-juillet, à la veille de la reprise de la « B ». "Il a eu sept points de suture sur un genou. Quand il est revenu, il ne pouvait plus le plier. Sa cicatrice s'était infectée. Il a dû se faire opérer. En lui faisant passer des examens complémentaires, les docs ont aussi vu qu'une partie de son tendon rotulien avait été sectionnée", raconte Fabrice Vandeputte, le responsable de la réserve. Depuis, Alexis Beka Beka semble avoir rattrapé une bonne partie du temps perdu. Et c'est peut-être loin d'être fini.

> L2. J19 - SM Caen (13e - 20 points) / Clermont (5e - 29 points), vendredi 20 décembre à 20 heures au Stade Michel-d'Ornano.

Partager sur :