Surtitre
L'interview de Frédéric Guilbert après sa signature à Aston Villa

"Je reste très concerné par le maintien du Stade Malherbe"

Résumé

C'est avec les traits tirés, conséquence d'une nuit courte au retour de son séjour express à Aston Villa, que Frédéric Guilbert s'est présenté devant les médias ce vendredi matin en compagnie du président Gilles Sergent et du directeur sportif Alain Cavéglia. Avant de prendre part à l'entraînement avec le groupe de Fabien Mercadal, le latéral droit normand est revenu sur son choix de rejoindre l'actuel 10e de Championship (D2 anglaise) tout en rappelant sa détermination à sauver le Stade Malherbe de la relégation.

Image
Alors qu'il était lié avec le Stade Malherbe jusqu'en 2021, Frédéric Guilbert a paraphé un contrat de quatre ans et demi avec Aston Villa. Le club de Birmigham qui l'a prêté dans la foulée jusqu'à la fin de la saison au SMC.
Alors qu'il était lié avec le Stade Malherbe jusqu'en 2021, Frédéric Guilbert a paraphé un contrat de quatre ans et demi avec Aston Villa. Le club de Birmigham qui l'a prêté dans la foulée jusqu'à la fin de la saison au SMC.
Corps

Désormais que vous êtes un joueur appartenant à Aston Villa, dans quel état d'esprit abordez-vous les quatre prochains mois de compétition avec le Stade Malherbe où vous êtes, aujourd'hui, prêté ?

"Même si j'ai signé à Aston Villa, je suis toujours un joueur du Stade Malherbe. Je reste très concerné par le maintien en Ligue 1. C'est très important pour moi. Je ne sais pas si vous le voyez à ma tête mais j'ai très peu dormi cette nuit(1). Ma priorité était de revenir dès aujourd'hui pour retrouver l'équipe et mes coéquipiers. J'ai déjà connu cette situation quand Bordeaux m'a prêté à Caen. Et j'avais tout donné comme je vais le faire aujourd'hui. Si je ne m'en sentais pas capable, je n'aurais pas accepté cet accord. Malherbe est le club de ma région. Je ne me permettrais pas de lui faire à l'envers".

"Les gens qui me connaissent vraiment savent que je ne suis pas un tricheur"

Appréhendez-vous la réaction des supporters caennais par rapport à votre situation contractuelle ?

"Il y aura toujours des personnes critiques par rapport à ma signature dès cet hiver à Aston Villa et par rapport à mon investissement. Si je ne fais pas une course que j'aurais dû faire, elles vont dire que je m'en fous, que j'ai déjà la tête à Aston Villa. Mais les gens qui me connaissent vraiment savent que je ne suis pas un tricheur".

A quand remontent les contacts avec Aston Villa ?

"De ces dernières semaines. Avant de rejoindre Caen (pour son transfert définitif en 2017), j'avais eu l'opportunité de signer à Brighton en Premier League. J'avais refusé. A l'époque, j'avais donné ma parole au président (Jean-François) Fortin. Je ne vais pas vous mentir. J'aurais pu partir dès cet hiver. Mais le Stade Malherbe a mis son veto. Au final, on a sans doute trouvé la meilleure solution pour toutes les parties. Pour « services rendus », Malherbe a accepté de me libérer. C'est une bonne chose pour moi et j'espère que le club s'y retrouve".

Pourquoi avoir anticipé votre signature à Aston Villa ? N'auriez-vous pas pu attendre cet été...

"Le foot est une question d'opportunités. La vérité d'aujourd'hui n'est pas forcément celle de demain. Là, j'avais une proposition. Peut-être que cet été, j'aurais été bredouille, peut-être que je me serais blessé... Maintenant, j'ai une famille. Je suis obligé d'y penser. Ce n'est pas un choix financier mais un choix de carrière. Certains mettront en avant que ce n'est que du Championship. Je ne le vois pas comme ça. C'est un challenge avec la perspective d'aider à faire remonter un grand club dans l'un, si ce n'est le meilleur championnat du Monde".

"Quand vous savez que John Terry en est le coach adjoint..."

La possibilité d'évoluer en Championship la saison prochaine ne vous a pas rebuté...

"Déjà, je pense que le niveau de la Championship concurrence celui de la Ligue 1. Maintenant, si je vais à Aston Villa, c'est bien sûr avec l'ambition de monter en Premier League. Mais avant, comme je l'ai déjà dit, il y a des étapes. Et la prochaine, elle concerne le Stade Malherbe".

Qu'est-ce qui vous a séduit dans le projet d'Aston Villa ?

"Aston Villa est un club mythique qui possède un passé(3) avec de belles infrastructures. Quand vous savez que John Terry en est le coach adjoint(4)... Travailler avec une telle personne, ça représente quelque chose. Est-ce que l'instabilité autour des entraîneurs en Angleterre me fait peur ? Je pense que mon recrutement est plus un choix du club que du coach (Dean Smith). Très peu de clubs auraient accepté les conditions fixées par le Stade Malherbe sachant qu'Aston Villa avait besoin de moi maintenant. Je remercie les dirigeants pour ça".

(1)Pour signer son contrat jusqu'en 2023 avec Aston Villa et passer sa vitesse médicale, Frédéric Guilbert a effectué un aller-retour en avion à Birmingham, dans la journée de jeudi.

(2)Actuellement 10e de Championship, Aston Villa ne possède que quatre points de retard sur la 6e place, synonyme de participation aux barrages d'accession. 

(3)Aston Villa a notamment été sacré champion d'Angleterre à sept reprises, la dernière fois en 1981, a soulevé la Cup à sept reprises, la dernière fois en 1957, et a remporté la Coupe d'Europe des Clubs Champions en 1982.

(4)Ayant quasiment réalisé l'essentiel de sa carrière à Chelsea dont il fut le capitaine pendant 13 ans (717 matches disputés toutes compétitions confondues), John Terry - 78 sélections avec l'équipe d'Angleterre - compte notamment à son palmarès cinq titres de champion (2005, 2006, 2010, 2015, 2017), une Ligue des Champions (2012), une Ligue Europa (2013).

Combien le transfert de Frédéric Guilbert va-t-il rapporter au SMC ?

G Sergent F Mercadal M Audrain_0.jpg

"Si j'ai un souhait à formuler, c'est que Fred marque le but qui maintienne le Stade Malherbe en Ligue 1. Ça serait un très joli symbole", a commenté le président Gille Sergent en marge de l'officialisation du transfert de Frédéric Guilbert. ©Photo d'archives

Dès l'ouverture du mercato d'hiver, Frédéric Guilbert avait fait part aux dirigeants caennais de sa volonté d'être transféré. Après plusieurs offres émanant d'Aston Villa refusées par l'Etat-major normand, "un compromis intelligent a été trouvé", dixit Gilles Sergent. "Notre volonté n'était pas de compromettre l'avenir de Fred mais on ne pouvait pas non plus s'affaiblir pour cette fin de saison".

Alors que certains médias ont évoqué une indemnité d'environ 5 M€ + 1,5 M€ de bonus (dont un pourcentage reviendra à Bordeaux, le précédent club de Frédéric Guilbert), d'autres sources avancent une somme moins élevée. Des montants que le président du Stade Malherbe n'a pas souhaité commenter. "Tout ce que je peux vous dire, c'est que le point de discussion centrale a concerné le pourcentage qui nous reviendra lors d'une prochaine possible revente de Fred. Car je suis convaincu qu'il va réaliser une grande carrière".

Partager sur :