Surtitre
L2. J3 - SM Caen / Sochaux 1-2

Offensivement, le Stade Malherbe va devoir se réinventer

Résumé

Si on ne connaît pas encore la gravité de la blessure aux adducteurs de Yoann Court, sorti prématurément contre Sochaux, le recrutement d'un élément offensif apparaît plus que jamais indispensable au Stade Malherbe. En attendant un (ou des) renfort(s), Stéphane Moulin va devoir se creuser la tête pour trouver des solutions en attaque avec les joueurs à disposition.

Image
Suite à une frappe du gauche (38'), Yoann Court a quitté prématurément la pelouse de d'Ornano en souffrant visiblement des adducteurs. ©Damien Deslandes
Suite à une frappe du gauche (38'), Yoann Court a quitté prématurément la pelouse de d'Ornano en souffrant visiblement des adducteurs. ©Damien Deslandes
Corps

Au-delà de cette défaite contre Sochaux (2-1) aussi cruelle dans le scénario que logique dans le contenu (surtout au regard de la première période), la mauvaise nouvelle de la soirée de samedi pour le Stade Malherbe reste incontestablement la sortie prématurée Yoann Court. Suite à une frappe du gauche, à sept minutes de la pause, le milieu offensif s'est écroulé sur la pelouse de d'Ornano en se tenant l'adducteur. Il fut immédiatement remplacé par Andreas Hountondji (39'). A l'heure où nous écrivons ces lignes, on ne connaît pas exactement la nature exacte de cette blessure mais une indisponibilité de plusieurs semaines n'est pas à exclure. Pour rappel, le n°11 des « Rouge et Bleu » avait déjà été victime, début janvier, d'une déchirure aux ischio-jambiers. S'il n'avait été éloigné « qu'un » mois des terrains, l'ex-Brestois n'avait jamais réussi derrière à renouer avec sa meilleure forme.

"On fait avec les joueurs dont on dispose. Evidemment, on n'a pas toutes nos armes"

Pour le collectif caennais, qui voit les pépins physiques s'accumuler ces dernières semaines, il s'agit d'un énorme coup dur. Pendant la préparation, c'est tout d'abord Kelian Nsona qui a rejoint l'infirmerie ; la faute à une rupture des ligaments croisés du genou droit. Puis il y a une dizaine de jours, c'est Caleb Zady Sery, touché sur le plan musculaire, qui s'est retrouvé sur la touche. Conséquence, sur le 4-2-3-1 qu'il avait mis en place cet été, Stéphane Moulin est privé, pour le moment et, au minimum, pour le déplacement à Ajaccio, samedi prochain, de l'ensemble de sa ligne de trois offensifs, positionnée derrière l'avant-centre Alexandre Mendy.

"C'est bien de le souligner", lâche le coach normand en s'adressant aux médias. "Je n'ai pas pour habitude de me plaindre. On fait avec les joueurs dont on dispose actuellement. Evidemment, on n'a pas toutes nos armes". Pour noircir encore ce tableau, il ne faut pas oublier de mentionner l'expulsion du jeune Zeidane Inoussa face aux Lionceaux. Auteur d'un mauvais geste sur Alan Virginuis dans les ultimes instants, le Suédois pourrait écoper, au moins, de deux matches de suspension. "On est extrêmement tendu sur ce poste. Aujourd'hui, il ne nous reste plus que deux joueurs", pointe l'ex-entraîneur d'Angers, référence à Steve Shamal et Andreas Hountondji.

Benjamin Jeannot et Nicholas Gioacchini dans le onze ?

Forcément, compte tenu de cette pénurie d'éléments offensifs, tous les regards sont braqués sur le mercato. "On a envie et encore besoin de se renforcer", avait rappelé Stéphane Moulin vendredi, en conférence de presse. "On est tous conscient qu'on doit étoffer un peu ce groupe. Le groupe travaille très bien mais je sens qu'il peut être très vite en surrégime. On a besoin de faire des rotations sans mettre en péril le niveau de l'équipe". Avant cette cascade de blessures, le recrutement d'un excentré figurait déjà sur la liste des priorités. Selon nos informations, un prêt en provenance d'une écurie de Ligue 1 était envisagé (le nom du Strasbourgeois Mehdi Chahiri a circulé). Reste à savoir si le taux de remplissage de l'infirmerie va accélérer le processus ?

"On doit étoffer un peu ce groupe. On a besoin de faire des rotations sans mettre en péril le niveau de l'équipe"

En attendant d'accueillir de nouvelles « têtes », Stéphane Moulin, qui avait déjà troqué son 4-2-3-1 pour un 4-3-3, va devoir dénicher des solutions pour élaborer une animation offensive performante. Cantonné à un rôle de remplaçant depuis le coup d'envoi du championnat, Benjamin Jeannot peut-il prétendre à un statut de titulaire, en soutien d'Alexandre Mendy par exemple ? Si l'ex-Dijonnais a été testé à ce poste durant la préparation, la complémentarité entre les deux hommes ne saute pas aux yeux du technicien normand. "Ce sont les associations qui sont importantes. Dans cette configuration, il nous faut de la vitesse et de la profondeur devant".

De retour de la Gold Cup qu'il a remporté avec les Etats-Unis, Nicholas Gioacchini constitue une autre possibilité. Que ce soit sur un côté ou dans l'axe (même si sa préférence va clairement vers cette seconde option), l'international américain brigue une place de titulaire dans le onze de départ du SMC. Encore faut-il que l'attaquant malherbiste défende toujours les couleurs « Rouge et Bleu » dans un avenir proche ? Interrogé sur ce sujet par nos confrères de beIN Sports, Nicholas Gioacchini s'est montré évasif. "On verra fin août. Je vois que le projet ici est superbe, l'ambiance est incroyable. Je n'ai pas encore accompli ce que je voulais à Caen comme objectif(s) personnel(s). Pour partir, ça va être difficile. Maintenant, je dois savoir ce qui est le mieux pour moi dans le futur et ce qui est le mieux pour le club". Dans le sens des arrivées comme des départs, la dernière ligne droite du mercato promet d'être agitée. 

Partager sur :