Surtitre
Le Stade Malherbe a sécurisé plusieurs de ses jeunes espoirs

Premier contrat « pro » pour Brahim Traoré, Sullivan Péan et Zeidane Inoussa

Résumé

Premier contrat professionnel pour Brahim Traoré, Sullivan Péan et Zeidane Inousssa, Théo Barré, Luca Boudonnet et Pierrick Mouniama qui poursuivent l'aventure sous contrat amateur, le point sur le dossier du très jeune espoir Tidiam Gomis (14 ans)... Retrouvez le point complet sur l'avenir des jeunes du Stade Malherbe.

Image
Brahim Traoré, Sullivan Péan et Zeidane Inoussa ont, tous les trois, paraphé un premier contrat professionnel jusqu'en 2024. ©Damien Deslandes
Brahim Traoré, Sullivan Péan et Zeidane Inoussa ont, tous les trois, paraphé un premier contrat professionnel jusqu'en 2024. ©Damien Deslandes
Corps

Si la situation au classement du Stade Malherbe est plus que jamais précaire (18e et en position de barragiste avec deux points de retard sur le premier non-relégable à deux journées de la fin), cela n'empêche pas ses dirigeants de travailler en coulisses. Que ce soit en Ligue 2 ou en National, la constitution de l'effectif pour l'exercice 2021-2022 a déjà commencé. Ces dernières semaines, plusieurs de ses espoirs ont été sécurisés. A commencer par Brahim Traoré (17 ans), lancé dans le grand bain par Fabrice Vandeputte contre Pau (J31. 1-1, le 3 avril). Depuis, le défenseur central, qui peut également évoluer, avec talent, en milieu défensif (comme on a pu le constater, samedi soir, contre Auxerre), compte quatre apparitions. Sous contrat aspirant encore une saison (2022), l'international U17 en équipe de France a paraphé son premier contrat professionnel. Il est désormais lié avec son club formateur jusqu'en 2024.

Quelle position dans la hiérarchie des gardiens caennais pour Sullivan péan la saison prochaine ?

Crédité de dix matches de L2 au gré des différentes blessures et suspensions de Rémy Riou, Sullivan Péan (21 ans), dont le contrat amateur expire le 30 juin, va, lui aussi, poursuivre l'aventure sous le maillot « Rouge et Bleu ». Quelques détails sont encore à régler mais un contrat « pro » de trois ans l'attend. "C’est mieux si je reste en Normandie", nous avait-il récemment confié. Auteur une nouvelle fois d'une grande prestation contre l'AJA, le gardien présente des états de service, irréprochables ou presque. Reste à connaître sa position dans la hiérarchie caennaise la saison prochaine ?

Elle dépendra en grande partie de l'identité du futur coach. Si Rémy Riou ou un autre portier recruté à l'extérieur endosse le costume de n°1, l'option d'un prêt dans une écurie de N1 avec un statut de titulaire pourrait être étudiée (dans l'hypothèse où le SMC se maintiendrait). La priorité pour Sullivan Péan étant d'emmagasiner un maximum de temps de jeu. Si ses deux premières signatures ne constituent en rien une surprise (elles étaient pressenties depuis longtemps), la troisième est-elle un peu plus inattendue. Arrivé à l'été 2018 en provenance de son pays natal avec à la clé un contrat stagiaire de deux ans, le Suédois Zeidane Inoussa (19 ans le 13 mai) a prolongé de trois saisons supplémentaires comme professionnel, soit jusqu'en 2024. Jouant au poste d'excentré, il affiche quatre apparitions toutes compétitions confondues ; la dernière en date contre le PSG en Coupe de France, le 10 février.

25

Depuis 2018, le Stade Malherbe a fait signer la bagatelle de 25 premiers contrats professionnels à des jeunes issus de son centre de formation ! Même si, dans nos colonnes, en octobre, Olivier Pickeu s'était montré réticent à poursuivre cette politique en faisant passer « pro » une multitude de jeunes, il s'agit, aujourd'hui, de la seule arme dont disposent les clubs formateurs face à la concurrence française et étrangère. D'ailleurs, d'autres pourraient suivre prochainement à Caen à l'image de Kevin Mbala (20 ans), deux titularisations lors des cinq dernières journées, en fin de contrat stagiaire en juin, ou encore Andreas Hountondji (18 ans, quatre rentrées en jeu en L2), même si le longiligne attaquant est protégé, car sous contrat stagiaire jusqu'en 2022.

Dans les prochaines semaines, l'un des dossiers prioritaires du président normand va concerner le jeune Tidiam Gomis. Déjà surclassé en U17 alors qu'il n'a que 14 ans, cet attaquant est décrit par tous les observateurs comme l'une des plus grandes promesses du centre de formation normand. Protégé par un ANS (Accord de non-sollicitation) qu'il a signé en février 2019, cet espoir - qui ne peut pas s'engager pour un autre club français - devrait parapher un contrat aspirant une fois qu'il aura soufflé sa 15e bougie, le 8 août. Mais il ne fait aucun doute qu'au regard de son potentiel, un contrat « pro » l'attend dès qu'il aura atteint l'âge requis, c'est-à-dire 16 ans. Seule une relégation en N1 pourrait remettre en cause les plans du club normand.

La direction du Stade Malherbe a aussi pris ses décisions pour ses joueurs en réserve

Théo Barré, Luca Boudonnet et Pierrick Mouniama poursuivent sous contrat amateur

A63V7123_0.jpg

Les jeunes de la réserve du Stade Malherbe sont désormais fixés sur leur avenir. ©Damien Deslandes

30 avril. Pour les jeunes pensionnaires des centres de formation, cette date est extrêmement importante puisqu'il s'agit de la limite à laquelle leur club doit leur formuler, ou non, une proposition. Au Stade Malherbe, pour la réserve (N2), les choix ont été annoncés.

En fin de contrat stagiaire en juin, le latéral Théo Barré ainsi que les milieux Pierrick Mouniama et Luca Boudonnet, tous les trois âgés de 20 ans, vont poursuivre l'aventure en « Rouge et Bleu » en signant un contrat amateur. A l'inverse, dans une situation contractuelle identique, l'arrière central Allan Bidard et le gardien Yassine Gueddar (20 ans tous les deux) ne sont pas conservés. Idem pour les défenseurs Corentin Cal (22 ans) et Tony Villeray (21 ans), sous contrat amateur et donc libre au 30 juin.

Partager sur :