Surtitre
L1. J28 - Rennes / SM Caen 3-1

Rolland Courbis : "Nous sommes devenus Arsenaliens"

Résumé

Une fois n'est pas coutume, Rolland Courbis s'est arrêté devant les journalistes en zone mixte pour livrer son sentiment après le nouveau revers du Stade Malherbe, cette fois-ci contre Rennes, son ancien club. Toujours aussi à l'aise devant les micros, le technicien qui dirige l'équipe caennaise en duo avec Fabien Mercadal s'est notamment attardé sur l'expulsion de Yoël Armougom à la demi-heure de jeu qui a totalement fait basculer cette confrontation.

Image
En débarquant à la mi-février au Stade Malherbe, Rolland Courbis avait estimé que la place de barragiste constituerait une bonne nouvelle pour le club normand. "Je le maintiens", a confirmé le coach caennais. ©Photo d'archives
En débarquant à la mi-février au Stade Malherbe, Rolland Courbis avait estimé que la place de barragiste constituerait une bonne nouvelle pour le club normand. "Je le maintiens", a confirmé le coach caennais.
Corps

Quelle est votre analyse de cette défaite 3-1 du Stade Malherbe sur la pelouse du Roazhon Park ?

"On a trop regardé le dernier match de Arsenal contre Rennes (en 1/8e de finale d'Europa League). Et à force, on a fini par copier sur eux. On a ouvert le score comme eux. On s'est fait expulser un joueur comme eux. On a fait le même score qu'eux. Nous n'étions plus des Caennais. Nous sommes devenus Arsenaliens. Je ne sais pas ce qui se serait passé mais par curiosité, j'aurais quand même aimé que ce match se joue à 11 contre 11 pendant 93".

"Yoël a manqué d'expérience compte tenu de son âge"

Estimez-vous que le carton rouge reçu par Yoël Armougom (à la 35' suite à deux avertissements) est sévère ?

"A moitié. Sur l'action précédente où on dit que l'arbitre aurait déjà pu l'expulser, je pense qu'il n'y a pas faute. Maintenant que Yoël ne sente pas sur le terrain qu'il est en train de risquer l'expulsion, c'est un manque d'expérience compte tenu de son âge".

Pensez-vous que vous auriez dû réagir plus tôt avec Fabien Mercadal en procédant à un changement ?

"J'aurais pu, on aurait pu... Déjà, le problème s'était posé à Lyon (en quart de finale de la Coupe de France avec Adama Mbengue, remplacé dès la 39'). En 30 ans d'expérience et de coaching, ça ne m'est jamais arrivé de sortir un joueur par politesse, par respect. Et là, vous voudriez que ça se produise deux fois en 15 jours. C'est peut-être un peu trop pour un seul homme. Maintenant qu'on est en duo, c'est 50% pour Fabien et 50% pour moi".

Sur ses quatre dernières sorties toutes compétitions confondues, le SMC a terminé à trois reprises en infériorité numérique (après Toulouse en Championnat et Lyon en Coupe de France)...

"C'est difficile de faire mieux. Demain, je vais les engueuler car j'aurais préféré faire quatre sur quatre. Il y a un match où on a fini à 11 ! On a dû déconner quelque part".

"Ce n'est pas impossible d'éviter le barrage. en étant 17e, pas 19e"

Pourtant, cette confrontation avait très bien débuté pour les Caennais avec l'ouverture du score de Casimir Ninga (20')...

"C'est pourquoi, j'aurais bien aimé savoir ce qui se serait passé en continuant ainsi. On n'était pas venus pour marquer un but et s'arrêter là. Malheureusement, Rennes a su profiter de la situation. On ne peut que leur dire bravo".

A votre arrivée mi-février, vous aviez déclaré que terminer barragiste constituerait une bonne nouvelle pour le Stade Malherbe. Après ce nouveau revers, on a l'impression que vos propos sont plus que jamais d'actualité...

"Vous pensez que j'ai été visionnaire. Vous voulez me faire un compliment. C'est gentil. Recevoir un compliment après une défaite, ça n'arrive pas souvent donc je le prends (sourire). C'est vrai que j'avais dit ça et je le maintiens. On va essayer de ne pas se faire expulser de la Ligue 1. Mathématiquement, ce n'est pas impossible d'éviter le barrage. Enfin, en finissant 17e pas 19e".

Partager sur :