Surtitre
Gambardella. 1/4 de finale - Lyon-La Duchère / SM Caen, dimanche 13 mars à 14H30

Tidiam Gomis, rappelez-vous bien de ce nom

Résumé

Pour la première fois depuis 20 ans et la finale de 2001, le Stade Malherbe pourrait se qualifier pour le dernier carré de la Coupe Gambardella. Pour atteindre cet objectif et franchir l'obstacle Lyon-La Duchère en quart, Tidiam Gomis (15 ans), buteur au tour précédent à Brest, sera l'un des principaux atouts de l'équipe de Nicolas Seube. Depuis qu'il a intégré le centre de formation des « Rouge et Bleu », ce prometteur attaquant est considéré comme l'un des plus sérieux espoirs du club caennais.

Image
Associé à Norman Bassette en attaque en Coupe Gambardella, Tidiam Gomis a développé une complicité naturelle avec le Belge sur le terrain. ©Damine Deslandes
Associé à Norman Bassette en attaque en Coupe Gambardella, Tidiam Gomis a développé une complicité naturelle avec le Belge sur le terrain. ©Damine Deslandes
Corps

C'est sa première interview mais quelque chose nous dit que ça ne sera pas la dernière. Depuis qu'il s'est engagé avec le Stade Malherbe, Tidiam Gomis est considéré comme l'un des plus sérieux espoirs qui ait fréquenté le centre de formation « Rouge et Bleu ». Même s'il n'avait que 12 ans à l'époque, il se souvient parfaitement de ce jour. "J’étais en tournoi, j’ai dû le quitter pour signer à Caen. Même si j'ai signé très jeune, je me rendais un peu compte de ce qui passait". Environ un an plus tard, celui qui fut élu meilleur joueur de la Paname Cup, un prestigieux tournoi U12 en Ile-de-France, intégrait la structure normande. Malgré ce changement radical d'univers, cet attaquant, qui a toujours semblé plus mature que son âge, s'est rapidement intégré.

"Quand je rentre sur le terrain, je joue, je ne pense pas à l'âge"

"Avant de signer, je suis venu régulièrement faire des stages. Quand je suis arrivé, je connaissais déjà le centre, les gens qui y travaillaient. C'était rassurant". Depuis qu'il a posé ses valises en Normandie, Tidiam Gomis n'a jamais démenti les promesses suscitées. Bien au contraire. Pour preuve, alors qu'il ne fêtera son 16e anniversaire que le 8 août, il est surclassé cette saison avec les U19 nationaux. En Gambardella, il est également un titulaire indiscutable du onze de Nicolas Seube. "Quand je rentre sur le terrain, je joue, je ne pense pas à l'âge".

Et s'il n'a pas encore porté le maillot « Rouge et Bleu » en senior, c'est, entre autres, parce que le règlement le lui interdit* ; ce qui ne l'empêche pas d'avoir déjà participé à quelques séances avec la réserve. "Pour mon premier entraînement, j'étais un peu stressé. Ça va plus vite, c'est plus costaud, il faut être plus concentré, plus appliqué sur sa première touche", confie celui qui a appris à ferrailler avec des coéquipiers lui rendant parfois plusieurs dizaines de kilos (1,79 m pour 65 kg). S'il possède, bien entendu, des qualités individuelles au-dessus de la moyenne, "Je pense que j'ai une bonne vision du jeu, que je suis assez technique", l'ancien pensionnaire de l'académie de Bouafle se distingue principalement par son sens du collectif. D'ailleurs, ce n'est certainement pas un hasard, si son joueur préféré se nomme Karim Benzema.

Une entorse de la cheville qui a causé quelques frayeurs

"J'aime faire les efforts, me donner pour l'équipe", confirme le principal intéressé redoutable d'efficacité à l'image de son but contre Brest au tour précédent (3-0). "Je vois que Momo (Mohamed Hafid) jette un coup d'œil, je regarde autour de moi, je suis le seul de mon équipe, il me met un caviar, j'ouvre mon pied et ça fait but". Simple, basique mais on vous l'assure, c'est beaucoup plus compliqué une fois qu'on foule le terrain. Durant cette campagne de Gambardella, son association avec Norman Bassette fait également des étincelles. "C'est dans l'axe où je m'exprime le mieux. J'aime bien qu'on soit deux. Avec Norman, on a une bonne complicité, il y a un bon feeling entre nous, on se comprend".

"C'est flatteur qu'on parle de moi mais j'essaye de rester concentré sur le football et les études"

Les deux attaquants constitueront l'une des principales armes du SMC en quart de finale, face à Lyon-La Duchère, ce dimanche après-midi. Autant dire que la légère entorse de la cheville dont il a été victime cette semaine a occasionné quelques frayeurs au sein du staff caennais. Forcément, au regard de sa précocité, il suscite énormément de convoitises. Alors qu'il est lié au Stade Malherbe par un contrat aspirant jusqu'en 2024, des pourparlers pour devenir professionnel dès cet été sont déjà en cours entre son entourage et le président Olivier Pickeu. "Mon objectif, c'est de jouer avec les professionnels, peu importe mon âge".

Par rapport à toute cette agitation, Tidiam Gomis tente de garder la tête froide. "J'entends qu'on parle de moi. C'est flatteur mais j'essaye de rester concentré sur le football et les études (il est élève en seconde). Ça ne me perturbe pas. Je ne regarde pas trop ce qu'il se passe autour de moi mais je remercie le club de m'accorder cette confiance". En attendant, peut-être, de parapher son premier contrat professionnel, le jeune homme ne cache pas ses ambitions. "La Ligue des Champions, la Coupe du Monde, le Ballon d'Or... Même si je sais que c'est loin de moi, oui, j'y pense". Et si c'était la marque des grands ? La Coupe Gambardella pourrait bien constituer une première étape dans cette prestigieuse carrière en devenir.

> Coupe Gambardella. 1/4 de finale - Lyon-La Duchère / SM Caen, dimanche 13 mars à 14 H 30 au Stade Balmont.

*Tidiam Gomis sera autorisé à évoluer en senior quand il sera U16, soit à partir du 1er juillet 2022, et qu'il sera éligible à un double surclassement.

Partager sur :