Surtitre
L2. J31 - SM Caen / Pau FC, samedi 3 avril à 20H à d'Ornano

Victor Lobry, au bon souvenir de la Normandie

Résumé

Pour l'un de ses matches de la peur annoncés dans cette fin d'exercice de Ligue 2, le Stade Malherbe va devoir se montrer à la hauteur face à un Pau FC qui a le vent en poupe ces dernières semaines. Les Caennais devront particulièrement se méfier d'un certain Victor Lobry. Le milieu offensif de 25 ans a su parfaire son jeu du côté de l'US Avranches la saison passée en National et c'est peu dire que le gaucher a laissé un grand souvenir du côté de la baie du Mont-Saint-Michel. Dans le Béarn, pour sa première année en deuxième division, c'est lui qui détient les clefs du jeu, pour son plus grand plaisir.

Image
Arrivé d'Avranches l'été dernier, Victor Lobry découvre le niveau Ligue 2 sous les couleurs du Pau FC, promu à cet étage. Après 30 journées, le milieu offensif est déjà devenu incontournable chez les Béarnais. ©Pau FC
Arrivé d'Avranches l'été dernier, Victor Lobry découvre le niveau Ligue 2 sous les couleurs du Pau FC, promu à cet étage. Après 30 journées, le milieu offensif est déjà devenu incontournable chez les Béarnais. ©Pau FC
Corps

À défaut de retrouvailles avec l'US Avranches, le retour de Victor Lobry en terres d'ex-Basse-Normandie se fera à d'Ornano dans le cadre d'un match de Ligue 2 plein d'enjeu entre son Pau FC et Caen, ce samedi soir. Sous les couleurs avranchinaises, le talentueux gaucher avait illuminé les soirées du Stade René-Fenouillère durant sept mois en National. Seul le confinement promulgué en mars 2020 avait alors pu mettre un coup d'arrêt à sa formidable saison. "Ne pas avoir pu terminer ce championnat, c'est un vrai regret", ne cache pas le joueur. "J'aurais aimé aller jusqu'au bout pour décrocher une place de barragiste, découvrir la Ligue 2 avec Avranches ça aurait été bien. Nous avions quelque chose à jouer la saison dernière, c'est une certitude". L'équipe de la Manche n'est finalement pas montée mais Victor Lobry si, lorsqu'il a rejoint le Pau FC, promu avec Dunkerque. Et manifestement, bien lui en a pris.

"Nous avions quelque chose à jouer la saison dernière, c'est une certitude !"

Rejoindre le club béarnais la saison de sa découverte du monde « pro » ressemble en effet à un choix fort judicieux pour le milieu offensif. Sous les couleurs paloises, le natif de Soissons est vite devenu indiscutable, ne manquant qu'un match de L2 contre Châteauroux pour accumulation de cartons jaunes. "Ce championnat est plus tactique mais pour une première saison à ce niveau, mon bilan est plutôt pas mal", confie le joueur aux six passes décisives depuis décembre. "Dans tous les cas, je m'attendais à jouer le maintien, c'était logique. Nouveau coach, nouvel effectif : je me doutais que ça prendrait du temps mais en ce moment, on fait de bons résultats".

Dans le sillage de l'ex-Avranchinais, le Pau FC monte en effet en puissance depuis quelques journées. Il vient ainsi de prendre dix points sur 12 possibles, là où son futur adversaire caennais n'en a récolté qu'un. Qu'à cela ne tienne, Malherbe reste Malherbe pour Victor Lobry qui a pu mesurer d'un peu plus près le poids du club « Rouge et Bleu » lors de son unique saison dans la Manche. "Je ne suis pas resté longtemps en Normandie mais j'ai pu me rendre compte à quel point c'est un grand nom du foot français", explique-t-il. "Avec Pau, nous avons gagné 1-0 à l'aller, c'était mérité mais disputé. Je m'attends au même genre de match samedi". Si l'ancien de Limoges a bien entendu relevé que Malherbe n'était pas au mieux, il se méfie de "la possible nouvelle dynamique" que pourrait bien amener Fabrice Vandeputte dès ce samedi.

Un indiscutable talent façonné par Fred Reculeau

Dans son profil de créateur, avec sa capacité à voir le jeu plus vite que les autres, l'excellent gaucher aurait à coup sûr rendu bien des services à Caen cette saison. Il va d'ailleurs de soi que le Stade Malherbe garde constamment un œil attentif sur les prestations de son voisin manchois mais il n'a pas tenté le pari Lobry. "Il y a eu des renseignements de pris sur moi par plusieurs clubs dont Caen mais ça n'a pas été très loin", révèle le joueur. La formation paloise est en définitive celle qui a le plus séduit le Soissonnais. Si "la promesse du temps de jeu" a joué un grand rôle dans son choix, la proximité du club béarnais avec l'esprit avranchinais a aussi fait la différence. "Avranches et Pau, ça se ressemble. Le Pau FC est un club qui ne se prend pas la tête et qui grandit avec ses moyens, moi, ça me va très bien !" Chouchou du public manchois la saison dernière, Victor Lobry jouit aussi d'une belle cote de popularité dans le Béarn. 

"Il y a eu des renseignements de pris sur moi par plusieurs clubs dont Caen mais ça n'a pas été plus loin"

Il ne serait d'ailleurs peut-être pas le joueur qu'il est aujourd'hui sans son passage à Avranches. Très réfléchi dans ses choix, il avait résisté aux sirènes de la Ligue 2 à l'été 2019 pour s'aguerrir en National sous les ordres de Fred Reculeau, après une bonne saison à Tours. "Le projet de jeu du coach est incroyable et très rare, il y avait beaucoup de plaisir à prendre", souligne le milieu formé à Reims. "En tant que milieu de terrain, il m'avait donné les clefs du jeu, il m'a fait progresser. Fred Reculeau m'a fait prendre conscience que quand on a le ballon, on en est maître. Il m'a permis de mieux comprendre l'importance de mon rôle".

S'il a évidemment la tête pleinement à Pau et qu'il luttera corps et âme pour maintenir les Pionniers en Ligue 2 (ces derniers n'ont qu'un point d'avance sur le barragiste), Victor Lobry n'en oublie pas l'US Avranches pour autant. L'idylle fut courte mais marquante. "J'ai gardé des contacts avec mes compères du milieu de terrain mais pas seulement, Steven Séance et Diakari Diarra, par exemple, sont devenus de bons amis", lâche le milieu offensif qui regarde jouer ses anciens partenaires dès qu'il en a l'opportunité. "Je prends du plaisir à les voir jouer, certes moins qu'en y jouant moi-même, mais je garde un œil sur eux, évidemment". Le joueur de 25 ans espère désormais que l'air normand continuera de lui inspirer de belles performances ce samedi soir.

> L2. J31 - SM Caen (14e - 35 points) / Pau FC (16e - 31 points), samedi 3 avril à 20 heures au Stade Michel-d'Ornano.

Le joueur idéal selon Fred Reculeau

L'entraîneur d'Avranches Fred Reculeau suivait Victor Lobry depuis ses années limougeaudes en National 2 et garde un grand souvenir de leur saison de collaboration. "Victor, c'est le joueur idéal pour tous les coaches", expose le Vendéen. "C'est le garçon qui arrive le premier et qui repart le dernier. Il est toujours dans l'exigence du travail. On a pris beaucoup de temps pour échanger sur son poste, on se disait les choses en toute transparence et je sentais chez lui la volonté de se faire progresser. Il est intelligent et travailleur, c'est pour ça qu'il en est là aujourd'hui et je pense qu'il peut encore faire mieux".

L'après-Lobry en début de saison s'est d'ailleurs fait ressentir au sein de l'US Avranches. "C'est un garçon avec lequel je voulais travailler depuis longtemps, j'aimais son profil au niveau du jeu", poursuit le coach manchois. "Je m'étais dit qu'il me fallait ce type de garçons, comme Bradley Danger. Je continue à regarder Victor du côté de Pau, je suis très attentif à sa progression. On était tous étonnés qu'il ne trouve pas un club plus huppé de Ligue 2 mais peut-être aussi que ce premier passage plus anonyme lui ouvrira les portes d'un club plus ambitieux, sans manquer de respect à Pau. Ce sera une étape supplémentaire pour lui et je pense qu'il est dans le vrai actuellement".

Aurélien RENAULT

Partager sur :