Surtitre
L1. J27 - SM Caen / Paris SG 1-2

Younn Zahary, l'invité surprise

Résumé

Débarqué seulement en 2016 au Stade Malherbe, Younn Zahary (20 ans) a su, à force de travail, rattraper une partie de son retard pour signer son premier contrat professionnel. "C'est un bel exemple", se félicite son ancien éducateur Frank Dechaume. "Aujourd'hui, quand ils n'intègrent pas un centre de formation dès 14-15 ans, les jeunes pensent qu'ils ne vont pas y arriver". Désormais lié jusqu'en 2022 avec le club normand, le défenseur central a connu sa première titularisation en Ligue 1, samedi après-midi, contre le PSG. Et malgré sa faute de main ayant provoqué le penalty transformé par Kylian Mbappé, le défenseur central a obtenu avec mention son examen de passage.

Image
Coupable sur l'égalisation parisienne avec cette faute de main débouchant sur le penalty de Kylian Mbappé, Younn Zahary a reconnu avoir eu "un mauvais réflexe".
Coupable sur l'égalisation parisienne avec cette faute de main débouchant sur le penalty de Kylian Mbappé, Younn Zahary a reconnu avoir eu "un mauvais réflexe".
Corps

ISSU DU MAGAZINE. On ne va pas se mentir. S'il y a 18 mois, on nous avait dit que Younn Zahary serait titulaire contre le PSG, on n'aurait pas forcément parié dessus. Derrière Issa Marega et Léon Valentin(1) - deux autres membres de la génération 1998 - la saison dernière dans la hiérarchie des défenseurs centraux de la réserve et alors que Thomas Chesnel et Pathy Malumandsoko s'illustraient avec les U19 (finalistes du championnat de France), on ne donnait pas cher de ses chances de poursuivre l'aventure sous le maillot « Rouge et Bleu ». Force est de constater qu'on avait tort. Ce membre d'une fratrie comprenant cinq frères et une sœur, lui, n'a jamais perdu espoir. "Je voulais vivre ma passion. Je me suis toujours dit qu'il ne fallait pas lâcher. Même si des joueurs se trouvaient devant moi, j'ai continué à bosser. Ils n'étaient pas loin. Je n'étais pas largué", assure ce colosse d'1,93 m pour 87 kg au parcours pour le moins atypique.

Jusqu'à l'âge de 18 ans, Younn Zahary évoluait à Carquefou en U19 Elite ! "Mon coach, Baptiste Lafleuriel (formé à Saint-Etienne), me répétait que si je réalisais une bonne saison, les clubs viendraient tout seul". Et c'est le SMC qui est venu frapper à sa porte. C'est par l'intermédiaire d'une connaissance sur la région nantaise que Frank Dechaume, l'ex-responsable des U19 du club caennais, l'a repéré en 2016. "On lui a fait faire un essai. J'ai senti qu'il avait quelque chose. Younn possède de grosses qualités physiques. Bien sûr, il avait aussi des lacunes sur les plans technique et tactique. C'était un vrai pari. D'ailleurs, on ne l'avait pris que pour un an au départ. Mais comme c'était un véritable bosseur, une qualité que tout le monde n'a pas, avec un état d'esprit irréprochable, on s'était dit qu'il pouvait combler son retard", se souvient l'actuel manager général de La Maladrerie. Toutefois, les débuts en Normandie furent difficiles comme il le rappelle : "A Carquefou, je m'entraînais deux-trois fois par semaine maximum. Quand je suis arrivé à Caen, je suis passé à deux séances par jour !".

"Il croyait que c'était cadeau pour son anniversaire"

Confronté à ce changement radical de rythme, son corps n'a pas suivi. Les blessures se sont enchaînées. Le temps de jeu s'est fait rare. En dépit de ces pépins physiques, le Stade Malherbe, via les responsables de son centre de formation lui renouvelle sa confiance en lui proposant deux nouvelles années, toujours sous convention amateur. "Comme il était arrivé assez tardivement dans notre structure, on avait décidé de lui laisser une chance en plus pour qu'il fasse ses preuves", nous confiait il y a quelques mois Grégory Proment, l'ancien coach de la réserve caennaise. Une belle inspiration. Une prolongation que l'arrière va utiliser à bon escient. "La saison dernière, j'ai demandé à Robert Boivin (ex-éducateur du SMC) des séances individualisées". Un travail supplémentaire qui a porté ses fruits sur le long terme.

Malgré une opération de l'épaule gauche qui lui a fait rater la reprise cet été avec le groupe « N3 », Younn Zahary a rapidement séduit le nouveau staff normand, à commencer par Fabrice Vandeputte, en charge de la réserve jusqu'à la mi-décembre. "Sur le plan humain, Younn est au top. Même blessé, il est venu assister à tous nos matches de préparation. Il a observé nos adversaires mais aussi notre équipe, les domaines dans lesquels on pouvait s'améliorer. Il était demandeur", explique l'adjoint de Fabien Mercadal qui ne tarit pas d'éloges sur son protégé. "Younn, c'est un garçon qui a plein d'envie, de fougue, de générosité. Il a tout le temps envie de s'entraîner. Il est à l'écoute, toujours à fond et ne triche jamais. Il a l'âme d'un leader. En tant qu'éducateur, on aimerait n'avoir que des gamins comme lui". Alors que le défenseur central n'a pas disputé la moindre minute auparavant, y compris en amical, l'ancien technicien de Sochaux, Lens et Bourg-en-Bresse le lance en championnat contre Bayeux le jour de ses 20 ans. Une première titularisation qui a surpris le principal concerné. "Il croyait que je lui avais fait un cadeau parce que c'était son anniversaire", raconte, un brin amusé, Fabrice Vandeputte.

"On a gagné un joueur"

Performant dans les duels, au sol comme dans les airs, rapide, en progression dans son placement, le natif de Nantes - bien qu'"encore perfectible sur les bases comme les contrôles et les passes", dixit Fabrice Vandeputte - possède le profil du défenseur moderne. Loin d'être riche dans ce secteur de jeu à cause principalement de l'absence longue durée de Romain Genevois(2), Fabien Mercadal n'a pas hésité à le lancer. Après une première apparition en championnat en rentrant à la 90' sur la pelouse de La Meinau, en décembre (J17. 2-2), puis une titularisation 1/16e de finale de Coupe de France face à Viry-Châtillon (R1, 6-0), celui qui a pour modèle un certain Raphaël Varane a connu une sacrée promotion ce week-end. Profitant de la suspension d'Alexander Djiku alors que Paul Baysse était resté en tribunes ; "un choix" du coach caennais, il formait la charnière centrale avec Jonathan Gradit face au Paris Saint-Germain.

"Dans le football, ça va très vite", en revenait à peine le principal concerné. "J'ai appris ma titularisation la veille. La nuit dernière, j'ai eu un peu de mal à dormir mais je m'y suis fait". Coupable sur l'égalisation parisienne avec cette faute de main débouchant sur le penalty de Kylian Mbappé ; "un mauvais réflexe. C'était involontaire", le n°33 des « Rouge et Bleu » a pourtant réussi son baptême du feu en Ligue 1. "On a gagné un joueur", estimait Fabien Mercadal (voir sa déclaration ci-dessous). Quelque chose nous dit qu'on va très rapidement reparler de Younn Zahary.

Younn Zahary

> Né le 20 octobre 1998 (20 ans) à Nantes (Loire-Atlantique).

> Français. 1,93 m pour 87 kg.

> Défenseur central ou latéral droit.

> Sous contrat jusqu'en 2022.

> Parcours : La Saint-Pierre-de-Nantes (jusqu'en 2012), Carquefou (2012-2016), SM Caen (depuis 2016-…).

Partager sur :