Surtitre
CDF. 1/16e de finale - Granville (N2) / Marseille (L1), vendredi 17 janvier à 21H05

Contre Marseille, le Caennais Jad Mouaddib va découvrir d'Ornano

Résumé

A l'occasion du 1/16e de finale de Coupe de France entre Granville et l'OM, Jad Mouaddib va fouler pour la première fois la pelouse de d'Ornano en compétition officielle. Un rendez-vous forcément particulier pour ce jeune milieu relayeur (20 ans), formé au Stade Malherbe et prêté cette saison à l'équipe de Johan Gallon.

Image
Entre Jad Mouaddib et la Coupe de France, c'est une véritable histoire d'amour qui est en train de naître à l'image de la qualification de l'USG au tour précédent où l'ex-Caennais a signé un but et une passe décisive.
Entre Jad Mouaddib et la Coupe de France, c'est une véritable histoire d'amour qui est en train de naître à l'image de la qualification de l'USG au tour précédent où l'ex-Caennais a signé un but et une passe décisive.
Corps

Quand il a accepté d'être prêté à Granville début septembre, Jad Mouaddib n'imaginait certainement pas vivre de telles émotions. "Le rapport à la Coupe de France dans le monde amateur est incroyable. L'engouement est exceptionnel. On sent toute une ville derrière nous. Quand on gagne, on ressent la fierté des gens autour de nous", s'enthousiasme-t-il. Entre la « Vieille Dame » et le milieu de terrain, c'est une véritable histoire d'amour qui est en train de naître. Une idylle qui a débuté il y a un an. C'est dans cette coupe nationale que ce fan d'Iniesta a connu son unique apparition avec les « grands » du Stade Malherbe. Rentré à un quart d'heure de la fin en 1/16e de finale face à Viry-Châtillon (R1), il avait clôturé la marque à la 90' (les « Rouge et Bleu » s'étaient largement imposés 6-0).

"C'est à d'Ornano que j'ai appris à aimer le foot. Alors y jouer l'Om, c'est un rêve de gosse"

"Marquer avec mon club formateur pour ma première avec les pros reste un souvenir formidable. Qui plus est dans une compétition qui me réussit bien". Et pour cause, Jad Mouaddib se montre déterminant quasiment à chaque sortie. Déjà buteur au 5e et au 8e tour contre le Val de Saire et à Plabennec, il a été l'un des principaux acteurs de la victoire des Maritimes à Versailles (2-1). Passeur décisif sur l'égalisation de Reda Lamrabette, le n°2 de l'USG, "le seul disponible à mon arrivée", rigole-t-il, a offert la qualification à son équipe en trouvant le chemin des filets à une vingtaine de minutes du terme.

Une romance qui va connaître un nouveau chapitre vendredi soir, face à Marseille. Pour la première fois dans sa jeune carrière, Jad Mouaddib, qui avait manqué les retrouvailles avec l'AG Caen, le club de ses débuts, au 7e tour, la faute à une suspension, va fouler la pelouse de d'Ornano en match officiel. Lui, le gamin de Caen, formé au Stade Malherbe depuis l'âge de 10 ans. "C'est dans ce stade que j'ai appris à aimer le foot. Alors affronter l'OM, un monument du foot français, dans un d'Ornano plein à craquer, c'est un rêve de gosse", ne cache pas celui qui a paraphé un contrat professionnel en 2019 avec le SMC (un an + deux en option).

Installé dans un rôle de milieu relayeur

"Le choix du cœur", explique le jeune homme fortement courtisé l'été dernier. Mais alors que ses perspectives de temps de jeu semblaient extrêmement réduites sous le maillot « Rouge et Bleu », Jad Mouaddib a donc validé l'idée d'un prêt à Granville. "Au départ, j'ai eu du mal. C'est pourquoi je suis arrivé si tard. Mais en prenant du recul, je me suis dit que le plus important à mon âge, c'était d'emmagasiner du temps de jeu, y compris dans une division inférieure. Je pense que jouer en N2, c'est mieux que de ne pas jouer en Ligue 2", résume le principal intéressé. Une démarche extrêmement rare pour un néo-professionnel qu'il conseille, aujourd'hui, à ses anciens partenaires de la réserve malherbiste.

"A Granville, j'apprends alors qu'avec la réserve, c'est moi qui guidais les autres"

"Le fait de grandir dans un groupe d'adultes t'apporte une expérience complètement différente. Au niveau de l'état d'esprit, ça te forge. Ici, mon statut n'est pas le même. Quand l'un de mes coéquipiers qui a 30 ans me crie dessus, je l'écoute. Je ne vais pas lui répondre. Certains de mes partenaires ont connu le monde pro, le National... A Granville, j'apprends alors qu'avec la réserve, c'est moi qui guidais les autres", explique le grand frère de Jaly (passé également par le centre de formation du SMC et évoluant, désormais, avec la réserve de Lille).

Un choix que Jad Mouaddib, séduit par le projet de jeu de Johan Gallon, ne regrette absolument pas. "Le plus important pour le coach, c'est d'avoir le ballon le plus longtemps possible. Et à la perte, de le récupérer le plus vite possible", détaille l'ex-Caennais, installé dans un rôle de relayeur au sein d'un milieu de terrain à trois qui fait la part belle aux créateurs avec aussi Tony Théault et Jordan Blondel. "On n'est peut-être pas les plus costauds (1,75 m pour 70 kg pour Jad Mouaddib) mais on fait un gros boulot défensif. Ce rôle me correspond parfaitement. Je ne suis ni défensif ni offensif. J'aime décrocher, être à la base du jeu mais aussi me projeter". Contre l'OM de Morgan Sanson, Valentin Rongier ou bien encore Boubacar Kamara, ce trio risque de ne pas manquer de travail.

> Coupe de France. 1/16e de finale - Granville (N2) / Marseille (L1), vendredi 17 janvier à 21 h 05 au Stade Michel-d'Ornano.

Partager sur :