Surtitre
A trois jours de la reprise de l'entraînement du Stade Malherbe

Chez les entraîneurs normands, Stéphane Moulin fait l'unanimité

Résumé

Dans trois jours, le SMC ouvrira un nouveau chapitre de sa riche et longue histoire avec à sa tête Stéphane Moulin comme coach. Tout au long de la semaine, FOOT NORMAND vous propose une série d'articles pour mieux connaître l'entraîneur mais aussi l'homme. Après l'analyse tactique de Stat Malherbe, nous avons interrogé plusieurs techniciens normands qui ont croisé sa route : Guillaume Gonel avec Dieppe, David Giguel avec le FC Rouen et Johan Gallon avec Granville.

Image
Après le match de Coupe de France contre Angers en janvier 2020, le Dieppois Guillaume Gonel avait partagé un moment avec Stéphane Moulin. ©FC Dieppe
Après le match de Coupe de France contre Angers en janvier 2020, le Dieppois Guillaume Gonel avait partagé un moment avec Stéphane Moulin. ©FC Dieppe
Corps

Pour la première fois de sa carrière, de joueur et entraîneur confondus, Stéphane Moulin (53 ans) s'apprête à exercer en Normandie. Pour autant, cette région mais surtout les équipes qui la composent ne lui sont pas totalement inconnues. Pendant ses dix années aux commandes d'Angers, le technicien originaire de Paris en a régulièrement croisé. Il y a tout d'abord ces confrontations contre le Stade Malherbe, sa nouvelle « maison », qui lui ont (très) souvent réussi. Si les « Rouge et Bleu » sont restés invaincus durant leurs deux saisons en commun avec le SCO en Ligue 2 (2V-2N), depuis la montée du club de l'Anjou en L1 en 2015, celui-ci est devenu une véritable bête noire pour le SMC avec un bilan de six défaites pour deux nuls sans oublier une élimination en 1/32e de finale de la Coupe de France.

"Quand N'Chobi est rentré, il a tout de suite prévenu son latéral que c'était notre joueur le plus rapide", David Giguel

Mais le Stade Malherbe n'est pas la seule formation régionale qu'il a martyrisé avec Angers. Au gré des différents parcours en coupe, Stéphane Moulin a défié Granville, Dieppe et le FC Rouen avec, à chaque fois, la même conclusion : un revers pour notre représentant normand. Et si aucun de « nos » clubs n'est parvenu à créer la sensation aux dépens du SCO, cela ne doit rien au hasard selon les coaches de ces équipes. "Il avait préparé son match, il ne l'avait pas pris à la légère, il avait visionné notre victoire face à Lens au 8e tour", témoigne Guillaume Gonel dont les Harengs avaient subi la loi angevine en 1/32e en janvier 2020 (3-1).

Son de cloche identique chez David Giguel, battu avec le FCR au tour suivant (4-1)"Contrairement à d'autres entraîneurs d'équipes professionnelles que j'ai affronté, Stéphane Moulin avait préparé son match hyper sérieusement. Il avait abordé notre rencontre comme si c'en était une de Ligue 1. De toute façon, il n'y a pas de secret, quand tu veux réaliser un exploit, il faut compter sur un relâchement en face", abonde le coach des « Diables Rouges » qui livre cette anecdote. "Il connaissait tous mes joueurs. Quand j'ai fait rentrer (Kader) N'Chobi, il a tout de suite prévenu son latéral que c'était le plus rapide de mon effectif". "Il est soucieux, professionnel, passionné par son boulot. On sent qu'il est proche de ses joueurs", enchaîne Guillaume Gonel.

Au-delà de ses compétences, une personnalité séduisante

Pour les techniciens normands que nous avons sondés, son parcours à la tête du SCO force le respect. "Les maintiens en Ligue 1, la finale de la Coupe de France (en 2017)... Tu ne restes pas dix ans en poste par hasard", fait remarquer Johan Gallon qui avait accroché Angers avec Granville en 1/32e en janvier 2017 (2-1). "Quand tu vois les résultats qu'il a obtenus et le contenu proposé avec un budget limité, c'est extraordinaire", rappelle David Giguel, désormais à Angoulême (N2). "Surtout que chaque saison, il était amputé de ses meilleurs joueurs". Au-delà de son professionnalisme et de ses compétences, c'est également la personnalité de Stéphane Moulin qui séduit.

"C'est Un entraîneur de projet qui a envie de construire. Ce n'est pas un homme de coup", Johan gallon

"En quittant le stade, on s'est retrouvé face-à-face, on a passé un moment ensemble. On a parlé de tout et de rien. Ce fut un super échange. Je n'ai pas du tout senti la différence entre les mondes professionnel et amateur. Il en est issu, il sait ce que c'est*. Il avait pris des renseignements sur notre club, depuis combien de temps j'entraînais, comment on fonctionnait avec les jeunes...", rapporte le coach dieppois qui ne tarit pas d'éloges à propos de son homologue caennais. "Il est accessible, humble, simple". Un sentiment partagé par David Giguel. "Il a été super avec nous. Idem pour l'ensemble de son staff. Personne ne se la raconte".

Pour Johan Gallon, ce comportement prouve "la qualité de l'homme". "On peut le constater à travers ses interventions à la TV, il ne s'invente pas un personnage. Il reste toujours le même". Tous sont convaincus de sa capacité à remettre le Stade Malherbe sur de bons rails. "C'est un entraîneur de projet qui a envie de construire. Ce n'est pas un homme de coup", décrypte l'ex-responsable de Granville. Pour Guillaume Gonel : "Il a réussi partout où il est passé. Si les dirigeants lui laissent le temps. Le navire a un bon capitaine". Les supporters caennais espèrent désormais que Stéphane Moulin conduira leur club favori à bon port.

*Avant de rejoindre Angers en 2005, Stéphane Moulin a entraîné pendant huit saisons Châtellerault en CFA.

Partager sur :