Surtitre
L1. J29 - SM Caen / Saint-Etienne : la conférence de presse

"Deux chances sur trois de ne plus être relégable en gagnant samedi"

Résumé

Désormais lancé dans une course pour accrocher la place de barragiste, le Stade Malherbe - de nouveau dans la zone rouge depuis le week-end dernier et sa défaite à Rennes - joue peut-être une grande partie de son avenir contre les « Verts » alors que dans le même temps Guingamp et Dijon se rencontrent à Roudourou. Des concurrents directs qui s'affrontent, des leaders qui déçoivent, des suspendus qui s'accumulent..., Fabien Mercadal est revenu sur tous ces thèmes en conférence de presse.

Image
Alors qu'il est contesté par une partie du public de d'Ornano, Fayçal Fajr reste aux yeux de Fabien Mercadal "un joueur important" du Stade Malherbe.
Alors qu'il est contesté par une partie du public de d'Ornano, Fayçal Fajr reste aux yeux de Fabien Mercadal "un joueur très important" du Stade Malherbe.
Corps

La course au barrage

"Une chance de se maintenir direct si une équipe s'effondre"

"Compte tenu du match entre Guingamp et Dijon, en gagnant contre Saint-Etienne, on a deux chances sur trois de ne plus être relégable. Dans cette dernière ligne droite, il faut arriver à mettre en place une union sacrée. On doit tous se retrouver autour d'une cause commune : joueurs, staff et bien évidemment nos supporters. On espère qu'ils seront comme contre Paris. On compte sur notre 12e homme. Un maintien direct sans passer par le barrage ? On a peut-être une chance de l'accrocher si une équipe s'effondre. Est-ce que ça va se produire ? Monaco (17e), Amiens (16e), Toulouse (15e) ? Je n'y pense pas. Ils ont quand même quelques points d'avance (le Stade Malherbe accuse sept points de retard sur le premier non-relégable)".

Des leaders en berne

"Ils se sont tellement investis qu'une forme d'usure est apparue"

"Parmi les joueurs que vous me citez (Paul Baysse, Prince Oniangué, Fayçal Fajr, Claudio Beauvue et Yacine Bammou), si certains sont moins performants actuellement, peut-être qu'il y a une explication. Pendant une partie de la saison, ils ont répondu présents. Maintenant, ils se sont peut-être tellement investis qu'une forme d'usure est apparue. Il y a des blessures pour certains, des méformes pour d'autres. Quand tu traverses ces périodes, il faut être capable de mettre son ego de côté pour le bien du collectif. Car chacun pourrait faire son petit caprice dans son coin. Je pense qu'avec le staff, on a montré l'exemple depuis l'arrivée de Rolland (Courbis). Après, un leader, ça vit, ça bouge. Certains peuvent se révéler pendant que d'autres perdent un peu ce statut. Romain Genevois ? Je considère que c'est un leader. Il a l'expérience et les attitudes pour".

Le rôle de Fayçal Fajr

"Fayçal reste un joueur très important de l'équipe"

"Fayçal est le parfait exemple d'un garçon qui s'est terriblement investi. Et dans ces cas-là, parfois, tu te fatigues, tu perds un peu de maîtrise. Je me suis retrouvé aussi dans ce cas de figure, comme mon staff. Il n'est pas question de faire pleurer sur notre sort mais à un moment, on a eu l'impression d'avoir trop bossé. Dans ces moments-là, il faut être capable de prendre du recul. Ses signes d'agacement ? Il a tellement envie que l'équipe réussisse qu'il peut avoir ces gestes. Je rappelle que depuis le début de la saison, Fayçal est un joueur très important de l'équipe et il le reste".

L'accumulation de suspendus(1)

"Contre Rennes, Yoël est expulsé après avoir commis une faute"

"Pour les équipes dans notre situation, c'est une récurrence. Maintenant, il faut analyser les cartons. Les deux matches qu'a pris Alex (Djiku), c'est plus que sévère. Contre Rennes, Yoël (Armougom) est expulsé après avoir commis, en fait, une faute à la médiane. Certes, elle est idiote. Mais après avoir revu le match, sur les deux autres actions où il est sanctionné, il ne touche même pas l'adversaire. Quand tu es 18, 19e, tu es arbitré comme une équipe mal classée et c'est humain. Lors d'une réunion qu'on a eue, on nous a clairement expliqué qu'un arbitre peut plus facilement se permettre de faire une erreur face à Caen que contre Lyon (référence à la conférence qu'a donnée Tony Chapron, le 15 janvier, dans le cadre des « Rencontres Malherbe »). Ça ne me choque pas. On le sait. C'est une donnée qu'il faut appréhender. A nous d'être plus malin. On ne l'est pas assez".

(1)Avec six cartons rouges pour 54 jaunes, le Stade Malherbe occupe l'avant-dernière place du classement du fair-play. Contre Saint-Etienne, les « Rouge et Bleu » seront privés de Casimir Ninga et Yoël Armougom, tous les deux suspendus.

La confrontation contre Saint-Etienne

"Marquer le deuxième but pour tuer les matches"

"Est-ce que Saint-Etienne est bon à prendre(2) ? Vu notre classement, ça serait prétentieux de le dire. On a bien abordé le match contre le PSG mais ça n'a pas suffi. La même chose à Rennes mais on a été malheureux (référence à l'expulsion de Yoël​ Armougom​​​​​​). On va tenter de tout mettre dans la balance et de ne pas être malheureux. Je ne demande pas à ce qu'on nous aide mais je ne veux pas qu'on nous enlève des forces. Depuis le début de la saison, on a souvent ouvert le score. On manque parfois de maîtrise. Il faut qu'on réussisse à marquer le deuxième but pour tuer les matches".

(2)Alors qu'ils se présenteront à d'Ornano fortement diminués avec les absences de Wahbi Khazri et Mathieu Debuchy (suspendus), Loïc Perrin, Kévin Monnet-Paquet, Gabriel Silva, Yannis Salibur et Loïs Diony (tous à l'infirmerie), les « Verts » restent sur une série de trois défaites lors des quatre dernières journées mais contre le PSG, Marseille et Lille.

> L1. J29 - SM Caen (19e - 20 points) / Saint-Etienne (6e - 43 points), samedi 16 mars à 20 heures au stade Michel-d'Ornano.

Partager sur :