Surtitre
Match de préparation. SM Caen (L2) - Quevilly-Rouen (N1) 2-0

Jason Ngouabi, le cadet du Stade Malherbe ne fait pas son (jeune) âge

Résumé

« A toute chose, malheur est bon », dit le dicton. Alors que le mercato du Stade Malherbe se trouve toujours au point mort suite à l'encadrement de sa masse salariale par la DNCG, le coach Pascal Dupraz lance des jeunes néo-pros dans le grand bain. Certains n'ont pas l'intention de laisser passer cette opportunité à l'image de Jason Ngouabi (17 ans). S'il convient de rester mesuré pour un joueur qui n'est pas encore majeur, ce longiligne défenseur central constitue l'une des satisfactions de ce premier mois de préparation. Son ancien éducateur chez les U19, Michel Rodriguez nous en dévoile un peu plus sur ce garçon, présenté comme un solide espoir à son poste.

Image
Jason Ngouabi peut afficher un large sourire. Titulaire d'un contrat « pro » depuis le mois d'octobre 2019, le défenseur central constitue l'une des satisfactions de ce premier mois de préparation. ©Damien Deslandes
Jason Ngouabi peut afficher un large sourire. Titulaire d'un contrat « pro » depuis le mois d'octobre 2019, le défenseur central constitue l'une des satisfactions de ce premier mois de préparation. ©Damien Deslandes
Corps

"Jason est assez bluffant". La veille de la confrontation contre QRM, Pascal Dupraz n'a pas caché sa satisfaction par rapport au comportement de Jason Ngouabi. Il faut dire que le cadet de l'effectif « Rouge et Bleu », du haut de son 1,97 m, ne manque pas d'aplomb malgré son jeune âge (17 ans, né le 16 janvier 2003). En témoigne, l'ouverture du score caennaise (57') dont il est à l'origine en venant créer un surnombre au milieu puis en enchaînant avec un renversement en direction de Kelian Nsona (voir la vidéo ci-dessous). "Avant, Jason était un peu passif sur le terrain. Il avait tendance à réagir. Aujourd'hui, il est beaucoup plus actif. C'est lui qui prend l'initiative. Je demande toujours à mes défenseurs d'influencer et de décider ce qu'ils veulent imposer", souligne Michel Rodriguez qui l'a eu sous ses ordres toute la saison dernière avec les U19. Le message a visiblement été entendu.

"jason a bien absorbé et corrigé. A partir de janvier, il s'est affirmé. C'est devenu un arrière fiable"

Un exercice 2019-2020 qui semble avoir agi comme un révélateur. "Au début, Jason n'a pas réalisé que des bonnes performances. Il découvrait cette catégorie. Il nous a d'ailleurs coûté quelques buts mais on a senti un garçon à l'écoute, qui progressait. Durant son apprentissage, il a bien absorbé et corrigé", analyse l'ex-éducateur du Stade Malherbe. "On a continué de l'aligner. Et il nous a donné raison. A partir de janvier, il s'est affirmé. Sur le premier trimestre de l'année 2020 (jusqu'à l'arrêt des compétitions à cause de la pandémie de Covid-19), c'est devenu un arrière fiable".

Depuis la reprise le 22 juin, ce longiligne défenseur central, avec une préférence pour l'axe droit, confirme une partie de l'immense potentiel que ses formateurs ont décelé chez lui. Un potentiel qui n'a pas échappé non plus aux radars de la FFF. Avec les équipes de France U16 et U17, il compte déjà une douzaine de sélections. Comme tous les talents issus de la région parisienne débarqués à Venoix, Jason Ngouabi, qui évoluait aux Mureaux, a été repéré par Djibi Diao. Dès 2015, il a posé ses valises au centre de formation du SMC. Quatre ans plus tard, il signait son premier contrat professionnel (il est lié jusqu'en 2023)... à 16 ans et dix mois ! Dans l'histoire du club normand, seuls Mbaye Niang et son actuel coéquipier Johann Lepenant se sont révélés plus précoces.

Une simple étape intermédiaire avec la réserve en N2 ?

Bien sûr, lors de ses deux périodes disputées face au PFC* et QRM, tout n'a pas été parfait à l'image de cette perte de balle dans le rond central débouchant sur une contre-attaque quevillaise. "Il lui reste un bon bout de chemin à parcourir", souffle Michel Rodriguez. "C'est un jeune qui a été habitué dans les catégories antérieures à régler beaucoup de problèmes grâce à ses qualités intrinsèques. Sauf qu'au bout d'un moment, vous ne pouvez plus vous reposer dessus", prévient celui qui est désormais à la tête des U17 de Montpellier. "Jason a une excellente base de travail. On est sur du réglage avec lui. Il est globalement bon dans de nombreux domaines mais pour exister à haut niveau, il doit progresser dans chacun d'entre eux". Jeu de tête, technique balle aux pieds, lecture du jeu...

"Les conseils de Weber et de Rivierez vont lui permettre de franchir un palier"

Avant de poursuivre : "C'est un joueur complet qui gagnerait à être un peu plus méchant dans le bon sens du terme. Il n'a pas encore en lui ce côté « aimer défendre à tout prix ». Il va falloir se montrer patient et compréhensif avec lui". Rien de plus normal pour un « gamin » qui n'a aucun match officiel en seniors, y compris avec la réserve, dans les jambes ! "S'il arrive à s'imposer en N2 (où la B caennaise été promue), ça sera déjà une bonne étape pour lui. Mais ça risque de ne pas être aussi simple. Maintenant, s'il reste sur la même dynamique, il ne devrait pas trop s'y attarder".

D'autant plus que cette préparation effectuée avec le groupe professionnel est censée accélérer sa progression. "En étant au contact d'un Anthony Weber et d'un Jonathan Rivierez, il va recevoir des conseils pour le très haut niveau. Ce sont ces conseils-là qui vont lui permettre de franchir un palier. Surtout que comme je l'ai déjà dit avant, Jason possède une grande capacité d'écoute et à absorber", répète Michel Rodriguez. Alors que le mercato demeure toujours une inconnue pour le Stade Malherbe, Jason Ngouabi apparaît, aujourd'hui, sur le papier, comme le quatrième choix pour composer la charnière centrale normande, derrière Anthony Weber, Jonathan Rivierez et Younn Zahary. Il n'appartient qu'à lui de bousculer cette hiérarchie. Peu importe son âge.

*Contre le Paris FC, lors du premier match de préparation, Jason Ngouabi, titulaire en seconde période, est sorti à la 73', remplacé par Aloys Fouda.

Partager sur :