Surtitre
L'ancien coach de Saint-Lô va mener un nouveau projet dans la Manche

À l'ES Coutances, Mickaël Derouet veut s'inscrire sur la durée

Résumé

Incontournable dans la région depuis de nombreuses années maintenant, Mickaël Derouet a récemment quitté son poste au FC Saint-Lô où il occupait, entre autres, le poste d'entraîneur de l'équipe fanion aux côtés de son ami de toujours Yann Mesnil-Letellier. En mai, le Manchois de 40 ans s'est alors engagé à l'Entente Sportive Coutançaise et se trouve au-devant d'un nouveau projet très emballant. Outre la fonction de coach du groupe premier en Régional 2, l'ancien flérien espère apporter sa pierre à l'édifice au sein d'un club où les possibilités de développement sont nombreuses.

Image
Mickaël Derouet pose ici sous ses nouvelles couleurs. L'ancien du FC Flers va désormais tenir les rênes de l'Entente Sportive Coutançaise avec l'ambition, à termes, de faire monter l'équipe A en Régional 1. ©Wilfried Ledoyen
Mickaël Derouet pose ici sous ses nouvelles couleurs. L'ancien du FC Flers va désormais tenir les rênes de l'Entente Sportive Coutançaise avec l'ambition, à termes, de faire monter l'équipe A en Régional 1. ©Wilfried Ledoyen
Corps

Comme tous les entraîneurs de cette chronique qui ont troqué leur tablier pour un autre au printemps, la dernière aventure en date de Mickaël Derouet s'est conclue assez tristement. C'est-à-dire loin des terrains. Alors qu'il formait un duo avec son ami Yann Mesnil-Letellier sur le banc du FC Saint-Lô depuis deux saisons, l'ancien joueur de Torigny n'aura pas pu boucler une saison entière dans ces dispositions. "J'étais en CDI à Saint-Lô et c'est moi qui ai décidé de quitter le club", explique celui qui a vu l'ancien joueur Granvillais Matthieu Chevreau lui succéder sur le banc du FCSL. "En plus de la N3, j'étais responsable d'une section sportive au lycée et aussi en charge d'un pôle de préformation donc j'ai toujours eu plusieurs casquettes. J'ai appris en février qu'on devait me basculer sur d'autres fonctions plus centrées sur la formation des jeunes. Ça aurait pu m'aller mais je n'ai pas trop aimé la forme, tout simplement. J'ai préféré trouver un autre challenge ailleurs".

"J'ai préféré trouver un autre challenge ailleurs"

Si les raisons profondes de son départ ne regardent au final que lui, Mickaël Derouet n'a pas tardé à rebondir et son souhait de rester dans la Manche a tout à la fois été exaucé. Le voilà en effet sous contrat avec l'ES Coutances, club manchois de plus de 400 licenciés. Là-bas, il vient de reprendre en main l'équipe fanion engagée en Régional 2 alors que l'entraîneur d'alors Michael Barré a fait le choix de laisser la main. Un Mickaël en chasse un autre, en somme.

"J'ai eu la possibilité d'entraîner à un niveau proche de celui de Saint-Lô", confesse l'ex-entraîneur de Flers. "Les dirigeants de Coutances m'ont rencontré et je leur ai vite signifié que la seule équipe de R2 ne m'intéressait pas. Ce que je préfère, c'est structurer et continuer le développement. J'estimais qu'au niveau de Coutances, il y a un vrai vivier de jeunes et de réelles possibilités d'évoluer plus haut pour l'équipe première. Tout un ensemble qui a fait pencher la balance". À l'ESC, Mickaël Derouet porte ainsi une casquette d'entraîneur général et a en charge l'articulation complète du club. Il travaille par ailleurs en liens étroits avec le directeur sportif Cyrille Bouvattier. "Je gère la R2 mais je chapeaute aussi tous les seniors, ce qui inclue aussi la R3 et la D1", précise l'intéressé. S'il effectuera moins d'heures qu'à Saint-Lô, en tout cas dans un premier temps, le technicien manchois se réjouit du défi qui lui est proposé.

Une nouvelle ère commence pour l'ES Coutances

Affublé d'un joli CV qui l'a vu coacher au cinquième et au sixième échelon notamment, Mickaël Derouet arrive à Coutances avec ambition mais cela ne signifie pas que l'équipe première va brutalement revoir ses objectifs à la hausse. "Je pense que ce club peut évoluer à un niveau supérieur, il en a les capacités mais à moyen terme", confie le coach. "Mais je ne me fixe pas d'emblée un objectif de montée la saison prochaine, j'ai un groupe vraiment très jeune. Je pense toutefois que si on travaille correctement, en prenant le temps et en se montrant patient, le club pourra envisager aller chercher l'étage au-dessus". Dans son discours, l'ancien d'Agon-Coutainville n'y va d'ailleurs pas par quatre chemins : s'il a signé à Coutances, c'est pour opérer sur la durée. "J'espère m'inscrire sur du long terme, je crois vraiment en ce club et aux personnes très dynamiques qui y œuvrent".

"Ce club peut évoluer à un niveau supérieur"

Lors de la 2021-2022 qui s'annonce par ailleurs, l'apparition de Mickaël Derouet ne sera pas la seule nouveauté pour les suiveurs de l'ESC. "Les matches de la première auront lieu le samedi soir", se réjouit l'entraîneur. "Ça faisait 25 ans qu'un éclairage était attendu sur le terrain d'honneur, c'est désormais chose faite. Tout ceci peut selon moi dynamiser encore le club, et qui sait, pourquoi pas la ville de Coutances également ?"

Enfin, quand il évoque sa méthode, celui qui a souvent été loué pour sa faculté à faire passer aisément ses idées reste sur le même discours. Un discours qu'il fonde d'ailleurs sur quatre principes essentiels. "J'arrive avec mes quatre objectifs", expose le coach de 40 ans. "La formation d'abord, l'appartenance à la structure, l'accompagnement sportif dans le scolaire et évidemment la performance afin de pouvoir évoluer au niveau que demande la structure. On est tous conscient à Coutances qu'on peut encore améliorer le club pour arriver au même niveau que d'autres qui nous sont supérieurs à l'instant T". Ce qui ressort de ce discours teinté d'optimisme, c'est en tout cas la certitude que de nouvelles idées viennent désormais accompagner l'institution manchoise. Et Mickaël Derouet croit dur comme fer en son nouveau club. "Avec une belle méthodologie et une belle dynamique, on peut faire de belles choses", conclut-il. Pour sûr, on gardera un œil attentif sur l'évolution prochaine de l'ES Coutances.

De beaux souvenirs au FC Saint-Lô

Le chapitre du FC Saint-Lô est donc désormais clos pour celui qui y a évolué comme joueur et entraîneur. "Je garderai de bons souvenirs, évidemment, et je compte rester en contact avec les bonnes personnes", confie le technicien. "Par exemple, j'ai reçu ces derniers jours un message qui m'a beaucoup touché de la part de mon ancien joueur Tony Lambard qui m'annonçait qu'il était papa pour la première fois d'un petit Nino. Je suis très heureux pour lui". Il est à noter, par ailleurs, que son désormais ancien collègue à la tête de la N3 saint-loise Yann Mesnil-Letellier n'a quant à lui pas quitté le club. Si Matthieu Chevreau a pris seul les rênes de l'équipe première, l'ami de longue date de Mickaël Derouet est resté chez les Préfectoraux en qualité de manager général.

RENDEZ-VOUS LA SEMAINE PROCHAINE POUR DECOUVRIR UN AUTRE ENTRAÎNEUR NORMAND RÉCEMMENT INTRONISÉ.

À LIRE EGALEMENT :

► VILLERS-HOULGATE ENCLENCHE UN NOUVEAU CYCLE AVEC DRAMANE DILLAIN
► CEDRIC AMPTIL S'ATTAQUE AU MONDE DES SENIORS DU CÔTÉ DE PAVILLY
► OLIVIER JOBA DE RETOUR PAR LA PORTE BAYEUSAINE
► AVEC YANN HUG AUX MANETTES, BOLBEC ENTEND BIEN MONTER EN RÉGIONAL 1
► DUCEY-ISIGNY (R1) RENFORCE SON BANC AVEC L'ARRIVÉE DE LAURENT LESGENT
► VALENTIN CHAUFRAY PASSE DES FÉMININES DE BRIOUZE À CELLES DE L'AG CAEN
► KHALID FATMAOUI, NOUVEL HOMME FORT DE L'AL DÉVILLE-MAROMME
► À 23 ANS, OCÉANE VERROLLE ENTRAÎNERA LA RÉSERVE DE DIVES-CABOURG 
► YACINE SI SALEM PREND LES RÊNES DE CAUDEBEC SAINT-PIERRE

Aurélien RENAULT

Partager sur :