Surtitre
L'ancien coach saint-lois retrouve le National 3 et succède à Matthias Le Gall

Olivier Joba de retour par la porte bayeusaine

Résumé

En quête d'un renouveau sportif après le départ annoncé de Matthias Le Gall, le Bayeux FC s'est trouvé un nouvel entraîneur en la personne d'Olivier Joba, un nom bien connu pour les suiveurs du football normand. Le technicien manchois qui a notamment tenu les rênes du FC Saint-Lô quinze années durant va reprendre place sur le banc d'une équipe senior et a la ferme intention d'offrir à sa nouvelle formation l'impulsion qu'elle n'avait pu prendre cette saison en National 3 à cause d'un départ raté et d'une saison blanche finalement décrétée.

Image
Alors qu'il n'imaginait pas se relancer dans une aventure à la tête d'une équipe sénior, Olivier Joba va reprendre cet été les rênes du Bayeux Football Club.  ©BFC
Alors qu'il n'imaginait pas se relancer dans une aventure à la tête d'une équipe sénior, Olivier Joba va reprendre cet été les rênes du Bayeux Football Club. ©BFC
Corps

Dans le microcosme qu'est le football régional normand, la nomination d'Olivier Joba au poste d'entraîneur du Bayeux FC a été une vraie surprise. S'il se murmurait que le club du Bessin voulait davantage d'expérience sur son banc après les deux saisons passées comme coach par Matthias Le Gall, 34 ans, la venue de l'ancien Saint-Lois a surpris beaucoup de monde. À commencer par...lui-même. "J'avais dit que je ne reprendrais jamais une équipe sénior, je m'épanouissais avec les jeunes du SM Caen, mais bon voilà la preuve qu'il ne faut jamais dire jamais", admet le technicien de 58 ans. "Quand Bayeux est venu vers moi pour me proposer de reprendre l'équipe première, je me suis donné un peu de temps, je me suis renseigné et, petit à petit, l'idée a fait son chemin". L'adrénaline de la compétition manquait finalement trop au natif de Caen pour refuser l'offre.

"J'arrive avec un héritage assez conséquent et intéressant"  

S'ił na pas dit oui tout de suite, c'est aussi parce qu'Olivier Joba s'était découvert une vraie passion du côté du Stade Malherbe Caen où il encadrait les U13 depuis quelques saisons : "J'aime beaucoup l'insouciance des jeunes. J'avais un public excellent depuis un moment, motivé et d'un niveau de jeu qui frisait l'excellence. Faire progresser des joueurs à l'écoute et qui débordent d'envie, quand on est en séance, c'est très plaisant".

Passé par Ouistreham (cinq saisons) puis l'USON Mondeville (une saison), le nouveau coach bayeusain fut surtout un joueur émérite de l'US Avranches de son plus jeune âge jusqu'à ses 28 ans. "J'y ai fait ma jeunesse et tout mon lycée avant de rejoindre Saint-Lô", se souvient-il. Un parcours qui a fait de lui un technicien renommé et apprécié dans la région. Et s'il a été éloigné du monde des séniors durant cinq saisons, Olivier Joba revient avec beaucoup d'appétit sans toutefois vouloir renverser la table et surtout avec une pensée pour le travail accompli par son prédécesseur. "J'arrive avec un héritage assez conséquent et intéressant, l'entraîneur en poste depuis deux ans Matthias Le Gall a laissé un bon souvenir à bien des personnes ainsi qu'un bon niveau sportif". Habitué à faire l'ascenseur, le Bayeux FC va cependant devoir passer un cap pour s'assurer des lendemains plus sereins. 

Un seul objectif en 2021/2022 : le maintien

Le maintien, qui sera forcément la mission première d'Olivier Joba, ne sera certainement pas simple à accrocher. Promu cette saison puis maintenu à l'heure où la saison blanche a été décrétée, le groupe que l'entraîneur manchois va reprendre en main sera en quête de repères après un début d'exercice  2020/2021 irrespirable (5 nuls et 1 défaite en 6 matchs). Un groupe qui a d'ailleurs déjà vu les départs de Mathieu Jouenne et Samuel Hervieu, partis du côtés de La Maladrerie (R1), en plus de ceux de Rodrigue Serin et de l'ex-Granvillais Paul Aubel. "Il y aura certainement quelques nouveaux joueurs mais il faut un équilibre", glisse le nouveau coach. "Malgré les progrès de l'équipe, j'ai identifié les manques. Nous possédons aussi des joueurs de qualité. J'ai commencé à activer mes réseaux, nous avons droit à six mutés, mais il faut six joueurs qui apportent quelque chose, on ne prendra pas six joueurs pour faire le nombre.

"Le National 3, ce n'est pas du foot loisir"  

S'il va finir son année scolaire avant de pleinement se pencher sur le BFC (Olivier Joba est professeur d'EPS au collège Jean Moulin de Caen), le coach a en amont la main sur la construction de son effectif et sur l'identité des renforts. "C'est bien Olivier Joba qui mènera le recrutement", assurait d'ailleurs le président Romaric Meslin sur notre site voilà quelques jours. "Il a déjà une excellente connaissance de l'équipe, ce qui m'a surpris !"  

S'il rêve de "prôner un jeu offensif", Olivier Joba reste évidemment conscient que le rapport de force primera avant tout. Et alors que l'équipe future reste en construction, l'ancien Avranchinais a d'ores et déjà annoncé la couleur à ses postulants : "le National 3 n'est pas du foot loisir, il faudra construire une équipe compétitive afin qu'on puisse s'amuser dans ce championnat". Alors qu'il ne devrait pas y avoir beaucoup d'autres départs, il restera à connaître l'identité des nouvelles recrues. Le coach assurant "recevoir beaucoup de demandes", les noms et profils des futurs joueurs devraient offrir de premières indications sur l'orientation que prendra l'équipe du Bessin. Tandis qu'il prendra officiellement ses fonctions le 1er juillet prochain, Olivier Joba savoure néanmoins déjà son retour aux affaires et conclut : "Le défi proposé est passionnant !"

RENDEZ-VOUS LA SEMAINE PROCHAINE POUR DECOUVRIR UN AUTRE ENTRAÎNEUR NORMAND RÉCEMMENT INTRONISÉ.

À LIRE EGALEMENT :

 VILLERS-HOULGATE ENCLENCHE UN NOUVEAU CYCLE AVEC DRAMANE DILLAIN
 CEDRIC AMPTIL S'ATTAQUE AU MONDE DES SÉNIORS DU CÔTÉ DE PAVILLY

 

Aurélien RENAULT

Partager sur :