Michel Rodriguez : "Je me suis engagé dans un autre projet"

Corps

Recruté il y a trois ans (en 2017), à l'époque par le duo Xavier Gravelaine - Francis De Taddeo, en provenance du FC Rouen pour succéder à Frank Dechaume à la tête des U19, Michel Rodriguez (41 ans) ne poursuivra pas l'aventure avec le Stade Malherbe. En fin de contrat, le technicien originaire de Montpellier, qui vient d'obtenir son diplôme pour diriger un centre de formation (Brevet d'entraîneur  formateur de football), a décidé de donner une nouvelle orientation à sa carrière. Une destination qu'il n'a pas souhaité communiquer.

En fin de contrat au 30 juin, vous n'accomplirez pas une quatrième saison consécutive au sein du centre de formation du Stade Malherbe...

"Je me suis engagé dans un autre projet. J'ai communiqué ma décision au président (Fabrice Clément) à la mi-mars. J'avais parlé à mes dirigeants de ma situation. Déjà, la saison dernière, j'aurais pu partir mais je voulais continuer dans le projet du club. Cette année, j'ai attendu, une fois, deux fois, trois fois... Comme je n'ai rien vu venir, j'ai commencé à écouter les propositions reçues de l'extérieur. Tu discutes et puis à un moment, tu tombes d'accord. Même si je sais que c'est inhérent à notre métier, je ne voulais pas me retrouver du jour au lendemain à devoir déménager ou même à me retrouver sur le carreau. Je suis papa de trois garçons".

Que retiendrez-vous de ces trois saisons passées à Caen ?

"J'ai attendu... Comme je n'ai rien vu venir, j'ai commencé à écouter les propositions de l'extérieur"

"Quand je suis arrivé il y a trois ans, je n'avais pas beaucoup d'expérience. Aujourd'hui, je suis un entraîneur plus aguerri. Les résultats ont facilité mon intégration. Ça m'a permis de gagner en crédibilité auprès des jeunes joueurs. J'ai connu beaucoup d'émotions. Je me suis attaché au club. Ce n'est pas évident de le quitter. J'aimais mes conditions de travail, mes enfants se plaisaient en Normandie. Avec mon passé au FC Rouen*, ça représente dix ans de ma vie. J'ai tissé des relations particulières avec mes joueurs, j'ai noué des relations avec mes collègues, avec mon staff, mon adjoint, Romain (Leroux). Il y a trois ans, je ne le connaissais pas et aujourd'hui, c'est mon ami. J'avais beaucoup de choses pour être heureux".

Et sur le plan sportif ?

"Ma première saison, on a terminé premier de notre poule ; ce qui n'était plus arrivé au club depuis 20 ans (depuis l'an 2000). Mais je pense que l'exploit, on l'a réussi la deuxième saison en terminant de nouveau premier avec un record de victoires qui sera, je pense, compliqué à aller chercher (23 en 26 journées). C'est le groupe qui a permis d'entretenir cette dynamique. Le seul regret, c'est de ne pas avoir été champion de France la première année. Sur cette finale, on méritait mieux (défaite 1-0 contre Montpellier). La deuxième année, on a été éliminés en demies aux penalties (toujours face à Montpellier, 2-2, 5-4 tab). D'ailleurs, cet exercice ne nous a pas souri. Pour l'anecdote, on a été éliminés trois fois de suite en Gambardella aux tirs au but".

*Comme joueur tout d'abord (2010-2014) puis comme manager général et entraîneur.

Cinq autres éducateurs en fin de contrat

Outre Michel Rodriguez, cinq autres éducateurs du centre de formation du Stade Malherbe se trouvent en fin de contrat au 30 juin : Romain Leroux (entraîneur-adjoint des U19 nationaux et responsable de la scolarité), Matthieu Ballon (entraîneur des U17 nationaux), Manu Lepresle (préparateur physique), Julien Lecoq (préparateur physique) et Yann Chevallier (entraîneur des gardiens des U17). Selon nos informations, aucun d'entre eux n'a, à ce jour, prolongé. Fabrice Vandeputte (entraîneur de la réserve), Nicolas Seube (entraîneur-adjoint de la réserve), Cédric Hengbart (entraîneur-adjoint des U17 nationaux) et Sébastien Moncé (entraîneur des gardiens de la réserve et des U19 nationaux) sont, eux, toujours liés avec le club caennais pour l'exercice 2020-2021.

Partager sur :