Surtitre
Le pensionnaire de Régional 3 vit pour l'heure un début de saison idéal

Toujours debout en Coupe, la JS Saint-Nicolas défie les pronostics

Résumé

Parmi les trois Petits Poucets normands de Régional 3 encore en lice au 6e tour de la Coupe de France, la JS Saint-Nicolas-d'Aliermont Béthune vit un début de saison rêvé. Toujours invaincus en championnat, indomptables en coupe, les hommes de Cyril Delahaye sont sur leur nuage. Alors qu'il sera opposé au CMS Oissel (N3) au prochain tour, le club seinomarin, en pleine reconstruction, espère qu'il ne sera pas contraint de reposer les pieds sur terre de sitôt.

Image
Lors de leur succès sur la pelouse de l'Athléti Caux FC, les joueurs de Saint-Nicolas étaient accompagnés dans leur allégresse par des supporters venus à bord de deux autocars. ©JSSNAB
Lors de leur succès sur la pelouse de l'Athléti Caux FC, les joueurs de Saint-Nicolas étaient accompagnés dans leur allégresse par des supporters venus à bord de deux autocars. ©JSSNAB
Corps

Dans leurs tuniques jaune et noir, en ce début d'automne, ils piquent comme des guêpes et se révèlent aussi solidaires qu'un essaim d'abeilles. Ils, ce sont les joueurs de la JS Saint-Nicolas-d'Aliermont Béthune, un nom à rallonge comme l'est d'ailleurs le séjour qu'ils s'offrent pour l'heure dans la 105e Coupe de France de l'histoire. Modestes pensionnaires de Régional 3, les hommes de Cyril Delahaye seront en effet de la partie au 6e tour dans une semaine (30-31 octobre). Une performance à ne pas banaliser. "Voir nos joueurs et nos supporters aussi heureux après la qualification, ça a été une grande joie pour l'ensemble du club", confie le président et ex-joueur de l'équipe Loic Beaucamp*. Entrés en lice le 22 août à Grèges, pensionnaire de Départemental 2 (5-1), les joueurs de St-Nicolas se sont sortis dimanche d'un affrontement entre clubs de R3 dimanche sur la pelouse de l'Athleti-Caux. Avec maîtrise. Vainqueur 3-1, le club situé au sud-est de Dieppe n'a clairement pas volé sa qualification.

"C'est une grosse bande de copains, c'est même plutôt une famille, on peut le dire", Cyril Delahaye, Entraîneur

Cette aventure en Coupe de France tombe à point nommé pour un club en quête de nouveaux repères après n'avoir pas forcément été pleinement à la fête ces derniers mois. "Lors de la première année du Covid, nous étions en Régional 2, nous n'avions même pas affronté chaque équipe de notre groupe mais avec l'interruption de la saison, on s'est retrouvé relégué aux ratios", rappelle le président. Une issue cruelle pour la JSSNAB qui a donc dû affronter une vingtaine de mois d'incertitudes sportives et structurelles avec en plus une descente à digérer. "Cette période aura été tellement spéciale et exceptionnelle, qu'on a fait avec. En vouloir à telle ou telle personne n'aurait servi à rien. Notre priorité, c'était de reconstruire".

Différée d'un an, toujours à cause de la pandémie, l'étape de la restructuration de la JS Saint-Nicolas a donc pleinement démarré au sortir de l'été passé. Pour l'heure, en plus d'être invaincus en championnat (2V-2N), les footballeurs seinomarins sont donc exemplaires en Coupe de France. Arrivé pour relancer la machine après avoir coaché les U18 du club, l'entraîneur Cyril Delahaye savoure : "C'est une certaine émotion, c'est ma première année en tant que n°1 à ce poste. Pour moi, c'est tout nouveau. J'ai un vrai groupe à l'écoute". Âgé de 38 ans, l'ex-gardien de but du club est aussi un ancien partenaire de la majorité des joueurs qu'il entraîne chaque semaine. Aujourd'hui, il se réjouit de la vitesse à laquelle son équipe a su trouver son rythme de croisière. "Il y a une vraie identité au club, avec une majorité de joueurs formés ici", clame-t-il. "C'est une grosse bande de copains, c'est même plutôt une famille, on peut le dire".

Une armada pour l'heure invincible et sans pression sur les épaules

Les saisons et les exploits ont beau s'enchaîner, la Coupe de France surprend à chaque tour par sa capacité à fédérer chaque club avec sa ville ou son quartier. À Mannevillette dimanche, c'est tout un peuple qui a fait le déplacement pour soutenir ses joueurs. "J'ai été très ému", reconnaît Loic Beaucamp. "On a réussi à fédérer tout un club autour d'un seul match. On est parti dans un bus de 35 places et on savait qu'à midi, il y avait deux bus de 65 personnes qui prenaient la route avec nos supporters. On s'est tous réuni pour faire la fête avec notre kop composé de gamins du club, tous vêtus de jaune et de noir". Alors qu'il avait connu les émotions d'un parcours en coupe en tant que joueur à Luneray, le président le découvre sous un autre angle. "Honnêtement, c'est tout aussi savoureux", glisse-t-il. "Je me mets à la place des joueurs quand ils sont rentrés sur le terrain. Ça a été un moment extrêmement émouvant quand ils ont vu tous ces gens. Comme ils me le disaient, ils avaient le poil qui se hérissait tant l'émotion était forte. C'est vrai pour un joueur mais c'est tout aussi comparable pour un dirigeant !"

"Les joueurs avaient le poil qui se hérissait tant l'émotion était forte", Loic Beaucamp, président 

Naguère pensionnaire éphémère de Régional 1 lorsqu'on parlait encore de Division d'Honneur, la JS Saint-Nicolas vient de s'inviter à un 6e tour de Coupe de France pour la quatrième fois de son histoire. Un bel exploit. La dernière fois, en 2016-2017, l'aventure avait malheureusement été ternie par des aléas extra-sportifs qui avaient laissé le club aux portes du 7e tour. "On avait battu Caudebec-lès-Elbeuf 2-1 mais à cause d'incidents qui avaient eu lieu en toute fin de match, les deux clubs avaient été disqualifiés", se souvient le président. Il y a donc matière à prendre plus que jamais une vraie revanche sur l'histoire la semaine prochaine pour la JSSNAB.

Si l'appétit vient en gagnant, l'épopée en Coupe de France est déjà un triomphe et tandis que la montée immédiate en Régional 2 n'a pas été érigée en objectif impératif cette saison, le club a l'intention de continuer à se structurer sans trop de pression. "Il fallait se remettre à travailler, on savait qu'on avait un virage à prendre", assume le président. "Il y a de l'euphorie dans ce début de saison mais on doit rester humble. Notre but reste simple, c'est d'abord d'avoir des bons éducateurs. Qui dit bons éducateurs dit bons jeunes, dit parents et dit donc bénévoles pour organiser des événements à même de nous rapporter de l'argent et donc de faire vivre le club. C'est aussi simple que ça". La JS Saint-Nicolas, pourtant très discrète en pré-saison et loin d'être cataloguée comme un favori en puissance, fait aujourd'hui les gros titres de la presse locale à la surprise générale. "On n'a toujours pas perdu, j'ai un groupe qui bosse bien et applique les consignes", expose le coach Cyril Delahaye. "Sincèrement, je n'aurais jamais cru qu'à cette date, on serait non seulement encore invaincus en championnat mais aussi encore en lice en Coupe de France". Qui a dit que le football était une science prévisible ?

*Président de la JS Saint-Nicolas-D'Aliermont depuis 2010, Loic Beaucamp a la particularité d'avoir démarré son mandat alors qu'il était encore un joueur de l'effectif. Il a raccroché les crampons au terme de la saison 2014-2015.

Oissel au 6e tour : bon ou mauvais tirage ?

Si le président Loic Beaucamp avouait rêver de recevoir le FC Rouen (N2) et son armada de supporters pour vivre un moment unique à la maison au 6e tour, il n'a pas été exaucé. Jeudi soir, le tirage au sort à en effet réservé le CMS Oissel, pensionnaire de National 3, à l'équipe de Cyril Delahaye. Côté joueurs, on se satisfait amplement de cet adversaire. "On est content de jouer à domicile contre une très belle équipe de N3, c'est le plus important pour nos supporters et pour les jeunes du club : que ce 6e tour soit une belle fête", réagit le capitaine des « Jaune et Noir » Emmanuel Leroy. "Nous jouons une formation qui est invaincue depuis le début de saison donc espérons que la magie de la coupe soit avec nous ce week-end-là pour entrer dans l'histoire du club !" Après avoir réalisé un bel exploit contre une formation de Régional 2, Saint-Sébastien, lors du 4e tour (4-2), c'est un tout autre tour de force que la JS Saint-Nicolas va devoir réussir pour bouter Oissel hors de la compétition.

► RENDEZ-VOUS TRÈS PROCHAINEMENT SUR WWW.FOOTNORMAND.FR POUR DÉCOUVRIR LA SUITE DE NOTRE CHRONIQUE DÉDIÉE AU PARCOURS DES CLUBS DE LA RÉGION DANS CETTE COUPE DE FRANCE 2021-2022.

À LIRE EGALEMENT : 

► CRÉÉ EN MAI, L'AF BASLY (D4) ATTEND CHERBOURG (N3) EN COUPE DE FRANCE
► LE CANTELEU D'ADAMA SIDIBÉ (D4) DÉFIE ROMILLY (N3) EN COUPE DE FRANCE
► 
APRÈS SON EXPLOIT CONTRE GONFREVILLE, L'EU FC RÊVE ENCORE
► 
AU FAIT, QUI SE CACHE DERRIÈRE LE FC OFFRANVILLE (R3), TOMBEUR DE ROMILLY (N3) EN COUPE DE FRANCE ?
► FRANK DECHAUME (LA MOS) : "POUR EUX, J'AIMERAIS TELLEMENT QUE MES JOUEURS RÉALISENT CET EXPLOIT"

► TIENS, REVOILÀ L'ASPTT CAEN (R1) SUR LA ROUTE DE L'US AVRANCHES (N1)
► SUR UN NOUVEAU CYCLE, LE FC ARGENTAN (R1) A RENDEZ-VOUS AVEC L'US GRANVILLE (N2)

Aurélien RENAULT

Partager sur :