Surtitre
L'ancien joueur professionnel prend à nouveau les rênes d'une équipe de la région

L’ex du HAC David Martot relève le défi d’Octeville (R2)

Résumé

Une page vertueuse de l’histoire du Sporting Club Octevillais s’est tournée ces dernières semaines avec le départ de l’entraîneur Alexis Bertin. L’ancien joueur du Havre, après avoir notamment connu deux montées en six saisons, a cédé sa place à son ami David Martot. Ancien joueur havrais, ce dernier exerçait jusqu’alors en tant qu’éducateur au HAC. Son arrivée dans un club qu’il connait bien marque l’ouverture d’un nouveau chapitre d’une vie pleinement dédiée au ballon rond.

Image
Toute l'équipe dirigeante du SC Octevillais et le président Raymond Leparc sont désormais tournés vers la nouvelle ère qui s'ouvre au club avec David Martot à la tête de l'équipe de R2. ©Sporting Club Octevillais
Toute l'équipe dirigeante du SC Octevillais et le président Raymond Leparc sont désormais tournés vers la nouvelle ère qui s'ouvre au club avec David Martot à la tête de l'équipe de R2. ©Sporting Club Octevillais
Corps

Comme une valse, la nomination de David Martot à la tête de l’équipe fanion d’Octeville (R2) devrait se jouer en trois temps. L’histoire commence ainsi malheureusement par l’amertume. Celle d’avoir dû plier bagage au Havre AC alors que son contrat d’éducateur n’était pas reconduit. "Il y a une vraie déception", ne cache pas l’ancien pro. "La manière dont ça s’est joué, je l’ai encore un peu en travers de la gorge. Il y avait selon moi des solutions à trouver avant de prendre de quelconques décisions fortes". Revenu en 2016 dans la peau d’un entraîneur au sein du club doyen dont il avait fréquenté le centre de formation étant jeune, David Martot y aura connu différentes sections et nombre de techniciens parmi lesquels Mickaël Lebaillif, Stéphane Bernard, Mickaël Bunel ou encore Abasse Ba. L'occasion pour lui d'apprendre son nouveau métier à bonne école.

"Je connaissais déjà le club avant de m'y engager !"

La poursuite de son aventure chez les Ciel et Marine aura malheureusement été mise à mal par un contexte actuel particulièrement difficile pour les clubs français. Heureusement pour lui, le rebond, la deuxième séquence de notre histoire, n’aura pas tardé. "Mon meilleur ami Alexis Bertin qui entrainait jusqu’alors Octeville a décidé d’arrêter, voilà comment les choses ont pu se mettre en place", confie-t-il. "J’ai donc pris la suite d’Alexis par son biais".

L’aventure octevillaise de David Martot a donc officiellement commencé ce dimanche 1er août, date de la reprise de son groupe. Pour l’ancien joueur de Brighton en Angleterre, cette prise de fonction n'est en rien une découverte des bancs amateurs. "Après ma carrière, je suis revenu dans la région, à Fécamp, là où j'ai commencé le football, afin de devenir entraîneur", raconte l'ancien Vannetais. C'est d'ailleurs sur le littoral du Pays de Caux que le coach a commencé à passer ses diplômes jusqu'à prendre en main l'équipe première quatre années durant avant son autre retour par la case HAC. Octeville, ce ne sera d'ailleurs pas non plus une terre inconnue pour l'ancien milieu de terrain. "Je connaissais déjà le club avant de m'y engager", assure-t-il. "Quand Alexis était aux commandes, j'allais parfois les voir le week-end, je n'habite d'ailleurs pas très loin d'Octeville. Je connais donc les gens du club d'autant qu'avant de rejoindre le centre de formation du Havre, mon fils jouait lui-même au SCO".

Une transition pour le coach comme pour son équipe

Comme nombre de coachs dans sa situation, David Martot va d'abord devoir découvrir son groupe en profondeur. Les derniers mois ont rendu l'état de forme des uns et des autres pour le moins illisible. "Mon arrivée a aussi été tardive", ajoute celui qui a découvert le monde professionnel en Ligue 1 lors de la saison 2003/2004. "On a tâché de fédérer à nouveau tout le monde car ils étaient tous dans l'inconnu. On a repris ce dimanche et petit à petit, il va falloir que je reconstitue l'effectif". Un jeu de puzzle qui ne se fera pas sans réactiver certains vieux réflexes de coach amateur. "J'ai conscience qu'il faut que je refasse un peu mon réseau de joueurs régionaux, je ne m'étais pas penché là-dessus depuis un bon moment. Cela dit, je ne pars pas dans l'inconnu, je connais déjà bien ce championnat". En somme, les semaines de préparation qui s'annoncent serviront d'étalonnage à la fois pour le coach mais aussi pour des joueurs en quête de repères.

"Je suis quelqu'un qui s'engage et qui s'investit, je n'ai fait que 4 clubs"

Au regard de ces différents paramètres, le SC Octevillais ne s'avancera pas le torse bombé lorsque le championnat de Régional 2 s'ouvrira en septembre. "On va tâcher d'être dans la continuité mais il va falloir se relancer petit à petit, on va repartir sur de nouvelles choses", assure David Martot. "Je n'arrive pas avec des objectifs élevés. Je veux d'abord savoir où on peut aller dans un premier temps, on visera donc avant tout le maintien".

Octeville, qui évoluait encore en Départemental 1 voilà 6 ans, va quoi qu'il arrive de nouveau pouvoir profiter de la patte d'un ancien joueur professionnel passé par Le Havre. David Martot, finaliste notable de la Coupe de la Ligue 2009 avec Vannes (défaite 4-0 contre Bordeaux), a beaucoup à apporter à ses joueurs. Et le troisième temps de sa nomination au SCO sera à coup sûr la recherche de performance. Alors qu'il a toujours vécu pour le ballon rond et qu'il vient d'essuyer une véritable déception en quittant Le Havre AC, le coach de 40 ans ne s'avance pas chez le pensionnaire de Régional 2 pour temporiser dans sa carrière. "Je suis quelqu'un qui s'engage et qui s'investit, je n'ai fait que quatre clubs", rappelle l'entraîneur. Cependant, sa situation octevillaise ne sera pas la même qu'au centre de formation du HAC sur le plan contractuel. "La saison va me permettre de vraiment réfléchir à ce que je veux mettre en place à côté", assure-t-il. Et dans son équation, que tous se rassurent, le SC Octevillais aura toute sa place.

Le SC Octevillais se plait parfaitement là où il est

Très satisfait d'avoir pu faire venir David Martot, "un entraîneur du cru" comme il se plait à le qualifier, le président du club d'Octeville Raymond Leparc est tourné vers cette nouvelle ère qui s'ouvre sans perdre de vue son objectif premier. "Nous restons un club de 419 licenciés, nous avons 18 équipes dont 50 féminines", expose-t-il. "Notre école de foot est importante et j'ai la chance d'avoir des éducateurs-entraîneurs de qualité. Nous avons su pérenniser notre structure et j'en suis ravi. Nous disposons de profils intéressants et diplômés. Ma priorité reste au final la formation des jeunes".

Fin connaisseur du club qu'il préside pour en avoir été 40 années durant le trésorier, Raymond Leparc a aussi une bonne vision des mécaniques du football régional. Alors que l'équipe fanion a atteint le niveau R2 sous l'égide d'Alexis Bertin, le club n'aura pas d'ambitions démesurées, ni cette saison ni les suivantes, et se situe dans des eaux qui lui conviennent pour l'heure parfaitement. "Le budget d'une équipe de R1, c'est quand même important pour la vie d'un club et je ne sacrifierai jamais la formation, je préfère rester là où on est plutôt que de faire ça !" clame le président. "Nous avons une équipe réserve en Régional 3, avec nos féminines et nos équipes en ligue, ça représente déjà un bon budget !" Pérenniser ce qu'il a construit et résister aux difficultés contextuelles du moment, tel sera le cheval de bataille prochain d'un président déterminé à maintenir au beau fixe l'identité de son SC Octevillais.

 

RENDEZ-VOUS LA SEMAINE PROCHAINE POUR DECOUVRIR UN AUTRE ENTRAÎNEUR NORMAND RÉCEMMENT INTRONISÉ.

À LIRE EGALEMENT :

► VILLERS-HOULGATE ENCLENCHE UN NOUVEAU CYCLE AVEC DRAMANE DILLAIN
► CEDRIC AMPTIL S'ATTAQUE AU MONDE DES SENIORS DU CÔTÉ DE PAVILLY
► OLIVIER JOBA DE RETOUR PAR LA PORTE BAYEUSAINE
► AVEC YANN HUG AUX MANETTES, BOLBEC ENTEND BIEN MONTER EN RÉGIONAL 1
► DUCEY-ISIGNY (R1) RENFORCE SON BANC AVEC L'ARRIVÉE DE LAURENT LESGENT
► VALENTIN CHAUFRAY PASSE DES FÉMININES DE BRIOUZE À CELLES DE L'AG CAEN
► KHALID FATMAOUI, NOUVEL HOMME FORT DE L'AL DÉVILLE-MAROMME
► À 23 ANS, OCÉANE VERROLLE ENTRAÎNERA LA RÉSERVE DE DIVES-CABOURG 
► YACINE SI SALEM PREND LES RÊNES DE CAUDEBEC SAINT-PIERRE
► À L'ES COUTANCES, MICKAËL DEROUET VEUT S'INSCRIRE SUR LA DURÉE
► AVEC LA NOMINATION DE JOAKIM MAHEUX, LE BANC DU MONT-GAILLARD (R1) FAIT PEAU NEUVE
► À EVREUX, GILLES BIENFAIT CÈDE SA PLACE AU TOUT JEUNE ERWAN CORITON

 

Aurélien RENAULT

Partager sur :